Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 22:40
"L'Instant limite" d'Anne-Claire Decorvet

Parler d'un recueil de nouvelles est toujours une gageure. Parce que, dans bien des recueils, il n'est guère de point commun entre les nouvelles qu'ils contiennent.

 

L'Instant limite, d'Anne-Claire Decorvet, est l'exception qui confirme cette règle. En le prenant en mains, je constate que le titre de ce recueil n'est pas celui de l'une d'entre les nouvelles. C'est de bon augure.

 

Si les histoires sont toutes bien différentes les unes des autres, elles ont en effet un point commun. Toutes comportent dans leur déroulement un instant limite où l'existence bascule et où rien ne peut plus être comme avant. Cet instant limite est somme toute un point de non retour.

 

Huit nouvelles, huit occasions de passer ce genre de limite irréversible.

 

Lisa est en manque d'Emilien, qui jouait de l'accordéon. Elle craignait qu'il ne parte et qu'il ne revienne jamais. Alors le meilleur moyen de le retenir a été de l'estourbir et de le découper en morceaux, qu'elle a répartis en sachets de dix-sept litres dans son congélateur et qu'elle dévore l'un après l'autre d'un amour cannibale et insatisfait.

 

Georges - est-ce bien son nom? - s'est retrouvé aux Alcooliques Anonymes, obligé de s'y rendre par son médecin, le Dr Martin. A chaque séance il raconte un peu plus de sa vie. Au début - est-ce bien le début? - il a eu un accident de scooter en état d'ivresse. Il ne se souvient plus de rien et se déplace maintenant avec des béquilles.

 

Jules Audouard est employé de pompes funèbres. Un jour, en l'absence de son patron, parti en vacances à Cuba, il doit s'occuper de la dépouille d'une mère de six enfants. Cercueil ou incinération? Il est incapable d'orienter les six dans leur choix. Et l'affaire traîne en longueur jusqu'au jour où une décision est prise, non sans conséquences.

 

Ludwig est chef d'orchestre. Sans vraiment lui demander son avis Mya s'est installée chez lui. Il l'a laissée faire "parce qu'elle avait le regard doux, des gestes lents, que c'était reposant cette douceur, cette lenteur après des années passées sur les routes avec l'orchestre". Mais, avec le temps, leurs relations se tendent jusqu'à la rupture.

 

Marius est lycéen. Il confie à son journal intime qu'il ne veut pas vieillir. Sa grand-mère, Mamina, atteinte de la maladie d'Alzheimer, va finir ses jours à la Maison du Repos. Il obtient de l'accompagner le jour de son admission. A la demande d'une infirmière, il accepte par la suite de devenir bénévole pour accompagner les vieux de l'établissement dans leurs promenades. Seulement, des morts subites s'y produisent.

 

Ils sont tout un groupe, hommes et femmes, attablés à la terrasse du bar de la Mairie. L'apparition d'une jeune femme les laissent complètement béats. De loin elle semble porter "une robe unique enroulée sur un corps parfait". Aucun d'entre eux ne porte de vêtements de première main. Alors ils boivent et les tournées se suivent.

 

Salomon et Hélène habitent depuis six mois un lotissement de maisons bas de gamme, toutes pareilles, bâties par la société Toutenbois.Elles ont toutes les mêmes meubles, de chez IKEA. Ce qui peut prêter à toutes sortes de confusions, quand on rentre fourbu chez soi, et bouleverser plus d'un destin.

 

Les incendies dans le midi de la France sont un fléau bien connu. Se produisent-ils par hasard? Rien n'est moins sûr, d'autant que des intérêts pécuniaires sont en jeu. Bastien finit par accepter de devenir pompier volontaire, mais ce n'est pas seulement le feu attisé par le mistral qui le tourmente.

 

Dans chacune de ces nouvelles, où pointe la satire, la tension monte jusqu'à l'instant limite qui n'est pas celui qu'on imagine de prime abord. Cet instant se produit en effet à la fin de chaque histoire, au moment de la chute. Et cette chute, que ce qui précède ne laisse pas présager, est plutôt heureuse, en dépit des détails vrais qui seraient plutôt sinistres.

 

Francis Richard

 

L'Instant limite, Anne-Claire Decorvet, 248 pages, Bernard Campiche Editeur

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures d'aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages