Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 19:15
"Le corps déchiré" de Fabienne Bogadi

C'est une banalité de dire que les années d'enfance sont décisives dans ce que les êtres humains deviennent plus tard. Il est non moins banal de dire qu'ils sont au moins duals - si dualité il y a, elle se révèle dès que les circonstances s'y prêtent - et qu'ils ont leurs parts d'ombre et de lumière.

 

Le roman de Fabienne Bogadi, Le corps déchiré, serait banal s'il se contentait de confirmer seulement la vérité ordinaire de ces deux banalités existentielles. Il est original parce que son héroïne, Rose, dont la vie pourrait en être l'illustration, n'a tout de même pas un destin comme tout le monde et parce que l'auteur a sa musique propre et ses propres images pour la raconter.

 

Rose donc est petite fille quand son père, qu'elle surnomme le Chat - elle donne volontiers des surnoms d'animaux ou des surnoms génériques, qui les caractérisent, aux personnes qu'elle croise ou qui vivent avec elle - l'abandonne sans mot dire, la laissant à sa mère, la Poupée.

 

Son père, c'est le Chat, parce qu'il est "insaisissable et solitaire". Sa mère, la Poupée, parce qu'elle passe infiniment de temps à se pomponner et qu'elle est "jolie. Et insensible. Et dure". La Poupée ne s'occupe guère de Rose sinon pour la rabrouer, l'abaisser, l'humilier, la rouer de coups. Elle est beaucoup plus intéressée par les messieurs, et notamment par le Renard.

 

Heureusement qu'il y a dans la vie de Rose sa professeure de dessin, la Fée, qui a "une voix de miel", "des cheveux de soie légère", "un regard d'eau".C'est la Fée qui détecte son talent et qui lui offre un livre d'images, le Livre des merveilles, qui ressemble à un conte pour adultes. Malheureusement la Fée perd son emploi, en retrouve un autre, mais loin de là et déménage...

 

Les choses basculent pour Rose quand, un jour que la Poupée veut qu'elle la laisse seule, avec son chéri, le Renard, elle fait la rencontre fatale du Masque, Solann, un beau garçon, aux yeux de Chien, "en fentes veloutées".

 

Sans ménagement et sans tendresse Solann la déflore et surgit, dès lors, de manière imprévisible, pour faire vite son affaire, repartant sans un mot, comme il est venu. Mais il est si beau... Et, un soir fatidique, Solann l'emmène en boîte, en fait dans une usine vide et désaffectée, où ils retrouvent "des garçons écrasés par l'ennui".

 

Vers une heure du matin, après qu'ils ont éclusé bières, écouté musiques binaires, regardé Rose dansé pour eux, sur invite de Solann six d'entre eux montent dans sa voiture avec lui et Rose, qui s'est sentie belle, la reine de la soirée, pour continuer la fête dans un endroit plus tranquille, en fait dans la forêt, où ceux qu'elle appellera les Loups, la violent en réunion avec leurs "poignards" et la traumatisent à jamais.

 

Ce qui permettra, toutefois, à Rose de survivre à ce traumatisme, c'est de se lancer à corps déchiré perdu dans les études mathématiques et dans la peinture d'une fresque de femmes sur le mur de sa chambre. Aussi, quand sa mère la quitte à son tour et lui laisse l'appartement, devenue comptable, Rose peut-elle subvenir à ses besoins, ayant un emploi dans une multinationale, et continuer de laisser libre cours à son bonheur d'expression picturale.

 

En écoutant Shine on you crazy diamond, des Pink Floyd, en elle une brèche s'ouvre et une corde se met à vibrer doucement. C'est la révélation du désir et de l'envie soudaine et brutale de bras qui l'entourent et la serrent...

 

Une conversation entendue au bureau l'incite à s'inscrire sur des sites de rencontres. Elle rencontre successivement, sous le pseudo de Rose celui qu'elle croit être un Cerf et qui n'est qu'un Rat, sous le pseudo d'Eros celui qui n'est qu'un Ours imbu de lui-même, sous le pseudo de Chloris celui qui se fait appeler le Sphynx et qui, hormis les yeux, est affreux, sous le pseudo Reine des Neiges celui qui a tout de l'Araignée.

 

A l'occasion de ces rencontres, la part d'ombre de Rose, l'Ombre, se révèle plutôt que le désir, "une part perverse et lunatique, une part étrangère, qui a de drôles d'idées et qui dessine des personnages effrayants".

 

L'Ombre, une autre que Rose, en qui elle se dédouble et qui lui fait peur, se montre d'une cruauté qui ne fait que croître dans ses raffinements à chaque nouvelle rencontre et qui, inconsciemment, la venge des Loups, dont l'épisode n'est finalement pas le seul horrifique du livre.

 

Le travail de Rose dans sa multinationale se ressent de ce chaos qui s'installe en elle entre l'Ombre et la Fleur, de cette colère qui monte en elle et qui est celle qui brillait dans les yeux de sa mère qui ne l'a pas protégée. Aussi est-elle licenciée pour maladie, absence et erreurs répétées.

 

N'est-ce pas une opportunité pour elle de partir pour le Sud, où un livre exposé sur un chevalet dans une librairie lui a donné envie de s'installer? Mais pourra-t-elle échapper à ses démons et tourner la page maintenant qu'elle a la quarantaine?

 

Fabienne Bogadi va fort, très fort, et, en même temps, elle ménage des moments de répit qui précèdent les tempêtes. Son livre malmène, fascine. Car il fait entendre une musique par moment tendre, par moment cruelle. La dualité...

 

Et ce n'est pas seulement le corps de Rose qui est déchiré, mais également l'esprit de celui ou de celle qui lit ce livre, dont la fin apparaît comme une délivrance après tant de chahut, avec pourtant comme des regrets qu'il se termine déjà.

 

Francis Richard

 

Le corps déchiré, Fabienne Bogadi, 344 pages, Olivier Morattel Editeur

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures d'aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

Pierre MICHON 11/03/2014 10:34

Vaut-il mieux lire ce livre ou en rester simplement aux livres de contes ?

Francis Richard 11/03/2014 13:42

Lire l'un n'empêche pas de lire les autres...

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages