Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 20:40
Poids lourd, de Pascal Rebetez

Le poids lourd? C'est le narrateur de Pascal Rebetez.

 

Le livre commence ainsi: C'est en Australie de l'ouest, à Perth, sur la balance de mon frère que s'enregistre l'énormité: 93 kilos et 300 grammes! Le narrateur ne dit pas quelle est sa taille. Il n'est donc pas possible de calculer son IMC (indice de masse corporelle)... 

 

Tout ce qu'il veut bien dire, c'est qu'il est sexagénaire depuis quelques mois, qu'il a entrepris son voyage dans les extrêmes pour y promener [sa] masse et qu'il a quinze kilos de trop... L'alcool l'a fait grossir, comme il fait grossir les aborigènes qui en boivent beaucoup:

 

Je suis donc un aborigène.

 

Au cours de son périple, cet anar, de par le milieu et les lectures, devrait croiser des aborigènes, ses "cousins" colonisés (les siens ont été colonisés par les forces de l'argent et du commerce). En fait, il en croise très peu, quatre en tout au centre-ville de Perth...

 

Route faisant, il ne triture que les débris de [sa] mémoire pour passer le temps au volant de la petite voiture qu'il a louée. C'est ainsi qu'il digresse, confirmant sa vision des êtres et des choses, et qu'il se remémore d'autres voyages accomplis en Syrie, en Colombie ou en Éthiopie.

 

Son surpoids est peut-être héréditaire, mais il ne veut pas ressembler à son grand-père Paul, qui était gros lui aussi mais qui n'était pas drôle, du moins quand il ne voulait plus voir son fils: même si la graisse m'y porte, je ne veux pas la foutue répétition des lignées, je n'en veux pas!

 

Il n'en veut pas, mais il n'en est pas moins homme et, comme de rouler en sens interdit, il se sent mal à l'aise à juger son ancêtre: Nom d'un diable à bretelles, j'ai bientôt son profil. Et je l'aime. Il fait quand même partie de moi pour un bon pourcentage.

 

En tous les cas il cultive l'autodérision pour parler de lui: Ma poitrine ballotte, pire, il y a des seins; ils forment deux dunes parallèles sous la plage de ma barbe; je les vois quand j'écris, quand je pisse, c'est l'insolence du ventre qui montre son corps boursouflé!

 

Son problème est qu'il adore manger et boire à satiété et que, même s'il sait être allé trop loin, il n'est pas près d'en revenir, ni prêt non plus à faire abstinence: il aime bien trop se taper la cloche et être allégé, ne serait-ce que passagèrement, par l'alcool.

 

Pourtant, à Mackay, il fait de louables efforts: J'ai laissé deux frites sur l'assiette du poulet à la mangue. Mon régime a commencé... Mais, plus loin, il suffit de quelques émotions musicales pour lui ouvrir l'appétit. Ce qui n'est pas pour dégonfler le pneu qu'il a autour de la taille.

 

En Australie, comme ailleurs de par le vaste monde, il n'est pas seul dans son surpoids:

 

Cette gélatine, cette dépression des tissus est un triste phénomène pour l'évolution humaine, mais dans la même pipette de sentiments, ça banalise le sexagénaire qui arbore ses munitions sur les hanches, son bedon qu'il faut décaler pour voir l'engin à pisse.

 

Au retour de son voyage, il prend de fermes résolutions. Ses ancêtres sont devenus ses balises, comme dans les rituels des aborigènes. Il empruntera donc des itinéraires inverses à ceux parcourus jusque-là et s'engage à perdre des dizaines de kilos, mais à raison d'un par année...

 

Durant tout ce temps, il lui faudra s'appauvrir en aimant, et puis aimer encore, enlever le poids lourd sur le coeur, s'affûter pour le grand jour, qui sera la grande nuit, où poser le chant, les notes, le ressac du monde et l'écume des grands fonds.

 

Francis Richard

 

Le poids lourd, Pascal Rebetez, 124 pages éditions d'autre part

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures d'aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages