Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 20:00

Kadhafi 22.02.11Le discours d’hier du colonel Mouammar Kadhafi confirme point par point les épithètes que j’ai employés sur ce blog pour qualifier ce tyran sanguinaire au cours de la longue détention des deux otages suisses en Libye. Qui ne s’est résolue que par le versement honteux d’une rançon à ce maître-chanteur colérique et lunatique.

D’aucuns estimaient que j’y allais fort en le traitant de dictateur fou, d'échappé d'asile ou de führer libyen. A les croire, pour l’amadouer il aurait fallu lui cirer les babouches, lui baiser la djellaba, baisser son pantalon devant lui, prendre le thé avec lui sous la tente.   

Ce dictateur qui, un court moment, a simulé la respectabilité, pour mieux écouler le pétrole du pays contre devises, a tenté de faire oublier ce qu’il était, à savoir un criminel, un terroriste, un potentat assoiffé de sang quand on ose lui résister.

Des dirigeants de l’Union européenne, sans vergogne, ont fait ami-ami avec lui. Au cours de la crise des otages suisses, ils ont défendu leurs intérêts économiques avec cette dictature et renoncé à défendre les ressortissants d’une démocratie à qui ils prétendent donner des leçons de moralité bancaire.   

Quelques citations du Kadhafi, cru du 22 février 2011, valent mieux que son long discours pas tranquille.

Dans son délire il se considère différent des autres dirigeants de ce monde, au-dessus d’eux, sans titre, parce qu’il n’en pas besoin, tantôt parlant de lui à la première personne du singulier, tantôt à la troisième, reformulant indéfiniment comme il convient de l'admirer, voire de le vénérer :

« Je suis au-dessus des postes de chefs d’Etat. Je suis un révolutionnaire. Je suis un bédouin.  Je ne peux pas laisser la terre de mes ancêtres. Je vais mourir en martyr. »

« Si j’étais président j’aurais démissionné. Mais je n’ai pas de titre. Je n’ai que moi-même et mon fusil. Moi je n’ai peur de rien. Moi je suis quelqu’un qui arrive à faire face. »

« Mouammar Kadhafi n'est pas un président et n'est pas un être normal contre qui on peut mener des manifestations. »

« Mouammar Kadhafi n'a pas de poste officiel pour qu'il en démissionne. Mouammar Kadhafi est le chef de la révolution, synonyme de sacrifices jusqu'à la fin des jours. C'est mon pays, celui de mes parents et des ancêtres. »

Il reconnaît volontiers qu’il n’est pas normal, ce qui dénote une certaine lucidité.

S’il se dit prêt à mourir en martyr, s’il essaie de faire vibrer la fibre nationaliste en évoquant son pays, ses parents, ses ancêtres, il veut surtout que ceux qui s’opposent à lui meurent en martyrs :

« Nous n’avons pas encore utilisé la force. »

Il n’y aurait eu, après tout, que quelques centaines de morts… mais, si cela continue, il passera à la répression supérieure :

« Quand on aura besoin d’utiliser la force j’en donnerai l’ordre. Tout cela va mener à une guerre civile. Tous ceux qui sont derrière une guerre civile doivent être condamnés à mort, ainsi que ceux qui touchent à l’indépendance du pays. »

La menace se fait plus précise à l’égard de ceux qui osent lui résister :

« Rendez vos armes immédiatement sinon il y aura des boucheries. »

Envers lesquels il n’a que des mots aimables :  

« Ce sont des rats et des microbes qui ne vaincront pas la Libye. »

A qui il promet l’extermination :

« Je suis Mouammar Kadhafi, un dirigeant que des millions défendront. Nous marcherons sur eux par millions pour purger la Libye pouce par pouce, maison par maison et allée par allée. »

Cette gesticulation pathétique pourrait se révéler inutile et le peuple libyen le prendre au mot.

Francis Richard  

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans International
commenter cet article

commentaires

Normand 28/02/2011 20:06



Il faut arrêter ce dictateur qui s'amuse à tirer sur son peuple avec des avions militaires et qui embauche des mercenaires pour finir la job


Dehors Kadhafi tu as assez exploité ton peuple durant tes 41 ans de dictacture 



Francis Richard 01/03/2011 06:35



C'est au peuple libyen de l'arrêter. Il est en train de le faire avec beaucoup de courage, ce qui force l'admiration.



MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS 24/02/2011 09:03



C'est un sale môme de 3 ans dont jamais personne n'a stoppé les caprices d'où sa sauvagerie. Cela fait longtemps que j'ai noté que le Coran était le manuel scolaire du parfait "sale môme". Si
donc ses parents ne lui ont pas donné les claques nécessaires et laissé faire sa colère noire sans céder, cela explique le résultat : pas d'éducation plus instruction démente = sauvagerie. A ce
sujet, je crois qu'il est absolument nécessaire d'exiger des gouvernants qu'ils puissent montrer des enfants bien élevés ! Dans le cas contraire cela expliquerait leur penchant à céder aux
caprices dictatoriaux et leur "servilité" selon le premier Chinois !?... Pour ma part j'ai élevé 3 enfants et je crois qu'ils sont bien. Justement parce que nous avons avec mon épouse refusé de
céder à leurs caprices quand ils les formulaient à 3 ans comme tout le monde... Ce fut dur... Mais nécessaire !



Francis Richard 25/02/2011 07:02



Je ne sais pas si c'est un enfant gâté, mais c'est certainement un barbare, fou de surcroît.



Ben Palmer 24/02/2011 00:10



C'est toujours après les faits que les dirigeants des nations, l'UE et le Conseil de sécurité des Nations Unies se déclarent outrés, surpris, effarés de tels comportements. C'est
trop facile et n'inspire aucunement la confiance en ce théâtre de pantins politiques.



Francis Richard 24/02/2011 06:28



Vous avez hélas parfaitement raison.



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages