Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 07:15

Te voici permise AbecassisLe dernier roman d'Eliette Abecassis, Et te voici permise à tout homme, paru chez Albin Michel, se passe dans un milieu traditionnel juif.

 

Le titre provient d'ailleurs de la formule écrite de répudiation - le guet -, par laquelle un mari juif se sépare religieusement de sa femme :

 

"Voici ton guet. Maintenant je te répudie, je t'abandonne afin que tu sois libre et maîtresse de toi-même. Et te voici permise à tout homme."

  

Anna est née dans une famille de stricte observance :

  

"Notre père, dont le métier est de copier la Torah et d'écrire les contrats de mariage à la main, nous a enseigné les lois et leurs applications."

  

Son propre contrat de mariage - la kétoubbah - avec Simon Attal a été rédigé par son scribe de père, qui "avait passé une semaine entière à la graver de sa plume de roseau, de belles letttres carrées, à l'ancienne".

 

Anna, maltraitée par Simon, qui prétendait l'aimer et en fait la haïssait, qui la négligeait et faisait tout pour qu'elle le quitte, a demandé le divorce civil et l'a obtenu trois ans auparavant. Leur fille Naomi a été laissée à sa garde, Simon l'ayant un week-end sur deux et les mercredis.

  

Anna pour qui la religion est autant une culture qu'un culte veut obtenir le guet, le divorce religieux, de la part de son mari. Sans ce document, en vertu de la loi juive, elle ne peut pas se remarier et se voit interdire tout contact avec un homme.

 

Avant d'obtenir le guet tout enfant conçu serait mamzer, adultérin avec de terribles conséquences religieuses pour lui, et tout homme avec qui elle referait sa vie serait considéré comme amant à jamais et ne pourrait être épousé religieusement par elle.

 

Or personne, même pas les rabbins, ne peut obliger un mari à donner le guet à sa femme. Simon justement refuse de le donner à Anna. Tant qu'elle ne l'a pas reçu elle est prisonnière, agouna, c'est-à-dire enchaînée, ancrée, enlisée, sa vie est bloquée.

 

Dans sa librairie Anna reçoit la visite de Sacha, un photographe. Ils tombent amoureux l'un de l'autre. Mais lui n'est pas religieux et ne comprend pas qu'Anna, qui est pourtant divorcée, se refuse à lui, alors qu'ils partagent le même désir.

 

Le roman est donc l'histoire de cette quête du guet dont Simon va se servir indéfiniment comme moyen de chantage sur Anna pour obtenir des avantages financiers, sans lâcher le précieux document, et des amours interdites entre Sacha et Anna.

 

Eliette Abecassis nous apprend beaucoup sur la loi juive orthodoxe en matière matrimoniale. Au-delà de cette connaissance de la loi qui contraint l'héroïne, ce livre est surtout la révélation de l'amour à une femme à qui il a été refusé jusqu'alors par son mari et qui le découvre dans les bras d'un autre.

 

Cet amour d'Anna, qui est "un voyage, un départ vers un autre monde", inspire à Eliette des pages d'une grande beauté, où celle qui a tant souffert du désamour de son mari découvre "le monde des sens", "le monde du sens" :

 

"Il me prit dans ses bras. Sa délicatesse me fit chavirer. Ses mains me lissèrent. Il suffisait qu'il me touche et je m'embrasais. Lorsqu'il effeura ma peau, ce fut mon âme qu'il fit sursauter. A travers mon corps, c'était ma vie qu'il caressait."

 

Le dénouement ne pouvait qu'être douloureux et la fin tient cette promesse.

 

Francis Richard

 

Eliette Abecassis, interrogée par Condidentielles.com, parle de son livre :

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Lectures d'aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

Francis Richard 31/10/2011 18:38



@le passant ordinaire : désolé mais votre dernier commentaire n'est pas mieux passé.


 


Je le reproduis donc :


 


Excusez moi, mais c'était un article publié sur l'Illustré mis en ligne le 28 juillet 2010 :


 


http://www.illustre.ch/isabelle-neulinger-israel-enfant_51092_.html


 


Ah! ces copier/coller...



Francis Richard 31/10/2011 03:54



@lepassantordinaire : vous avez laissé un commentaire qui n'a pas fonctionné et qui a bloqué les commentaires de mon blog.



Vous mettiez : Dommage que la Suissesse Isabelle Neulinger  a connu le même sort :


 


Je suppose que vous avez copié-collé un lien au lieu de vous servir de l'outil prévu à cet effet.



Le lien suivant se rapporte à l'affaire que vous évoquez:


 


http://www.levif.be/info/belga-generique/isabelle-neulinger-expose-dans-un-livre-son-combat-pour-son-fils-enleve-en-israel/article-1195124855222.htm



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages