7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 10:25

augustinComme je suis un nomade, qui vit sur deux pays, qui réside successivement à trois endroits différents, qui a de multiples activités, je n’ai pas toujours la possibilité, bien que de sensibilité traditionnelle, d’assister le dimanche à une messe selon la forme extraordinaire [voir mon article La messe tridentine est extraordinaire ].

C’est toutefois une chance, peut-être est-ce même providentiel, que d’assister aux deux formes du rite romain, l’ordinaire et l’extraordinaire. Cela permet de côtoyer deux communautés qui parfois, pas toujours, heureusement, s’ignorent et ne se comprennent donc pas. Cela permet de les connaître et de les comprendre, l'une et l'autre.

Que les deux rites cohabitent sous le toit d’une même église contribue, me semble-t-il, à cette paix liturgique entre catholiques voulue par le Saint Père. C’est bien pourquoi je soutiens, modestement, à ma mesure,  le maintien, en sa qualité de curé, de l’abbé Francis Michel dans sa paroisse de Thiberville, parce qu’il a su y établir cette paix, que d’aucuns menacent par leur sectarisme de « bourreau-crates » [voir mes articles L'abbé Francis Michel, curé de Thiberville, et qui entend le rester  et Affaire abbé Francis Michel: le script du 3 janvier à Thiberville ].

Je me suis trouvé plusieurs fois ces derniers temps dans la possibilité d’assister à la messe selon la forme extraordinaire à Lausanne, à la Chapelle Saint Augustin ici [l'image de saint Augustin provient d'ici]. Dans un bulletin de cette paroisse, paru il y a un peu plus d’un mois, est reproduit un magnifique texte de Bossuet où sont exprimés toute la mesure et tout l’équilibre du Grand Siècle, qui devraient conduire à la paix de l’âme.

Bossuet, en effet, dans ce texte, classique au sens profond du terme, renvoie dos à dos les positions extrêmes, l’inhumaine complaisance qui rend le vice aimable et l’injuste rigueur qui rend la vertu odieuse. C’est à cet équilibre difficile à atteindre qu’il me semble devoir tendre si l’on veut rechercher Dieu et parvenir à la paix de l’âme. Il ne faut ni être trop complaisant envers soi-même, ni trop dur ; ne se donner ni trop bonne ni trop mauvaise conscience ; trouver le juste milieu, avec l'aide de Dieu.

Dans l’Ordo liturgique du rite romain selon la forme extraordinaire, l’évangile de la Sexagésime est celui où saint Luc rapporte la parabole du semeur. Le Christ donne le sens de cette parabole. Il distingue ceux qui écoutent et mettent en pratique, ceux qui se contentent d’écouter sans mettre en pratique et ceux qui n’écoutent même pas.

Sur ce thème, ce jour-là, l’officiant a naturellement fait son homélie. Nous sommes tour à tour dans l’une ou l’autre de ces trois catégories. Alors que l’animal ne fait le mal que lorsqu’il se sent menacé ou qu’il a faim, l’homme peut aussi faire le mal gratuitement.  Il peut le faire parce qu’il a choisi de le faire. Car l’homme n’a été créé ni bon ni mauvais mais libre, en toutes circonstances. Bien sûr il lui faut choisir le bien de préférence au mal. Mais le bien n’est pas toujours si facile à déterminer et nous ne sommes pas constants dans nos attitudes.

Sur la liberté en toutes circonstances, le prêtre nous donne l’exemple de cette femme qui a survécu à un camp de concentration. Chaque matin elle se levait un quart d’heure plus tôt que ses compagnes d’infortune. Elle profitait de ce quart d’heure pris sur son court sommeil pour nettoyer ses chaussures. Elle savait pertinemment que celles-ci seraient rapidement souillées par le travail des champs, mais c’était pour elle une façon de préserver, ne serait-ce qu’un moment, sa dignité. Il est probable que cet acte libre, accompli chaque matin, pour elle-même, lui ait sauvé la vie.

Aujourd’hui l’officiant, en ce troisième dimanche de Carême, a de nouveau parlé du mal et de la liberté. Dans les livres d’histoire de son enfance et de sa jeunesse - nous devons peu ou prou être de la même génération - il était surtout question de conflits. Peu de place était laissée aux événements heureux. Il en est de même aujourd’hui dans les médias.

En 1968 le slogan était : « Il est interdit d’interdire ». Les choses ont bien changé, elles ont même changé du tout au tout. Le monde actuel est rempli d’interdits. L’interdiction de fumer [voir mon article "Pour une loi libérale sur l'interdiction de fumer" est une bonne initiative ] n’est qu’une interdiction parmi de multiples interdictions, toujours plus extrêmes. Il devient ainsi de plus en plus difficile de voyager d’un pays l’autre. Avec les interdits notre monde croit pouvoir contenir le mal et le faire disparaître. En réalité les interdits ne résolvent rien et engendrent d’autres conflits.

L’origine du mal est Dieu. Comprenons bien ce que cela veut dire. Dieu nous aime sans mesure, mais il nous laisse libre de l’aimer en retour. Que signifierait un amour obligatoire ? « Tu dois m’aimer » serait le contraire de l’amour. En nous accordant notre liberté de l’aimer ou non, Dieu nous a donné aussi la liberté de faire le mal.

Comment combattre le mal ? Ce n’est pas en multipliant les interdits que nous y parviendrons. Dans l’évangile du jour, le Christ chasse le « démon qui rendait muet celui qui en était possédé » [Luc, 11, 14]. Il n’y a que Dieu qui puisse chasser le mal, comme il a chassé le démon du muet de l'évangile. A chaque fois qu’une église est désaffectée, à chaque fois qu’un séminaire ferme, à chaque fois que Dieu disparaît de notre monde, le mal s’installe et fait des ravages.

Cette réflexion de l'officiant me fait penser à cette citation de Chesterton que feu le père Roger Morandi, longtemps vicaire de Notre Dame des Armées à Versailles, faisait souvent :

« Chassez le surnaturel, le naturel s’en va avec lui ».

En fait, la solution pour combattre le mal est de faire la plus grande place à Dieu dans notre vie. En toute liberté, celle de ses enfants.

« Conduisez-vous donc en fils de lumière ; tout ce qui vient de la Lumière est bonté, justice et vérité »

dit saint Paul dans l’épitre du jour [Paul, Ephésiens, 5,9]

Francis Richard

Nous en sommes au


596e jour de privation de liberté pour Max Göldi, le dernier otage suisse en Libye

Max Göldi
         

Partager cet article

Published by Francis Richard - dans Religion
commenter cet article

commentaires

Le passant ordinaire 08/03/2010


Des messes tridentines j’en ai gardé quelques souvenirs en ce qui concerne les chants et du côté souvent théâtral du prêtre officiant.
Puis, au cours de mes pérégrinations j’ai fait la connaissance de l’Eglise orthodoxe tout aussi chatoyante dans l’art de célébrer ses offices que l’Eglise catholique romaine.

Peu porté sur ce genre d’exercice je fis la connaissance d’une jeune allemande luthérienne, pasteur de son état, qui m’initia aux cantates de J.S.Bach. Ce fut une véritable révélation. Elle
m’accompagna dans mes recherches et me recommanda vivement d’écouter le vendredi saint la Passion selon Saint Mathieu dont les juifs aimeraient tant supprimer/modifier une phrase qui les fait
grimper au mur. Enfin là, ils ne nous auront pas, même s’ils font un tapage infernal pour demander la mise en sourdine de cette splendide œuvre.

Aujourd’hui je relève que les franc-maçons & Cie ont réussi leur travail destructif en s’attaquant à l’enseignement du grec du latin. On en voit les conséquences directes avec des apothicaires
incapables de lire les ordonnances médicales prescrivant des remèdes autres que des pilules, gélules.

Une intervention un peu hors sujet mais qui mériterait une étude plus poussée sur les méfaits de la suppression de l’enseignement du grec et du latin dans nos lycées.


Olivier C 12/05/2010


Bonjour,

Vous avez écrit : "L’origine du mal est Dieu. Comprenons bien ce que cela veut dire. Dieu nous aime sans mesure, mais il nous laisse libre de l’aimer en retour. Que signifierait un amour
obligatoire ? « Tu dois m’aimer » serait le contraire de l’amour. En nous accordant notre liberté de l’aimer ou non, Dieu nous a donné aussi la liberté de faire le mal."

Vous devriez peut-être confronter vos idées sur la question avec celles du P. Garrigues, o. p., je suis presque sur que vous la trouveriez stimulante :

Jean-Miguel GARRIGUES, Dieu sans idée du mal, 1997, Desclée.

Salutation


Olivier C 12/05/2010


Dommage, il est vrai que ce genre de livre n'est accessible qu'en bibliothèque spécialisée, en l'occurrence celle d'une faculté de théologie.

Pour situer l'ouvrage (très accessible au demeurant) : il s'agit d'un prolongement d'une réflexion de Thomas d'Aquin sur Dieu sans idée du mal (ST, Ia, q. 15, a. 3, ad.1um). Cette recherche fut
orientée par la pensée des Maritains. Son auteur, le père Garrigues, est le rédacteur de la partie du CEC traitant de la création (sous la tutelle de l'ex Ratzinger).

Je pourrais peut-être éditer la partie la plus fondamentale du livre sur mon site web, mais il me semble que je serais à la grande limite de la publication autorisée...

De toute manière ce genre de réflexion est à appréhender dans son ensemble et, bien qu'abordable, demande en outre de bonnes connaissances thomistes pour que l'on puisse en saisir l'intérêt...

Bien à vous


Olivier C 13/05/2010


Étant donné que vous vous présentez comme chrétien disons... "traditionnel" j'ai fait exprès de parler de Thomas d'Aquin !

Après avoir exposé sa thèse sur un plan scripturaire et mystique (Catherine de Sienne, étonnant pour un dominicain non ?), le père Garrigues, très calé au sujet de la Tradition des pères (en
particulier Maxime le Confesseur) et de St Thomas, fait une mise au point dans la dernière édition de son livre (dernier chapitre) en réponse aux objections de certains théologiens, si vous en avez
l'occasion commencez peut-être par là.

Disons-le : je suis un grand fan du père Garrigues et de ses idées et je le connais personnellement. Si une réflexion sur le mal vous intéresse par la suite n'hésitez pas à me contacter !

Bien à vous


Eisbär 07/07/2010


Félicitations pour votre excellent blog !


Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Amitiés internationales

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog