Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2019 3 13 /11 /novembre /2019 18:00
Quand les voyageurs découvraient la Suisse, de Didier et Gilles de Montmollin

Ce livre écrit par deux frères, Didier et Gilles de Montmollin, relate des Scènes de la vie touristique entre 1840 et 1914. Qui dit tourisme dit déplacements et hébergements et, bien entendu, touristes.

 

Les scènes dont il est question dans ce livre ne sont pas toutes purement historiques, mais, quand elles ne le sont pas, elles sont largement inspirées de récits qui le sont et mises dans leur contexte.

 

C'est un livre très court, mais il donne un aperçu de l'évolution extraordinaire que non seulement le tourisme mais aussi les moyens de transport connaissent déjà en trois quarts de siècle.

 

Le tourisme est encore individuel en 1842 où se situe la première scène et où, pour voyager, la diligence et le bateau à vapeur - de mise dans un pays de lacs - sont utilisés pour se déplacer.

 

Quelque vingt-et-une années plus tard, le voyage organisé fait son apparition, avec une différence notable. Une Anglaise, avec un ton gentiment moqueur, emploie dans son journal l'expression faire:

 

A cette époque déjà, le touriste est boulimique: davantage que de vivre pleinement des expériences, il s'agit de faire un maximum de choses dans le temps imparti.

 

S'il est absent de ce deuxième récit, le réseau ferroviaire est alors en plein développement et, là où il est présent, il a l'avantage d'être plus rapide et moins cher que la diligence ou le bateau.

 

A peu près à la même époque se situe le troisième récit des auteurs qui est consacré à une autre forme de tourisme, l'exploit sportif, avec l'ascension du Cervin par une cordée de Britanniques

 

Au XIXe siècle, comme dans presque tout ce qui a trait aux efforts "inutiles", les Anglais jouent ici les cadors...

 

A la veille de la Grande Guerre, le dernier récit se passe dans un train: le chemin de fer s'impose comme moyen de transport dominant et le réseau de diligences recule peu à peu. L'automobile reste un luxe.

 

(Le dirigeable et l'aéroplane commencent seulement à faire parler d'eux.)

 

En conclusion de ce livre instructif, les auteurs rappellent qu'au XIXe siècle, contrairement à l'hébergement, la mobilité était extrêmement chère...

 

Ils observent qu'à la veille de la guerre de 1914, les gens à même de s'offrir des voyages étaient suffisamment nombreux pour qu'en Suisse le tourisme soit - déjà - un phénomène de masse, proportionnellement encore plus important qu'aujourd'hui...

 

De tels rappels historiques donnent matière à réflexion aujourd'hui, qui est une époque de grande mobilité...

 

Francis Richard

 

Quand les voyageurs découvraient la Suisse, Didier et Gilles de Montmollin, 64 pages, infolio Presto

 

Livres précédents de Gilles de Montmollin:

Pour quelques stations de métro, Mon Village (2013)

La fille qui n'aimait pas la foule, BSN Press (2014)

Latitude noire, BSN Press (2017)

Une sirène, BSN Press (2018)

Un été 1928, BSN Press (2019)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens