Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 08:00
"Comment j'ai vengé ma ville" de Philippe Lamon

De nos jours, il est de bon ton de dénigrer la compétition, la concurrence. Il ne faut pas qu'une tête dépasse les autres. Il faut uniformiser. Il ne faut pas se distinguer pour ne pas faire de tort aux autres. Il ne faut plus noter les enfants à l'école etc. Où l'obsession égalitaire ne va-t-elle pas se nicher?

 

Dans le même temps, et contradictoirement, tout est occasion de classement et il n'est question que de tops (en bon français), tops 10 ou 100: top des PIB des pays, top des ventes de livres, top des équipes de foot ou de rugby, top des joueurs de tennis, top des artistes, top des hommes politiques, top des managers, top des occurrences dans Google, top des blogs...

 

C'est pourquoi, quand sa ville d'origine est classée, depuis cinq ans consécutifs, au dernier rang des villes suisses de plus de 10'000 habitants (par des Zurichois), Benjamin Mercey est interpellé au niveau de son vécu personnel. Et dans Comment j'ai vengé ma ville, Philippe Lamon raconte justement comment il va s'y prendre pour que sa bonne ville de La Rotte n'occupe plus cette fichue dernière place.

 

Lui-même n'est pas un exemple de réussite. Il a abandonné ses études pour écrire un roman. Puis, il a arrêté son roman. Maintenant, il végète dans son job de correcteur au quotidien 30 secondes. Bref, c'est un loser, qui aurait l'embarras du choix s'il voulait faire ressortir les échecs les plus significatifs de sa vie.

 

Sa seule réussite, c'est sa copine, Johanna, une hollandaise, grande, belle, brillante, dont la libido est stimulée par les succès de Roger Federer et ne l'est plus du tout quand le numéro un mondial de tennis essuie un échec... Mais Ben sait que, de toute façon, il ne boxe pas dans la même catégorie que Johanna. Et l'imposture de leur relation improbable ne peut que faire long feu...

 

Pierre, le frère de Ben, préside aux destinées de La Rotte Tourisme et se fait donc du souci. Il est sur la pente savonneuse avec cette dernière place au classement de la ville. Ben, avec l'aide de son colocataire  Dédé, pour Georges-André Chappuis, décide de l'aider à redresser l'image de La Rotte, ce trou du cul du Pays de Vaud, situé à une quarantaine de minutes de route de Lausanne, "enfin, avec une voiture normale"...

 

En vengeant sa ville, Ben espère bien ne plus trouver dans le triste sort de celle-ci une piètre excuse au sien. Si La Rotte gagne ne serait-ce qu'une petite place au classement, il prouvera une bonne fois pour toutes qu'il n'est pas cet éternel adolescent immature que  son frère aîné considère de haut et qui a déçu sa copine.

 

Tour à tour, Ben et Dédé vont donc créer un événement extraordinaire susceptible de faire parler de La Rotte, organiser une soirée gloubi-boulga dans les anciens abattoirs de la ville, faire battre par les habitants de La Rotte et des villes environnantes un record qui sera inscrit dans le Guiness Book, tenter de faire rétrograder une ville située une place au-dessus. Cela sera-t-il suffisant pour que La Rotte ne finisse pas bonne dernière comme l'année précédente?

 

L'épilogue inattendu est le dernier trait d'humour, quelquefois noir, de ce récit désopilant, parfois burlesque, souvent satirique, qui en est truffé. Car le livre de Philippe Lamon fait beaucoup rire le lecteur. Il lui apporte beaucoup de soleil, surtout quand il le lit par temps maussade, accompagné de fortes intempéries.

 

Un des passe-temps de Ben est la lecture. Que lit-il? Schopenhauer et Cioran. Après avoir imaginé un dialogue entre ces deux joyeux drilles, à coup de citations, il conclut:

 

"A côté de ces lascars, même dans mes mauvais jours je fais figure de joyeux luron."

 

Philippe Lamon était-il dans des bons ou dans des mauvais jours quand il a écrit ce roman? Je ne sais, mais je sais après l'avoir lu avec bonheur que c'est un joyeux luron.

 

Francis Richard

 

Comment j'ai vengé ma ville, Philippe Lamon, 206 pages, Faim de siècle et Cousu mouche

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures d'aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages