Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 septembre 2018 5 14 /09 /septembre /2018 22:55
Nuit américaine, de Pierre Lepori

Alexandre anime une émission radiophonique nocturne, Nuit américaine, dont le titre fait inévitablement penser au film de François Truffaut et à sa mise en abyme, mais aussi, pour les connaisseurs, au procédé de tournage que l'on désigne ainsi en français, tandis qu'en anglais on parle de day for night...

 

Le roman de Pierre Lepori présente des analogies avec le film et l'expression. S'y déroulent en effet en parallèle des interventions d'auditeurs, ponctuées de musiques, et la vie d'Alex en Amérique, où il a choisi d'aller, après que, son chef, lui a demandé de prendre un mois de congé pour surmenage et réflexion:

 

Le futur est sur le web!

 

Tandis que les auditeurs continuent la nuit, en Europe, à raconter à l'antenne ce qu'ils ont envie, vrai ou faux - cela n'a pas d'importance -, c'est le jour en Amérique, et vice-versa. Si bien qu'Alex se retrouve à écouter son émission en streaming à trois heures de l'après-midi de sa première journée américaine.

 

Alex en Amérique s'enfonce dans sa nuit à lui, à lui seul, dans une ville trop grande. Sa rencontre avec Paméla, femme corpulente, étrange créature à la chevelure rousse bouclée, ne peut qu'être un intermède, alors que le hantent les figures de sa mère, de son ex-femme, de son frère et de son ami d'enfance.

 

Dans le film de Truffaut, le personnage du réalisateur dit en substance: Les films sont mieux que la vie [...], nos vies sont compliquées, et caetera mais les films, eux, filent tout droit, comme des trains dans la nuit. Peut-être que la vie d'Alex est moins compliquée qu'elle ne paraît, et ce roman plus droit...

 

Francis Richard

 

Nuit américaine, Pierre Lepori, 102 pages, Éditions d'en bas

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2018 3 12 /09 /septembre /2018 22:15
Les prénoms épicènes, d'Amélie Nothomb

- Nous avons un point commun, toi et moi. Nos prénoms ne spécifient pas de quel sexe nous sommes.

- Oui. Nous portons des prénoms épicènes.

- Épicènes? Je ne connais pas ce mot.

- Ben Johnson, un célèbre contemporain de Shakespeare, a donné ce titre à l'une de ses pièces. Il en fait le nom de la femme parfaite.

 

Et Claude Guillaume et Dominique Rosec n'eurent qu'une seule enfant qu'ils prénommèrent Épicène, le prénom le plus épicène du monde...

 

Claude et Dominique se sont rencontrés le 12 septembre 1970 à la terrasse d'un café de Brest. Ils ont tous deux vingt-cinq ans. Elle, Dominique, est secrétaire chez Terrage. Lui, Claude, est sur le point de monter à Paris pour créer une société. Coïncidence, c'est pas croyable, elle apprendra peu après qu'il s'agit de Terrage Paris...

 

Quoi qu'il en soit Claude met le paquet pour séduire Dominique: ce jour-là il lui offre le champagne, du Deutz. Puis il circonvient ses parents, lesquels trouvent qu'il est très bien ce garçon. Enfin, à son retour de Paris, il lui offre un flacon de Chanel n°5, qu'il a acheté dans une boutique des Champs-Élysées avant de reprendre le train.

 

Très vite ils se marient. Claude souhaite qu'ils aient un enfant. Comme cela ne vient pas, il est de plus en plus désagréable avec Dominique. Quatre ans plus tard il parvient à ses fins. Il redevient attentionné, mais une fois que l'enfant paraît, il la déteste. Celle-ci, sans le lui montrer, est très tôt dans la même disposition à son égard:

 

A l'âge de cinq ans, Épicène sut qu'elle n'aimait pas son père. Ce ne fut pas une révélation, mais la première formulation d'une vérité qui avait germé en elle deux ou trois ans plus tôt.

 

A l'âge de onze ans, son père, délibérément, fait perdre à Épicène sa meilleure amie, Samia. Elle découvre en lui le monstre qui la hait depuis la naissance. Mais elle ne s'avoue pas vaincue pour autant: Ce qu'il ne sait pas, c'est que je le hais. Je le hais encore plus qu'il me hait. Et un jour, je ne sais pas comment, je le tuerai...

 

La même année, Claude demande à Dominique de devenir l'amie de Madame Cléry, dont les deux filles, nées l'une en 1972, l'autre en 1973, sont dans la même école qu'Épicène: il s'agit d'approcher par elle l'inaccessible Monsieur Cléry, un homme important avec lequel faire affaire constituerait un aboutissement dans sa carrière...

 

Peu à peu, Amélie Nothomb révèle la face cachée de Claude. Ainsi s'explique pourquoi ce mec ignoble voue une telle haine à sa propre fille et quel but il poursuit dans la vie. Cette histoire, qui trouve son épilogue dix ans après cette révélation, est en quelque sorte une fable dont la morale se trouve dans ce que dit Épicène à sa mère:

 

La personne qui aime est toujours la plus forte.

 

Francis Richard

 

Les prénoms épicènes, Amélie Nothomb, 162 pages, Albin Michel

 

Livres précédents chez le même éditeur:

Le voyage d'hiver (2009)

Une forme de vie (2010)

Tuer le père (2011)

Barbe bleue (2012)

La nostalgie heureuse (2013)

Petronille (2014)

Le crime du comte Neville (2015)

Riquet à la houppe (2016)

Frappe-toi le coeur (2017)

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2018 1 10 /09 /septembre /2018 22:00
Mer porteuse, de Didier Burkhalter

La Mer porteuse de tous les espoirs imprègne le roman de Didier Burkhalter dont l'histoire navigue sur cinq générations et se nourrit tout du long de métaphores maritimes, qui lui donnent le souffle d'une épopée familiale.

 

Mais il faut dire tout de suite que ces cinq générations ne sont finalement rien au regard des millions d'années depuis lesquelles l'océan mêle les courtes existences et les longues morts pour en faire une vie perpétuelle...

 

Ce 20 septembre 1897, à la Baie des Trépassés en Bretagne, tout près de la falaise où sa mère s'est jetée après l'avoir abandonnée, Gwellaouen, seize ans, attend avec inquiétude celui qu'elle aime, Kaelig, parti sur une sardinière.

 

La chaloupe a affronté une tempête. Enceinte de Kaelig, Gwellaouen, ne sait pas encore que le père de Kaelig est mort à bord et qu'ils vont pouvoir partir à l'aventure avec les deux jumeaux, Enor et Aelia, qu'elle porte en elle.

 

L'année suivante, les quatre traversent l'océan pour aller au Canada, où ils sont accueillis par une Abaigh au grand coeur qui les a précédés ici quelques décennies plus tôt avec ses parents, après avoir quitté son Irlande natale.

 

Vingt ans après, avant la fin de la Grande Guerre, Kaelig et Enor retraversent l'océan pour la faire. La mer prend la vie de l'un, tandis que l'autre, rescapé et manchot, choisit la mer sur laquelle il veut cingler dans sa vie à lui:

 

Il sera avocat pour porter et faire triompher les justes causes de la vie des autres.

 

Avec Abaigh et Aelia, qui prêcheront d'exemple, Enor créera en effet une fondation pour adopter des enfants abandonnés, lutter contre les adoptions forcées et accueillir dans un centre les jeunes femmes enceintes rejetées par tous.

 

S'il est deux leçons à tirer de ce récit, qui ressemble comme deux gouttes d'eau salée à un conte poétique, c'est qu'il est difficile de tourner le dos à ses origines et que la beauté de la bonté est telle que ses bienfaits ne se perdent pas.

 

Francis Richard

 

Mer porteuse, Didier Burkhalter, 200 pages, L'Aire

 

Livre précédents:

Enfance de Terre (2017)

Là où lac et montagne se parlent (2018)

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2018 6 08 /09 /septembre /2018 19:30
Le miroir des âmes, de Nicolas Feuz

Le prologue du Miroir des âmes annonce tout de suite les couleurs que Nicolas Feuz a voulu donner à son polar où les apparences s'avèrent décidément trompeuses: il est noir, sanglant, glauque, au sens figuré comme au sens propre du terme.

 

Dans le prologue, en effet, à titre d'avertissement à ceux qui le traquent, Le Vénitien tue un inspecteur de police, Martin Saudan, en lui coulant du verre de Murano dans la gorge. C'est une première pour lui que de tuer un policier, qui plus est dans son accoutrement rituel:

 

[Le Vénitien] portait une robe sombre à grande capuche, comme la tenue de cérémonie d'une secte très occulte conçue par l'imaginaire ténébreux d'un Lovecraft. Sur la tête, il avait un large masque de loup...

 

Le premier jour qui suit n'est pas triste non plus: une bombe à billes de verre explose à Neuchâtel, sur la place des Halles, faisant de nombreuses victimes, parmi lesquelles, frappé d'amnésie, le procureur Jemsen auquel rend visite à l'hôpital Flavie Keller, sa greffière.

 

Le même jour, le commissaire Tristan Kramer et l'inspecteur Justin Mollier, de l'ICS (Intégrité corporelle et sexuelle), se présentent au salon de massages Perla Blu pour interroger Alba, une des prostituées de l'établissement que dirige Robert Balla, dit Berti.

 

A l'entrée du Perla Blu, ils ont passé outre le cerbère prénommé Marku, qui a des yeux de tueur, un corps bodybuildé, qui est albanais comme Berti et qui est aussi musclé que con: mais on ne l'avait pas recruté non plus pour donner des cours de philosophie...

 

Enfin, le deuxième jour, font leur apparition le Conseiller d'État Pierre Keppler et le Secrétaire général de son département Luc Autier, retranchés derrière la raison d'État pour taire leurs liens avec le Vénitien auquel ils ont eu recours pour de basses oeuvres...

 

Après avoir vu Jemsen à l'hôpital Pourtalès, Keppler et Autier se rendent à la demande de Kramer sur les lieux de l'assassinat de son collègue Saudan, de l'ICS, dont le cadavre dénudé a été découvert accroché par une corde à la plate-forme d'une tour panoramique.

 

Après ces prémices, ce polar continue de tenir les promesses du genre: violences, sexe, et rebondissements, qui se produisent non seulement parce que les pièces du puzzle se mettent petit à petit en place, mais parce que l'envers des personnages n'est pas moins surprenant que l'endroit...    

 

Francis Richard

 

Le miroir des âmes, Nicolas Feuz, 224 pages, Slatkine & Cie

 

Livre précédent:

Eunoto - Les noces de sang TheBookEdition.com (2017)

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2018 2 04 /09 /septembre /2018 22:55
Les trois singes, de Florian Sägesser

Ils sont trois amis, trois comme Les trois singes de la sagesse, dont la devise se résume à:

 

Ne rien voir, ne rien dire, ne rien entendre et il ne t'arrivera rien.

 

Ils sont trois amis et le bar Les Trois Singes est à la fois le lieu qui les symbolise et leur point de ralliement à Sydney:

 

- Ruffy se caractérise par cette nécessaire cécité: ne rien voir, ne pas voir la réalité en face: il est artiste...

- Brian ne s'avère pas du genre bavard malgré sa profession: il est prof...

- Mike aime ne rien entendre et se convaincre qu'il n'a pas tort: il aime aussi les chiffres...

 

Brian va se marier avec Megan, prof comme lui, et c'est l'occasion pour le trio de se retrouver: cela faisait quatre ans qu'il n'avait pas été réuni, Mike étant parti à Genève pendant tout ce temps-là. Mais il est revenu, après avoir rompu avec une belle.

 

Comme le mariage a lieu dans cinq mois ils décident de faire une dernière virée entre célibataires, de louer un van et de prendre la direction de Melbourne:

 

Conjuguant le présent comme un cadeau, ils veulent vivre une dernière fois comme au bon vieux temps, lorsque le futur ne se calculait qu'au lendemain, guère plus loin. Les soucis étaient immédiats, les plaisirs aussi. Qu'importait hier, qu'importait demain.

 

En attendant qu'il prenne la route de Melbourne, Florian Sägesser caractérise le trio, composé de trois jolis garçons aux patronymes symboliques:

 

- Richard Hobo, alias Ruffy, l'Aborigène, éternel étudiant;

- Brian Longwood, qui - c'était couru, puisqu'il est le plus réfléchi des trois - est le premier à avoir trouvé chaussure à son pied;

- Mike Hangover, pour lequel l'amour, c'est compliqué et qui, fils unique, a perdu ses parents dans un incendie...

 

Après quelques jours, et nuits, passés à Sydney, ils prennent la route. Le van n'est prévu que pour deux passagers: Brian conduit; Mike aimerait bien; Ruffy se dissimule, pour que la police ne les arrête pas puisqu'ils sont dans l'illégalité...

 

Premier incident: passé Canberra, le van entre en collision avec un kangourou et le tue; ils décident de ne pas le signaler au garde-faune... et de laisser l'animal au bord de l'autoroute...

 

Deuxième incident: dans une boîte de nuit, à Fitzroy, quartier alternatif de Melbourne, Mike fait la connaissance de Lee, une laconique et mystérieuse enchanteresse, aux longs cheveux noirs bouclés et à la peau couleur caramel, qui le quitte abruptement après avoir allumé la flamme du désir...

 

Troisième incident: dans la salle à manger de la maison d'hôtes où le trio loge, Mike voit Lee (diminutif de Leewana): elle est toujours aussi laconique et pressée de le quitter; elle consent cependant à ce qu'il lui note le numéro de téléphone de Brian sur un bout de papier (le sien n'est plus actif); et donne rendez-vous au trio le lendemain après-midi à Devil's Elbow.

 

Le lendemain, au lieu-dit, les trois découvrent le cadavre de Leewana au bout d'une jetée; préviennent la police, mais sont arrêtés par le commissaire Andrew Redneck, parce qu'ils  connaissaient la victime: la preuve en est le bout de papier sur lequel est inscrit le numéro de téléphone de Brian...

 

Ruffy appelle alors à l'aide un ancien policier qu'il connaît, Gordon Grahams, à qui il a rendu des services. C'est une tout autre histoire qui commence, compliquée comme l'amour... Avant son dénouement, inattendu, les trois singes font la grimace... 

 

Francis Richard

 

Les trois singes, Florian Sägesser, 272 pages, L'Âge d'Homme

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2018 7 02 /09 /septembre /2018 21:20
Dernière rentrée, de Tiffany Jaquet

Le coup de feu qui détona ce vendredi de printemps emporta dans la trajectoire de la balle la vie d'un être humain et laissa dans son écho un souvenir sordide, imprégnant les couloirs du collège et les esprits de tous les élèves et de leurs professeurs.

 

Qui a pressé la détente? Sur qui le coup de feu a-t-il été tiré?

 

Pour le savoir, le lecteur est d'abord invité à remonter le temps: tout commence en effet avec la Dernière rentrée du professeur André Clottu, qui sera en retraite à la fin de l'année scolaire, après avoir enseigné quelque quarante ans.

 

Précédemment il enseignait au Collège secondaire Benjamin Constant, où il a fait toute sa carrière mais, pour une raison qui n'est dévoilée qu'à la fin de l'histoire, il a dû quitter son poste et est devenu finalement un professeur remplaçant.

 

Alors que les cours ont commencé depuis fin août, il n'arrive qu'en octobre pour remplacer une jeune femme, en DER1, salle 206, au Collège secondaire Pré-Fleuri: c'est une petite classe avec seulement une dizaine d'élèves, lui dit-on.

 

En fait les élèves ne sont que neuf: Alex Abetel, Timéo Chevalley, Valentina Fernandez, Daniel Garcia Pinto, Aminatou N'Dalo, Valtrim Laqiri, Sébastien Montant, Yacine Nesrim, Marie Wissinger; et c'est un condensé de mauvaises graines...

 

André Clottu pose tout de suite le cadre: il n'a pas d'humour; il entend que ses élèves respectent les règles de l'école et quelques principes personnels, tels que lever la main avant de prendre la parole ou être ponctuel; il vouvoie ses élèves.

 

Bref, il n'est pas là par plaisir et entend bien ne pas subir le sort de celle qui l'a précédée et dont ils ont obtenu le départ: il va faire bonne figure et tenir jusqu'à la fin de l'année scolaire. Ensuite il prendra une retraite anticipée bien méritée.

 

C'est ce qu'on va voir. Pour ce faire, Tiffany Jaquet, tandis qu'elle fait progresser le récit de mois en mois, jusqu'en mai, donne, sur les mois passés et le moment présent, la parole à chacun de ces maudits ados le jour du mortel coup de feu.

 

Ce jour-là, Clottu, jusqu'alors impatient de prendre sa retraite, confesse qu'il est soudain envahi par une forme de mélancolie, de celle que l'on ressent quand une page de l'histoire de notre existence se tourne. Car ses élèves ont fini par le toucher.

 

Francis Richard

 

Dernière rentrée, Tiffany Jaquet, 178 pages, Plaisir de lire

 

Livre précédent:

L'enfant du placard (2016)

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2018 6 01 /09 /septembre /2018 22:55
Lynx, de Claire Genoux

Lynx n'habite plus la maison d'enfance depuis son retour d'Asie. L'enfance, elle n'a été faite qu'avec Père, avec les longues heures d'attente dans la forêt et la lumière jaune des arbres, forêt qui est son vrai domaine, arbres qui sont sa seule famille.

 

Lynx s'est installé dans la grange, où le soir il monte les escaliers et dort nu dans son lit, et où sa moto est prête: il n'y a qu'à tourner la clé et démarrer, suivre le ruban vert et brun de la route où le soleil brille tout blanc. Et oublier l'enfance, ce bloc de solitude.

 

Presque tous les matins de cet été-là, Lynx descend à la buvette donner un coup de main à Didier. A l'automne il partira à moto pour le Maroc, après s'être occupé de la pièce à changer: Sans les voyages il ne tiendrait pas ici entre la forêt et le fleuve.

 

Lilia est venue pour aider Didier. Elle a avec elle un petit sur mesure: Il joue avec une lenteur infinie, ne demande rien. Marzio, son ex, vient le chercher certaines fois mais l'enfant lui est retourné vers le soir. Elle le cocole comme une vraie maman.

 

Après l'incendie de la maison d'enfance de Lynx, après le départ de maman qui parlait et qui écrivait, parce que ce n'était plus la peine, les mots n'ont plus été utilisés: Seuls le silence et les coups [de Père] ont été gardés comme moyen d'information...

 

Après que Père meurt des suites d'un accident en forêt et que Lynx et Lilia se parlent, leur histoire peut commencer. Alors que Père n'admettait pas que maman Liliane écrive, Lynx ne dit rien quand Lilia ouvre son carnet et va dedans avec les mots.

 

Lynx sait que Lilia n'est pas comme les femmes qui le suivent à la grange, mais il lui montre la moto et les outils. Puis ils montent à la maison d'enfance où il lui propose de s'installer avec le petit, ce qui sera plus confortable que le cabanon de la buvette.

 

Lynx ne s'y installerait pas pour autant: L'enfance remonterait. Il en serait submergé, réveillé par  des bruits de grincement. On réentendrait les sonorités du Père quand il buvait dans la cuisine. Mais Lilia y écrirait, elle ne pourrait plus s'arrêter de le faire...

 

Lilia accepte. Si Lynx va à la poésie avec les arbres, Lilia n'arrête pas dès lors de travailler au livre sur la maison d'enfance. Le lecteur peut à ce moment-là se demander ce qu'il en adviendra à la fin de l'été et si Lynx dira enfin à Lilia qu'elle sera pour lui voyage

 

Francis Richard

 

Lynx, Claire Genoux, 208 pages, Éditions Corti

 

Livres précédents chez Bernard Campiche Éditeur:

Faire feu (2013)

La barrière des peaux (2014)

Orpheline (2016)

Partager cet article
Repost0
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 22:50
Le Prince d'Aquitaine, de Christopher Gérard

Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé,

Le Prince d'Aquitaine à la Tour Abolie;

(Gérard de Nerval, El Desdichado)

 

Mettre une telle épigraphe à la tête de son livre n'est pas fortuit pour Christopher Gérard. Non seulement il en tire le titre, mais des axes de développement de son récit. Car la suite du poème d'où elle est extraite lui indique la sortie...

 

Le narrateur est desdichado, ce qui signifie, en espagnol, malheureux, misérable, infortuné, déshérité... Et c'est peut-être dans ce dernier sens qu'il faut considérer Le Prince d'Aquitaine, imaginé de manière prégnante par l'auteur.

 

En effet le narrateur s'adresse à son père disparu, dont il n'a rien hérité, hormis des dettes et quelques photos craquelées à force d'avoir été utilisées comme marque-page ou comme papier à lettres... Il aura été déshérité jusqu'à l'os.

 

Tout au long de sa vie, le narrateur a sous les yeux un père fasciné par le néant et qui engloutit tout avec une joie mauvaise, celle du gamin qui, à coups de pelle, détruit le château fort bâti par un autre... Avec lui tout est destiné à sombrer.

 

Ce père qui dégringole dépense sans compter et brade tout ce qu'il peut: les médailles qu'il a héritées de son héros de père, les maisons qui viennent de sa femme, les napoléons que son fils reçoit un Noël de la part de sa tante Laure etc.

 

Ce père est en somme un fichu modèle: il est fumeur, alcoolique, coureur, amateur de bolides, homme de plaisirs obsédé par l'argent: Argent grappillé, sollicité, au besoin volé, toujours dilapidé, fondu comme neige au soleil, évaporé...

 

Ce père cherche toujours à dévaloriser son fils quelque effort qu'il fasse, le dissuade de faire des études, le laisse seul face à ses créanciers: patrons de restaurant, fournisseurs et autres garagistes, et aux patients de son cabinet de kiné...

 

Le fils n'est peut-être pas entraîné dans la chute de son père grâce à son habitude, contractée jeune, de flâner seul chez les antiquaires, les bouquinistes, de s'attarder dans la boutique d'un numismate ou devant des tableaux de peintres flamands...

 

Paradoxalement, la lecture de Pierre Drieu la Rochelle s'avère roborative pour lui. Car il ne lit pas seulement Le feu follet, mais Rêveuse bourgeoisie et Gilles... Et puis, il y a l'Aimée, l'âme soeur, exilée comme lui, à qui il dédie ce drôle de voyage...

 

A son père il peut dire in fine: Depuis mes débuts, vacciné par le spectacle de tes multiples dépendances, j'ai recherché l'autonomie et la liberté intérieure. En dépit de mon aveuglement, je suis parvenu à une relative claire conscience des enjeux...

 

Francis Richard

 

Le Prince d'Aquitaine, Christopher Gérard, 168 pages, Pierre Guillaume de Roux (sortie le 30 août 2018)

 

Livres précédents à L'Âge d'Homme:

Osbert et autres historiettes (2014)

Le songe d'Empédocle (2015)

Partager cet article
Repost0
28 août 2018 2 28 /08 /août /2018 22:45
Le village aux trente cercueils, de Jean-François Fournier

Automn pense avoir tout vu, tout lu, tout entendu dans les prétoires au sujet de l'inceste. Des pères violeurs. Des mères abusives. Des fratries malsaines. Des tontons criminels et des cousins agresseurs. Pourtant là, sur cette chaise griffée de plastique blanc, une jeune femme vient lui dire qu'elle connaît soixante-quinze personnes, rien qu'à Tennyson, victimes de crimes sexuels au sein de leurs familles respectives. Et qu'aucune plainte n'a jamais été déposée...

 

Automn Vaughn est journaliste à l'IndyStar. Elle vient d'être renvoyée en locale, à Evansville, dans l'Indiana... où elle rencontre une avocate, Ireland McIllroy. Qui veut lui parler de Tennyson, un village qui n'a rien de poétique, contrairement à ses apparences nominales, et qui relève même plutôt de l'enfer de Dante.

 

C'est ainsi qu'Automn est amenée par Ireland à s'entretenir avec la jeune femme assise sur la chaise griffée de plastique blanc, Lynn Robertson, puis avec Larsen König, les deux seuls natifs de Tennyson, et victimes de son système, qui veulent faire entrer la justice au village, et même, suprême dérangement, la presse...

 

A la journaliste et à l'avocate va se joindre Fitz Maywather, un flic des unités spéciales du FBI: il est le seul à pouvoir récolter plus que des indices, des preuves. Si cette arrivée dérange Automn, elle ne déplaît pas à Ireland, d'autant que ce flic ne défend que les lois non écrites: Elles seules sont porteuses de civilisation.

 

Le gouverneur Bill McNamara est préoccupé par son avenir national. Son adjoint, Garfield Walker, reçoit le procureur, "KB" Simonsen. Il lui demande d'étouffer l'affaire: Débrouillez-vous! Je ne veux pas connaître le dessous des cartes! Un vice de forme ou une affaire qui se résume à un ou deux cas au maximum...

 

Pour Ireland et Automn, que l'affaire rapproche, et pour Fitz, qui en pince pour Lynn, il n'est pas question de laisser tomber les deux victimes si la justice n'entre pas en matière. Seulement comment le juge Bartholomew Brookfield pourrait-il admettre que soient étalés de tels immondices en période préélectorale?

 

Le dossier Tennyson sera donc enterré: Ce village de dégénérés ne sera jamais puni. Lynn, Larsen et les autres n'auront jamais droit à la justice. Alors, il faut employer les grands moyens: Tennyson sera Le village aux trente cercueils; plusieurs des protagonistes de Jean-François Fournier sont prêts à en payer le prix...

 

Francis Richard

 

Le village aux trente cercueils, Jean-François Fournier, 200 pages, Xenia

 

Livre précédent:

Le chien (2017)

Partager cet article
Repost0
26 août 2018 7 26 /08 /août /2018 22:15
Une sirène, de Gilles de Montmollin

Ces yeux sombres, immenses, provocants. J'ai envie d'y plonger.

 

Loïc rencontre Une sirène à qui appartiennent ces yeux sombres, dans de troublantes circonstances. Depuis la plage du Langoustier, ce jeune professeur de voile remarque tout de suite un splendide voilier qui entre dans la baie:

 

Coque blanche, basse sur l'eau, mât élancé, légèrement incliné vers l'arrière. Une antiquité, bien sûr: on n'en fait plus, des bateaux aussi élégants. Avant arrondi, superstructure en acajou accordée à la ligne du pont, il doit dater des années 1930.

 

Le narrateur de Gilles de Montmollin a raison. Circé date bien de ces années-là: il a quatre-vingts ans...

 

La navigatrice solitaire de ce onze mètres environ, Lorraine, est visiblement totalement novice: elle aurait bien aimé jeter l'ancre dans cette baie, en manoeuvrant sous voiles, mais elle ne parvient qu'à échouer le voilier sur la plage et à tomber à l'eau.

 

De ce mauvais pas Loïc sort cette jeune femme insolente et arrogante, mais attirante en dépit de son physique quelconque: Piquante, du sex-appeal, oui. Bien fichue, non. Qui finit par l'embaucher comme skipper pour gagner la Sardaigne et l'Italie...

 

Cela tombe bien pour lui: il vient de passer deux nuits sur la plage; il n'a pas un rond et elle lui propose Trois cents euros par semaine. Nourri, logé; c'est l'occasion rêvée pour lui de naviguer sur un yacht vintage (il embarquerait même bénévolement...).

 

Si Loïc se décide finalement, pour les beaux yeux de Lorraine, il ne sait pas dans quoi il s'embarque. L'histoire qu'elle lui raconte sur elle et Circé est cousue de fil blanc. Cela ne présage rien de bon, ou un voyage éprouvant, comme la mer...

 

Francis

 

Une sirène, Gilles de Montmollin, 88 pages, BSN Press

 

Livres précédents:

Pour quelques stations de métro, Mon Village (2013)

La fille qui n'aimait pas la foule, BSN Press (2014)

Latitude noire, BSN Press (2017)

Partager cet article
Repost0
24 août 2018 5 24 /08 /août /2018 21:50
Dix-sept ans, d'Éric Fottorino

Le narrateur se prénomme Éric, comme l'auteur. Mais c'est un roman, alors, pour les besoins de l'histoire, il s'en distingue: Éric Signorelli n'est pas Éric Fottorino, même si toute ressemblance entre eux deux ne saurait être fortuite.

 

Dans le roman, en tout cas, le catalyseur du récit est une réunion de famille que Lina, la mère d'Éric, a organisée chez elle, un dimanche de décembre. A cette réunion assistent Éric et ses deux jeunes frères, François et Jean.

 

Ce que Lina, née en 1943, a à dire à ses trois fils, à l'issue du repas familial pris avec femmes et enfants, qui, pendant cette révélation, partent faire une balade, est sidérant:

 

Le 10 janvier 1963, j'ai mis au monde une petite fille. On me l'a enlevée aussitôt. Je n'ai pas pu la serrer contre moi. Je ne me souviens même pas de l'avoir vue...

 

Lina avait déjà un enfant, Éric (ça n'allait pas recommencer...): A l'époque un enfant sans mari était une maladie infamante. Il ne fallait pas que ça se sache. Il fallait cacher la grossesse et la naissance, avec la complicité des bons pères...

 

Mamie, la mère de Lina, est catholique, plus soucieuse de le paraître que de l'être, avec de terribles préjugés, notamment à l'égard du père naturel d'Éric, Moshé, parce qu'il est juif et qu'il faut se méfier de ces gens qui ont tué Jésus...

 

Michel Signorelli, originaire de Tunisie (Moshé l'est du Maroc) n'est devenu le père d'Éric qu'après son mariage avec Lina... Éric avait alors dix ans... Maintenant Michel et Moshé sont tous deux morts. Il ne lui reste plus que Lina.

 

Éric est prof à la fac de droit de Bordeaux. Il est marié avec Sylvie et a deux enfants, Théo et Apolline. C'est la fin de l'année. Il décide de se rendre seul à Nice où il est né le 26 août 1960 et où il n'a passé que trois jours et trois nuits...

 

Le roman commence vraiment. Parce que là-bas il imagine, au moment de sa naissance, sa mère, que, depuis toujours, il n'appelle pas autrement que par son prénom. Il reconstitue une Lina qui est encore une enfant, qui a Dix-sept ans.

 

Il imagine aussi sa mère plus tard, quand elle se sépare de Michel et qu'elle vient vivre toute seule à Nice. En remettant ses pas dans les siens, il la connaît enfin. Car, si à Lina on a volé sa fille, à lui on a volé sa mère. On, c'est Mamie...

 

Ce retour aux sources à Nice, où réel et imaginaire se mêlent, préfigure une renaissance, celle qu'il devra faire avec Lina, pour comprendre que, s'il a eu deux pères, il a surtout une mère, à qui il ressemble, et ne doit plus s'interdire de parler.

 

Francis Richard

 

Dix-sept ans, d'Éric Fottorino, 272 pages, Gallimard

Partager cet article
Repost0
22 août 2018 3 22 /08 /août /2018 22:15
Les Billes du Pachinko, d'Elisa Shua Dusapin

Au Japon, le Pachinko, sorte de flipper vertical, s'apparente aux machines à sous des casinos: dans l'Empire des signes, Roland Barthes en donne le mode d'emploi... et Elisa Shua Dusapin met en épigraphe à son roman, Les Billes du Pachinko, une phrase tirée du chapitre qu'il lui consacre.

 

Comme l'auteure l'explique, ce n'est pas à proprement parler un jeu d'argent - les jeux d'argent sont interdits au Japon -, mais on échange les billes obtenues à partir d'une seule bille convenablement propulsée contre une récompense dérisoire, dixit Barthes, contre ce qu'elle appelle des babioles:

 

On n'échange pas les billes contre de l'argent, mais des sucreries, du papier de toilette, des bouteilles d'eau, du dentifrice. Ou alors des dominos. Ce sont eux, que l'on troque, une fois dehors, contre de l'argent. A travers un guichet, dans les parages de chaque établissement, sous couvert d'anonymat.

 

Cet été-là, Claire, trente ans, a quitté la Suisse pour le Japon afin de rendre visite à ses grands-parents, qui ont fui la guerre de Corée il y a cinquante ans, en 1952. Son grand-père fait partie de ces exilés coréens, qui vivent du Pachinko, imaginé par des Zaïnichis (le nom donné aux Coréens du Japon).

 

Pour ne pas rester oisive pendant le mois d'août, Claire a répondu à une annonce: elle sera la répétitrice de langue maternelle française pour une japonaise de dix ans, Mieko, la fille de Madame Ogawa, elle-même professeur de français, mais qui doit préparer la rentrée et ne veut pas que sa fille reste seule.

 

Début septembre, Claire (qui n'a pas pu hélas faire d'études de coréen en Suisse...) emmènera en Corée sa halmoni (grand-mère) et son halaboji (grand-père). Le Pachinko de son grand-père, le Shiny, ne fermera qu'une semaine... En attendant, Mieko et elle parlent tout autant le français que le japonais.

 

Par petites touches anecdotiques, Elisa Shua Dusapin raconte les liens qui se tissent entre Claire et Mieko, Claire et Henriette (Madame Ogawa se fait appeler ainsi, peut-être en souvenir d'Heidi...) et ceux qu'elle entretient avec ses grands-parents, à travers leurs échanges et... les langues qui se confondent.

 

Francis Richard

 

Les Billes du Pachinko, Elisa Shua Dusapin, 144 pages, Zoé (sortie le 23 août 2018)

 

Livre précédent chez le même éditeur:

Hiver à Sokcho (2016)

Partager cet article
Repost0
19 août 2018 7 19 /08 /août /2018 16:15
Le bus, de Mélanie Richoz

Cerise, ni aînée, ni benjamine, occupe la place du milieu du roman. Un tableau généalogique informe ainsi le lecteur de Mélanie  Richoz que Cerise est l'une des trois filles de mère et père, et qu'elle se situe entre Jeanne et Léonie, une anti-place.

 

Alors que ses deux soeurs ont un mari, Cerise, à quarante ans, malgré qu'elle en ait, est toujours célibataire, si l'on excepte sa liaison éphémère avec Lucien. Mais c'est une femme libre et un modèle pour la fille de Léonie, Chloé, éprise de Florian.

 

A sa puberté, chez Cerise se révèle une pathologie qui l'atteint dans son intimité. Ses parents se sont bien gardés de lui dire quel était ce syndrome qui faisait basculer sa vie: elle n'aurait jamais de règles (peut-être dans les deux acceptions du terme...).

 

S'y ajoute une malformation handicapante, si bien que ses parents lui accordent des privilèges éducatifs qu'ils refusent à ses soeurs, suscitant de leur part une incompréhension qui n'aura d'égale que celle qu'elles auront pour le métier qu'elle choisira.

 

Cerise est en effet chauffeur de transports en commun, du Bus de l'histoire: Si elle a choisi de devenir chauffeur - à l'époque, le genre du mot était invariable -, c'est pour porter un uniforme qui la dispense de jouer un rôle relatif à des attentes sexuées.

 

Chacune des protagonistes - pas seulement Cerise - se pose la question: qu'est-ce être femme? Les seules sexualité et maternité permettent-elles de l'être? A contrario, ne sont-ce pas les tabous et les secrets de famille qui empêchent de l'être et sont fatals?

 

Francis Richard

 

Le bus, Mélanie Richoz, 136 pages, Slatkine (sortie le 20 août 2018)

 

Livres précédents de l'auteur chez le même éditeur:

Mue (2013)

Le bain et la douche froide (2014)

J'ai tué papa (2015)

Un garçon qui court (2016)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens