Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2018 4 12 /04 /avril /2018 22:00
Banana spleen, de Joseph Incardona

On m'a posé la question du titre: pourquoi Banana Spleen? Il fait moins allusion à un dessert qu'à une fameuse pochette de disque du Velvet Underground, créée par Wahrol en 67. C'est le point de départ: un spleen mâtiné de culture pop...

 

L'album auquel Joseph Incardona fait allusion en quatrième de couverture est celui où Nico chante trois chansons sur onze et où sur la pochette il y a une banane autocollante avec pour légende: Peel Slowly and See... En-dessous, une banane rose...

 

Les chansons du groupe américain ont pour thèmes les drogues dures, le sado-masochisme, l'homosexualité... Dans Banana Spleen, le narrateur André Pastrella boit sec, a des rapports musclés avec les femmes, est vigoureusement hétéro...

 

André Pastrella est écrivain, du moins est-ce son ambition, sinon il est prof dans une école où il ne se plaît pas. Il a pour compagne Gina, jeune cadre dynamique qui le stabilise et qui a une voie toute tracée devant elle: elle sera analyste financier.

 

Un soir, entre Noël et Nouvel An, Gina prévient André de ne pas l'attendre: elle rentrera tard. En fait elle ne rentrera pas: elle meurt dans un accident de voiture. Commence pour André la descente: il perd son emploi, il fréquente des lieux interlopes...

 

André part en vrille, si l'on excepte les moments où il écrit des nouvelles, qui sont autant d'exutoires, puisqu'il s'agit à chaque fois d'individus paumés en proie à la solitude, au cul, à la violence. A la folie. Autant d'écrits en connaissance de cause.

 

Dans son récit le narrateur alterne périodes de rémissions - il laisse ainsi un temps entrevoir au lecteur la possibilité de sa réinsertion - et périodes de rechutes - il ne cache pas les conneries délirantes que sa déstabilisation l'entraîne à commettre.

 

Le lecteur est donc balloté par l'auteur et reçoit de sa part une douche écossaise: à des séquences dures succèdent des séquences douces, voire poétiques, soit un cocktail détonnant, non dénué d'attraits pour lui, si, bien sûr, il n'est pas bégueule...

 

Francis Richard

 

Banana spleen, Joseph Incardona, 320 pages, BSN Press

 

Livres précédents:

 

Derrière les panneaux il y a des hommes, 288 pages, Finitude (2015)

Permis C, 232 pages, BSN Press (2016)

Chaleur, 160 pages, Finitude (2017)

Les poings, 80 pages, BSN Press (2017)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens