Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 09:00

Oskar-Freysinger.jpgIl y a une semaine, le 1er mai, dès le début de l'après-midi, je me trouve au Salon du Livre à Palexpo, près de l'aéroport de Genève.

 

Marlyse Pietri directrice des Editions Zoé ici ne se trouve pas sur son stand, mais un des auteurs maison, Amélie Plume, assise à une table, attend le chaland, de pied ferme, un stylo à la main. La quatrième de couverture de son dernier livre, Les fiancés du Glacier Express, indique au lecteur que les héros du roman ont la soixantaine. Comme j'en approche à grands pas, je me dis que ce livre me donnera peut-être un avant-goût de ce qui pourrait bien m'advenir.

 

Catherine Lovey s'assied à la table voisine et entre en discussion avec Jacques Roman, tandis qu'Amélie Plume me dédicace son livre. Bien sûr je pourrais dire à Catherine que j'ai beaucoup aimé Un roman russe et drôle, dont j'ai fait une présentation sur ce blog ici. Mais je crains de démythifier la femme mystérieuse et fascinante que j'ai imaginée à la lecture de ce roman.  

 

Eric Caboussat, patron des Editions Cabédita ici, est préoccupé par des problèmes de monnaie - tous les livres se payent en espèces au Salon. Or il n'y a plus de billets de 10 francs au bancomat... et le Salon finira que cette contingence matérielle n'aura pas trouvé de solution. Il n'est pas d'humeur à parler d'autre chose. Il ne se souvient d'ailleurs pas de m'avoir envoyé un courriel en remerciement pour mon article ici sur Le général Guisan et l'esprit de résistance de Jean-Jacques Langendorf et Pierre Streit...

 

A défaut de rencontrer Jean-Jacques Langendorf et Pierre Streit, qui sont partis faire un tour, j'avise Yvon Jobard, qui vient de publier Les orphelins du rail. Certes je n'ai pas connu, comme l'auteur, les joies et les affres de la pension. Mais ce dernier m'assure que son livre restitue toutes ces années 1950 de mon enfance et que j'aurai de quoi nourrir ma nostalgie de ce bon vieux temps, que l'oubli des petites misères a inévitablement embelli. 

 

Aux Editions Gilles Attinger ici, qui ont édité La vie de château ici, de Jean-Marie Reber, et, surtout, le monumental Dictionnaire historique de la Suisse, le patron n'est pas là non plus, mais, parce que je suis entré au Salon avec l'invitation qu'ils m'ont envoyée, ils me font cadeau d'un livre écrit par un anonyme. Ce fac-similé raconte un Voyage dans les cantons de Vaud, Genève et Neuchâtel en septembre 1831. Je repars également avec Neuchâtel à découvrir de Stéphane Devaux et André Girard.

 

Trois mondesAprès avoir visité l'exposition Félix Valotton, je quitte le Salon et me rends à Genève même où deux éditeurs, un grand, L'Age d'Homme ici, et un plus petit, Xenia ici, ont délocalisé et reçoivent dans deux librairies, au Rameau d'Or et aux Trois mondes.

 

Au Rameau d'Or j'arrive en même temps que Barbara Polla, qui vient en voisine; sa galerie Analix est à deux pas. Quatre auteurs sont présents, tous quatre de bonne compagnie. Mousse Boulanger est très cordiale, Bernard Antenen très gentilhomme, Antonio Albanese très rayonnant - nous jouons les rôles de l'auteur et du lecteur - et Jean-Michel Olivier très amical - notre point commun est d'avoir un prénom pour patronyme. Vladimir Dimitrijevic ici arrive peu après mais s'éclipse aussitôt dans l'arrière-boutique... où un buffet est dressé, pour les auteurs...

 

Aux Trois Mondes l'ambiance est toute différente. Le patron des éditions Xenia, Slobodan Despot, ce géant, m'accueille chaleureusement et me remercie vivement pour mon article sur son Valais mystique ici, dont la lecture est une fête pour les yeux, le coeur et l'esprit. Sont présents notamment Oskar Freysinger [photo ci-dessus], qui a certes lancé l'initiative contre les minarets, mais qui est aussi écrivain, et Pascal Décaillet, talentueux journaliste à Radio Cité et à Léman bleu, qui donne ici sa version des faits. 

 

Autour d'une table [la photo ci-dessus provient d'ici, on y aperçoit dans le fond Jean Romain tenant dans les mains un livre ouvert], s'abreuvant de verres de vin blanc ou rouge, repue de fromages valaisans et de viande séchée, l'assistance termine cette après-midi consacrée aux livres au milieu de réparties qui déclenchent l'hilarité générale et qui permettent très naturellement à de forts liens d'amitié de se tisser. La bonne vie, en quelque sorte ...

 

Francis Richard

 

Nous en sommes au

658e jour de privation de liberté pour Max Göldi, le dernier otage suisse en Libye

Max Göldi
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens