Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 12:15

La fin du dollarL'agence de notation Standard & Poor's publie le 18 avril 2011 un communiqué sur la situation économique des Etats-Unis ici :

 

"Dans la mesure où les USA ont, à notre avis, par comparaison avec leurs pairs notés AAA, un très important déficit budgétaire et un endettement public croissant et parce que les méthodes pour y faire face sont floues, nous avons révisé notre perspective sur la note à long terme de stable à négative."

 

Ce communiqué va tout à fait dans le sens des propos que tient Myret Zaki dans son dernier livre à contre-courant, La fin du dollar, publié aux Editions Favre ici.

 

L'auteur de Vive l'évasion fiscale [voir ici mon article du 18 février 2010], où elle montrait que la disparition du secret bancaire helvétique arrangeait bien les sociétés offshore et les trusts anglo-saxons, montre cette fois que la crise de l'euro a permis, du moins dans un premier temps, de dissimuler la crise du dollar qui ne devrait plus tarder à se produire.

 

Cette crise de l'euro aurait même, selon Myret Zaki, été favorisée, voire provoquée, par les puissants hedge funds américains...Peut-être. Mais elle n'aurait pas pu avoir lieu si les pays de la zone euro ne s'étaient pas endettés au-delà de toute mesure et n'avaient pas creusés des déficits pour prétendument relancer leurs économies en réponse à la crise financière due aux subprimes. 

 

La situation économique américaine, telle que l'a décrit Myret Zaki, a de quoi faire peur. Car l'image correcte, qui en est donnée par les autorités du pays, est volontairement falsifiée pour justement éviter la panique. Les chiffres-clés officiels, tels que le PIB, l'inflation, la productivité, le taux de chômage, sont différents des chiffres-clés réels et permettent de masquer l'effondrement de l'économie américaine, qui se traduit par une paupérisation croissante de la population. Dont la baisse des salaires moyens et le transfert des emplois qualifiés outremer sont les symptômes indubitables.

 

La dette publique américaine explose. Elle est maintenant de 14'300 milliards de dollars, alors qu'elle était de 6'400 milliards en 2002 et de 12'100 en février 2009, au moment où Obama est entré en fonction. Cette dette publique ne comprend pas la dette parapublique sinon elle atteindrait 20'000 milliards de dollars. Et ce n'est que "la partie émergée de l'iceberg", puisqu'avec les engagements hors bilan - envers les retraités, les malades âgés, les invalides - la facture réelle s'élève à 200'000 milliards de dollars... Quant à la dette privée, elle s'élève à 50'000 milliards de dollars...

 

La pseudo-croissance américaine résulte de la consommation, mais cette consommation se fait à crédit, grâce aux stimuli de la politique monétaire menée par la Fed, la grande responsable de la faillite des Etats-Unis et des bulles successives depuis dix ans, comme le dénonçait également Pascal Salin dans son livre Revenir au capitalisme pour éviter les crises [voir ici mon article du 19 mars 2010]. Myret Zaki dénonce, elle, cet interventionnisme qui "a fait des Etats-Unis l'un des pays les plus éloignés du capitalisme de marché" et a privé les acteurs économiques des signaux que le marché aurait dû leur faire parvenir.

 

La Fed, la Réserve fédérale américaine, avec son utilisation frauduleuse de la planche à billets, permet de retarder les échéances. Elle fait croire aux Américains qu'il est possible de ne pas passer par la phase austérité pour redresser la situation, en attendant que survienne une croissance complètement hypothétique, puisque l'épargne et l'investissement ont disparu. Ce faisant elle provoque une chute de la valeur du billet vert qui a des répercussions dans tous les pays en raison de la mondialisation des échanges.

 

On va donc vers un abandon du dollar comme unique monnaie de réserve internationale et peut-être sa sortie ordonnée. Myret Zaki passe en revue les différents scénarios possibles, tels que le remplacement du dollar par un panier de monnaies, l'essor international du yuan, la densification des échanges hors dollar entre pays émergents. De facto l'étalon-or, abandonné il y a tout juste 40 ans, est restauré. La vente de stocks d'or détenus par les banques centrales est terminée :

 

"L'inversion de tendance observée en 2009-2010, qui a vu des instituts monétaires des pays émergents acheter massivement de l'or, montre combien la dette des pays développés suscite des doutes vis-à-vis du système monétaire actuel."

 

Quand et comment se produira la fin programmée du dollar ? Difficile de le dire, mais il est sûr que le manque de crédibilité du dollar a atteint un point de non retour, n'en déplaise aux éminents spécialistes de la pensée dominante, qui se complaisent dans un véritable déni de réalité.

 

Il faut donc lire ce livre convaincant.  

 

Francis Richard

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Economie
commenter cet article

commentaires

romain 14/05/2014 18:08

Je confirme rien n'est eternel tout est limité sauf preuve du contraire

Le passant ordinaire 24/04/2011 10:38



Devant la débandade prévisible de l'US$ et de l'euro un investisseur averti donnera sa préférence au franc suisse et garnira son portefeuille d'actions de tout premier choix en se gardant bien de
mettre le moindre sou dans des actions bancaires, d'assurances et de sociétés financières. C'est une recommandation que m'avait faite un gestionnaire de fortune libanais de confession maronite.
Selon lui il faut appliquer ces recommandations coraniques et n'investir que dans des industries productrices de biens réels. J'ai toujours suivi ces préceptes et j'ai gagné pas mal d'argent en
investissant dans l'industrie alimentaire et pharmaceutique.


Pour les spéculateurs qui pensent que l'Allemagne va sortir de l'euro il faut investir en actions allemandes de tout premier choix afin de pouvoir profiter d'un retour au DM souhaité par plus de
65 % de la population.


Vive le franc suisse et à bientôt peut-être au DM


 


 


 



Francis Richard 24/04/2011 13:01



Votre gestionnaire libanais est bien avisé.


 


Je ne sais pas si l'Allemagne sortira prochainement de l'euro, mais ce serait son intérêt, même si cette sortie n'est pas toute simple à opérer.


 


Quant au Franc suisse, il est, au même titre que l'or, une valeur refuge bien méritée.



Pierre-Henri Reymond 23/04/2011 15:04



Béotien et nul je demeure! Et mon cas s'aggrave proportionellement aux explications proposées. Mais je crois pourtant avoir compris que la dette d'un pays inclus celle des particuliers, des
ménages! La mienne, en somme! Alors je n'entend pas "austérité" comme tout le monde! Je n'entends pas austérité comme la privation d'une nouvelle voiture à crédit! Mais comme le contentement de
ce que j'ai reçu. Mais alors,  serai-je responsable de la faillite de Volkswagen? Décidément je ne comprends rien! Mais je subodore que le système économique repose sur un système de Ponzi!



Francis Richard 23/04/2011 15:20



Juste pour vous aider à comprendre : le crédit à la consommation est par essence un facteur de ruine pour le consommateur qui y a recours (il détruit de la richesse), et un facteur de ruine
pour un pays parce que la croissance réelle dépend de la capacité de ses résidents à épargner et à investir. 



Le passant ordinaire 23/04/2011 10:43



Dommage que cet très intéressant sujet ne soit point traité sur un blog d'extrrême droite où Monsieur Laurent MARTIN DESMARETZ de MAILLEBOIS aurait pu déverser son flot d'islamophobie gratuite.


Son commentaire n'apporte strictement rien au débat; les origines et le parcours professionnel de Madame Myret Zaki ne sont pas le sujet de votre excellent article dont je partage entièrement
votre point de vue (pour une fois )


A propos avez-vous noté le penchant de l'intervenant à abuser des majuscules ?



Francis Richard 23/04/2011 15:14



Merci pour votre commentaire et pour votre remarque sur les majuscules...



LMDM 22/04/2011 14:39



Je viens de me renseigner sur cette décrétée "Belle orientale", musulmane, qualifiant Tariq RAMADAN de "Philosophe". Analyste junior Chez LOMBARD Odier et Cie puis Journaliste au temps, enfin
Rédactrice en Chef Adjointe au "Bilan", elle est d'abord la Fille de son Père : «fin politologue», rédacteur en chef du journal Al Ahali, de gauche. Elle l'est restée. Ses analyses sont
superficielles, tendancieuses et mêmes fausses. Elle ne voit pas que PERSONNE ne peut "abandonner le dollar" de son seul chef. Il y faut pour cela la volonté et la possibilité de rembourser des
USA ! Or, Ils n'envisagent absolument pas cette hypothèse comme j'ai eu l'occasion déjà de le démontrer par des faits et non pas par des commentaires journalistiques. Elle n'a aucunement étudié,
je veux dire sérieusement et en profondeur, ce sur quoi elle se laisse aller à une logorrhée bien féminine dans des livres qui n'ont pas d'autre but que d'assurer sa "situation". Personnellement,
je n'y contribuerai donc pas en lisant ses commentaires compilatifs fondamentalement pro-islamiques. Ce qui est amusant est qu'elle ne voit pas la dépendance totale des Pays islamiques vis-à-vis
du dollar US et l'impossibilité de changement d'instrument de réserve, sauf à nous refiler leurs créances douteuses ce qui est hors de question... Le monde entier est bloqué ! C'est à une
faillite généralisée des monnaies virtuelles Euro comme dollar, Yen ou autre qu'il faut s'attendre et les musulmans retourneront à l'âge de pierre tandis que les Européens devront se remettre au
travail, surtout les Français...



Francis Richard 22/04/2011 16:48



Lisez le livre et vous verrez qu'elle répond à vos objections...



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages