Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 08:25

Le 2 avril, à Londres, a eu lieu le sommet du G20. Comme date symbolique, le 1er avril avait été soigneusement évité. Car ce n'est pas une farce qui s'est jouée mais une tragédie pour tous ceux qui sont épris de libertés.

Peut-être parce que le titre de son livre est né de l'inversion de son année d'écriture, George Orwell s'est trompé d'un quart de siècle. Big Brother c'est "2009" et non pas "1984". Le G20, dont la légitimité est autoproclamée et qui fait figure de réel Big Brother, a donc accouché de ce que les média, dans la novlangue, appelle un nouvel ordre mondial, qui pourrait s'avérer le plus grand désordre mondial, grande dépression à la clé.

Au nom de la liberté d'inquisition l'ère du secret bancaire a été proclamée révolue par le G20. Thierry Afschrift, dont j'ai commenté ( ici ) l'étude ( ici ).mise en ligne par l'Institut Constant de Rebecque ici ) montre qu'en réalité le secret bancaire est une protection contre la "conception totalitaire du rôle du pouvoir sur les citoyens". La proclamation du G20 est par conséquent emblématique.

Dans la grande tradition des totalitarismes le G20 ( ici ) a dressé des listes de suspects.

Comme on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, aucun membre du G20 n'a été listé. Les Etats-Unis figurent parmi les blanches colombes, en dépit du Delaware et du Wyoming, de même que la Chine, en dépit de Hong-Kong et Macao, et que le Royaume-Uni, qui a même obtenu que ses territoires "indépendants", Jersey, Guernesey et l'Ile de Man, figurent à ses côtés, puissance invitante du sommet de Londres oblige.

Parmi les pigeons gris se trouvent les paradis fiscaux, tels que le Lichtenstein et Monaco, et les autres centres financiers, tels que la Suisse et l'Autriche. S'ils veulent devenir blancs comme neige, ils doivent conclure 12 accords d'échange d'information avec des pays de l'OCDE. Les Pays-Bas qui en ont déjà conclu 7 et les Iles Caïman 8 pourraient bientôt être blanchis.

En Suisse les nouveaux munichois ont poussé un lâche soulagement : le pire a été évité. Ah bon ? 

Les oiseaux noirs sont au nombre de 4 : Costa-Rica, Malaisie, les Philippines et l'Uruguay. Ils ont intérêt à vite se bouger sinon Big Brother promet de les sanctionner d'importance.


Le premier oeil de Big Brother c'est l'OCDE  ( ici ) qui est chargée de la surveillance des pays listés. Le G20 lui demandera de rendre compte en septembre, lors du prochain sommet de Big Brother. 

Le second oeil de Big Brother, coordonné au premier, c'est le Forum de la stabilité financière ( 
ici ) qui est chargé de la surveillance financière.

Car si la crise que nous connaissons est due à l'interventionnisme (voir mon article
Pour Pascal Salin la crise financière est due à l'interventionnisme ), Big Brother a décidé d'intervenir encore et encore.

Le secteur bancaire, tout en étant un secteur ultra réglementé, a failli. Eh bien il sera encore plus réglementé :

"
Errare humanum est, perseverare diabolicum"...

Tout sera surveillé par le FSF : rémunérations et bonus, agences de notation, comptabilités via de nouvelles normes comptables etc. Le FSF fera bien entendu une chasse à mort aux paradis fiscaux. Il est urgent que le monde entier devienne un enfer fiscal.

Pourquoi ?

Parce qu'il a été décidé d'injecter 5'000 milliards de dollars dans l'économie mondiale pour la relancer. Ce qui risque bien de préluder à une grande dépression que Big Brother prétend vouloir nous éviter.

Ce que dit Dick Arney dans le Wall Street Journal du 31 mars 2009 (traduit par l'Institut économique Molinari 
ici ) à propos du gouvernement des Etats-Unis peut être étendu à l'ensemble des pays qui s'apprêtent à relancer leur économie (voir aussi mon article Les politiques de relance de l'économie par l'Etat échouent toujours ) :

"
Si personne ne semble s’inquiéter du fait qu’il va falloir financer le plan de relance de plus d’un trillion de dollars, il faut quand même s’accorder sur le fait que l’argent devra bien venir de quelque part : des taxes plus élevées, des emprunts ou encore la création monétaire.

Si le gouvernement emprunte pour payer le plan de relance, il devra créer de la monnaie ou augmenter les impôts pour rembourser l’emprunt. Si le gouvernement augmente les impôts pour payer le plan de relance, il aura pris à Pierre pour donner à Paul. S’il imprime de l'argent, cela augmentera l'inflation, et entraînera une diminution de la valeur du dollar. Ce qui sera in fine prendre à Paul pour rembourser Paul avec de la monnaie dévaluée.

Prélever l'argent de l'économie privée – par le biais de taxes ou par l'inflation – pour financer des dépenses qui ne permettront pas de réaliser de vrais gains économiques est pire que de ne rien faire
." 

Les pays qui s'en sortiront le mieux seront donc ceux qui auront le moins relancé. Ceux qui n'auront que timidement répondu aux injonctions de Big Brother.
 

Francis Richard

Partager cet article

Repost0

commentaires

Ben Palmer 04/04/2009 14:17

Triste, le spectacle que nous a livré le G20, le club des hyperactivistes ignorants.
Au moins ils ont pu déclaré, dans leur rapport de clôture, qu'ils sont d'accord sur la lutte contre le secret bancaire. Donc pas de solution pour le vrai problème.

Francis Richard 04/04/2009 14:42


Je ne peux que vous approuver.


Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens