Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 23:00

Daniel VasellaLe 23 janvier 2013 Daniel Vasella, président du Conseil d'Administration de Novartis, annonce qu'il quitte la présidence de son groupe le 22 février 2013 et qu'il sera lié par une clause de non-concurrence.

 

Le 15 février 2013 un site Internet révèle qu'aux termes de cette clause de non-concurrence Daniel Vasella touchera 12 millions de francs suisses pendant six ans.

 

Cette révélation suscite une levée de boucliers de la part des médias et de la classe politique, qui, en toute malhonnêteté intellectuelle, présente la chose comme le versement de 72 millions de francs, sans trop parler de son étalement dans le temps.

 

Cette indignation politico-médiatique, qui est un véritable lynchage, serait même partagée par les "simples" citoyens... Cette unanime jalousie, nourrie par l'envie, ne devrait pourtant que susciter le dégoût et la réprobation en Suisse, qui prend décidément le mauvais chemin tracé par la France en matière de populisme dirigé contre les riches.

 

En fait cette révélation tombe mal, selon eux, pour les opposants à l'initiative liberticide Minder qui défendent un contre-projet tout aussi liberticide (voir mon article du 5 février 2013 Votations du 3 mars 2013: trois nouveaux pas en avant pour l'Etat nounou) et qui s'appliquera automatiquement en cas de rejet de l'initiative: par ces dispositifs c'est en fait le populisme qui se fout de la démocratie...

 

Ce lynchage politico-médiatique est tel que Daniel Vasella, incrédule, est contraint de demander au Conseil d'administration de Novartis que cette clause de non-concurrence ne s'applique pas et qu'elle soit annulée d'un commun accord:

 

"J'ai compris", dit-il avant-hier dans un communiqué "que nombreux sont ceux, en Suisse, qui jugent ce montant exagéré en dépit du fait que j'avais annoncé mon intention de le verser à des oeuvres caritatives."

 

Ce qui est grave dans cette affaire est qu'un contrat privé ait été rompu sous la pression de la rue pour les uns, des milieux économiques pour les autres.

 

L'initiative Minder, comme le contre-projet, veut tout simplement interdire les indemnités de départ (comme les indemnités d'arrivées). Une clause de non-concurrence avec une contrepartie élevée ne sera-t-elle pas alors assimilée à une indemnité de départ?

 

L'initiative Minder prévoit des sanctions pénales pour les contrevenants, le contre-projet non, mais il prévoit la restitution des rémunérations indûment perçues, ce qui est suffisamment vague pour inclure n'importe quoi... Bref la Suisse, dans un cas comme dans l'autre, se soviétise...

 

On s'effraie des rémunérations perçues, pendant ses 17 ans chez Novartis, par Daniel Vasella, qui auraient contribué au lancement de cette chasse aux rémunérations abusives initiée par Thomas Minder. Il est pourtant impossible, sauf à tomber dans l'arbitraire, de définir précisément ce qu'est une rémunération abusive...

 

Alors on se livre à des comparaisons populistes, qui n'ont rien d'économiques. Pour ma part je remarque que Novartis fait peut-être partie du capitalisme de connivence (puisque son activité est pharmaceutique et que les ventes de médicaments sont réglementées), mais au moins Novartis n'a jamais demandé le sauvetage de l'Etat, comme UBS.

 

Au cours des cinq dernières années le chiffre d'affaires du groupe pharma, dont l'effectif dans le monde est de 128'000 personnes plein temps, a connu une croissance de près de 80% pour s'établir à plus de 58 milliards USD. En USD son bénéfice net a été de 6,5 milliards en 2007, de 8,2 milliards en 2008, de 8,4 milliards en 2009, de 10 milliards en 2010, de 9,2 milliards en 2011 et de 9,6 milliards en 2012.

 

Au regard de ces performances que pèsent les 30 millions de francs suisses perçus en 2007 par Daniel Vasella, ses 20 millions perçus en 2008 et ses 20,5 millions perçus en 2009, alors qu'il était à la fois directeur et président du Conseil d'administration? Ses 10,6 millions perçus en 2010, ses 13,5 millions perçus en 2011 et ses 13,1 millions perçus en 2012 alors qu'il n'était "plus que" président du Conseil d'administration et que Joseph Jimenez était devenu directeur?

 

Comme il y a de grandes chances que l'initiative Minder passe le 3 mars prochain, affaire Vasella ou pas, et qu'à défaut ce sera le contre-projet tout aussi détestable, contre lequel aucun référendum ne sera vraisemblablement lancé par quiconque, la Suisse attirera de moins en moins de managers de haute volée pour diriger ses grandes entreprises.

 

Au final, ces dispositifs liberticides se retourneront contre la population helvétique, dont la tête aura été tournée par des sirènes populistes de tous bords et qui ne pourra s'en prendre qu'à elle-même.

 

Francis Richard

 

La photo qui illustre cet article provient d'ici.

 

Cet article est reproduit sur lesobservateurs.ch.

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Suisse
commenter cet article

commentaires

Ben Palmer 23/02/2013 14:51


12 millions par an sur 6 ans ... pourquoi communes, cantons et fédération crache-t-ils sur les revenus qu'ils en retirent sous forme d'impôts?


Et nos élus, ils gagnent combien


Le revenu brut annuel d‘un conseiller fédéral est de 443'000 frs par année (état au 1.01.2011 ; indexé). Ce revenu est adapté au renchérissement, à l'instar des salaires du personnel de la
Confédération.




A ce montant s’ajoute un forfait pour les frais (30‘000 frs / an, état au 1.01.2011, n’est pas indexé). Le ou la président(e) de la Confédération reçoit en outre une indemnité annuelle de
12'000 frs.

La retraite d’un ancien conseiller fédéral est de 50% du traitement d’un magistrat en fonction.

Le droit à la retraite complète prend naissance pour les membres du Conseil fédéral, lorsqu’ils quittent leurs fonctions[...]



Donc 220'000 jusqu'à la fin de leur vie, pendant 20, 30, 40 ans. De quoi vivre aisément.

Francis Richard 24/02/2013 10:20



C'est voir la paille dans l'oeil du voisin et ne pas voir la poutre dans le sien...



Jacques Peter 22/02/2013 10:29


Consternant! Si même la Suisse s'y met. Quel encouragement inespéré pour les icompétents envieux qui sévissent en France.

Francis Richard 22/02/2013 10:32



La contagion des liberticides, hélas.



Claude 22/02/2013 09:13


Bonjour Francis,


Encore une fois, tout à fait d'accord avec vous. J'ai travaillé pendant près de 20 ans dans le groupe qui était alors CibaGeigy et je suis en rage d'entendre et de  voir la façon dont est
traitée tout spécialement l'industrie pharmaceutique notamment en France. Mais en Suisse, on devrait faire attention car la Suisse est encore un des rares pays où une recherche pharma de bonne
qualité existe. Que pèsent en effet les 72 millions de Vasella par rapport à ce que Novartis a rapporté et continue à rapporter. Exciter l'envie des gens est une politique détestable et à courte
vue. Que Vasella renonce à percevoir cette somme ne va rien changer au niveau de vie des Suisses, que je sache mais c'est un mauvais signal.


Bien à vous


 

Francis Richard 22/02/2013 10:29



Bonjour Claude,


Nous sommes toujours sur la même longueur d'onde. J'en suis ravi.


Bien à vous !



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages