Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 21:00

Euro contre franc le 2.09.2011La Banque nationale suisse, BNS, est intervenue trois fois pour affaiblir le franc suisse. Ce qui revient à fabriquer de la fausse monnaie et à copier les mauvais élèves de l'économie, pour ne pas être pénalisés par eux...

 

Au cours du dernier mois, la BNS a ainsi injecté au total 200 milliards de francs suisses de liquidités ici. Pour quel résultat ? Nul ou presque. Au jourd'hui 1 euro valait 1,11 franc suisse...

 

L'évolution de l'euro par rapport au franc suisse sur les six derniers mois [la représentation graphique de cette évolution provient d'ici] montre que ces interventions ne se sont traduites que par un point d'inflexion. La chute de l'euro se poursuit. Pourquoi ? Parce que l'euro n'inspire pas confiance, au contraire du franc suisse, tout simplement, et parce que la tendance n'est pas près de s'inverser.

On voit bien que ces interventions sont inutiles et coûteuses, qu'elles ne sont faites que dans un seul but : faire de la gesticulation pour montrer que la BNS n'est pas passive. Cela ressemble au but poursuivi par les plans de relance tout aussi inutiles et coûteux, engagés par l'ensemble des pays occidentaux  : faire croire que l'on agit, en se berçant de l'illusion keynésienne que la croissance est au bout de la dépense publique...

 

Bercés par cette illusion les économistes patentés jouent les vierges effarouchées devant la mise en place un peu partout de plans d'austérité. Ce qu'ils leur reprochent, c'est de diminuer les dépenses publiques, supposées être le moteur de la croissance économique, alors qu'elles en sont le frein, voire leur obstacle.  

 

Ce qu'il faudrait reprocher à ces plans d'austérité, c'est de ne pas tailler suffsamment dans les dépenses publiques, destructices d'emplois et d'épargne, pour permettre de libérer l'économie en baissant les taxes et les impôts, c'est-à-dire en redonnant aux entreprises et aux particuliers l'argent qui leur est confisqué et qui manque cruellement à l'économie pour croître et prospérer.

 

Dans le même esprit interventionniste, le Conseil fédéral a décidé, mercredi dernier 31 août 2011, de prendre des mesures visant à atténuer la force du franc. Ce premier train de mesures, chiffré à 870 millions de francs suisses ici, correspond en effet à une intervention étatique arbitraire :

 

- 500 millions sont destinés à permettre l'indemnisation d'éventuelles réductions d'horaires de travail

 

- 212,5 millions sont destinés à intensifier le transfert de savoir et de technologie

 

- 100 millions de prêt sont accordés à la Société suisse de crédit hôtelier

 

- 46,5 millions sont affectés au domaine des transports

 

- 10 millions sont alloués au financement des exportations de produits agricoles

 

N'aurait-il pas été plus judicieux et plus simple de baisser les taxes et impôts de tout le monde au lieu de favoriser les uns ou les autres ? La défense des emplois ne serait-elle pas mieux assurée en permettant à toutes les entreprises d'augmenter leur productivité sans avoir besoin de réduire leurs horaires de travail, autrement dit en leur permettant de s'adapter à la situation ?

Là encore il s'agit d'aider ceux que l'Etat, qui est omniscient comme chacun sait, considère comme prioritaires par rapport à d'autres. C'est le meilleur moyen de se tromper et de dépenser l'argent public de manière inutile et coûteuse.

Francis Richard

Partager cet article

Repost 0
Published by Francis Richard - dans Suisse
commenter cet article

commentaires

Ben Palmer 03/09/2011 21:01



Ceux qui recevront ces miettes seront certes contents. D'autant plus que c'est de l'argent qu'ils peuvent utiliser comme bon leur semble, il n'y a aucun moyen de vérifier l'efficacité de cette
distribution à l'arrosoir.


Il me semble qu'une baisse de la TVA aurait pu inciter le citoyen suisse à  consommer un peu plus et surtout en Suisse, au lieu d'aller acheter dans un espace Euro voisin.



Francis Richard 03/09/2011 21:32



Une baisse de la TVA aurait effectivement fait partie des mesures applicables à tout le monde sans privilégier quiconque au détriment des autres.



Le passant ordinaire 03/09/2011 10:15



Dans les années sous l'égide du Conseiller fédéral tessinois Nello Celio nous avons vécu avec des taux d'intérêts négatifs sur les avoirs étrangers. Encore une fois la Suisse s'était fort bien
sortie du pétrin alors que nous connaissions des taux d'inflation de plus de 12 %.


Les placements fiduciaires à l'étranger (sans déduction de l'impôt à la source) pour des périodes de 3 à 12 mois étaient rémunérés
au taux de 15 % p.a.


Laissons tomber l'euro jusqu'à la parité cela ne peut que nous profiter à nous citoyens lambda toujours à la recherche d'une bonne affaire.



thizy 03/09/2011 07:24



bonjour


bravo pour la conclusion


cordialement



Francis Richard 03/09/2011 09:44



Merci.


 


Cordialement



Le passant ordinaire 03/09/2011 06:35



J'ai eu le courage d'acheter 25'000 euros lorsqu'ils s'échangeaient à 1.03 car j'avais comme objectif de faire l'acquisition d'un SUV 4 x 4 Renault Koleos en Espagne où il se vend pour 21'200
euros au lieu de 25'000 francs en suisse.


Or, après déduction de la TVA espagnole de 18,5 % le prix net s'élève à 17'278 euros soit au cours de 1.03 17'796 francs ce qui représente une économie avant paiement des taxes suisses de 7'204
francs ou 28,8 %


Il ne faut pas rêver jamais l'importateur suisse Renault n'accordera de tels rabais à un acheteur potentiel domicilié en Suisse alors qu'à l'interntionale ils pédalent joyeusement dans la
semoule.


Se pose alors une question essentielle jusqu'où la Banque Nationale Suisse doit-elle défendre le francs suisse étant entendu que les pertes se chiffrant par milliards se répercuteront sur les
dividendes versés aux actionnaires composés de la Confédération et des cantons suisses.


Personnellement je pense qu'il faut cesser immédiatement de soutenir les cours et d'introduire un intérêt négatif pour que cesse ces ventes d'euros.


P l a i s a n t e r i e


Si tel n'est pas le cas je suggère que l'on procède à un examen psychiatrique du directeur général de la BNS et qu'en cas de résultats positifs on l'interne
pour un bon bout de temps.



Francis Richard 03/09/2011 07:08



J'aime beaucoup votre humour.


 


Quant à l'intérêt négatif c'est de nouveau une solution arbitraire qui revient à baisser la valeur du franc de manière artificielle et coûteuse...



Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), je travaille dans les ressources humaines et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages