Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2021 2 27 /04 /avril /2021 22:55
Le choix, Recueil de nouvelles de jeunes talents

La revue choisir n’est pas un organe de propagande, mais de discernement. La revue est restée fidèle aux intuitions spirituelles de ses fondateurs, désireux de doter la Suisse romande d’une publication d’inspiration chrétienne qui favorise le dialogue œcuménique et interreligieux. Une revue qui ne soit pas enfermée dans les frontières étroites d’une confession ou d’une école théologique.

 

Cette revue a été fondée il y a quelque soixante ans par des jésuites de Suisse romande. Pour célébrer sa fondation, en novembre 1959, elle a organisé un concours de nouvelles, auquel ne pouvaient participer que de jeunes talents, c'est-à-dire qu'ils devaient avoir 35 ans tout au plus.

 

Comme le dit le père Pierre Emonet, directeur de la revue, dans la préface, Une trentaine de talents ont eu le courage de répondre. Âgés de 11 à 35 ans, ils représentent un large éventail générationnel. Comme le dit Eugène dans sa postface, La revue choisir a choisi comme thème Le choix. Au-delà de la simple boutade, ce sujet est éminemment dramatique.

 

Le choix, coédité par la revue choisir et les éditions Slatkine, comprend douze nouvelles retenues par le jury. Le plus jeune talent n'a effectivement que 11 ans et le plus vieux, 35. Les choix auxquels sont confrontés les personnages principaux de ces nouvelles sont bien dramatiques: il ne s'agit pas dans ces nouvelles de choix entre deux bonheurs, pour reprendre l'expression du père Emonet.

 

Dans Lignine de Fanny Desarzens, le personnage, auquel le narrateur s'adresse à la deuxième personne du singulier, excelle à travailler le bois. C'est un manuel qui s'ennuyait à l'école. Un jour il assiste à la chute d'un mélèze tronçonné par des bûcherons: Un liquide a coulé: la sève a suinté de l'énorme plaie. Après ce traumatisme, perturbé, il choisit de ne plus exercer son métier. 

 

Dans Le(s) choix du couple de Tristan Schenker, le narrateur et sa compagne, Lise, ont l'habitude de tout décider ensemble. Or, pour la première fois, dans l'existence de leur jeune couple, Lise a fait un choix sans le consulter, du moins est-ce ce qu'il croit et qui le chagrine, jusqu'au moment où il se rend compte qu'elle dit vrai quand elle prétend avoir tenté de le faire avec lui...

 

Dans La meilleure solution d'Antoine Vuille, le personnage hésite indéfiniment entre accepter de partir aux États-Unis pour intégrer une prestigieuse école américaine d'art et de design et rester à Lausanne et s'inscrire à l'ECAL (École cantonale d'art de Lausanne). La solution qu'il choisit n'est pas, à proprement parler, courageuse, elle serait plutôt douloureuse...

 

Dans Cinq petites lettres de Sonia Russo, Meredith a deux semaines de retard. Pour se rassurer elle fait un test. Il s'avère positif. Elle n'ose pas en parler tout de suite à Antoine. Quand elle le lui apprend, ils passent par tous les états d'âme avant de faire un choix - il lui était revenu à elle, même si elle n'avait pas occulté le sien -, mais cinq petites lettres feront la différence... 

 

Dans D'abord ce sont les bêtes de Lisa Martin Perotti, Liya et son ami Zenebe font face à la sécheresse. Ils ont le choix entre emmener leurs bêtes là où il aurait plu ou y aller préalablement pour se rendre compte par eux-mêmes avant de faire un voyage avec elles qui pourrait leur être mortel. Mais est-ce seulement les bêtes qui meurent si le voyage n'est plus possible?

 

Dans Sur la cuvette de Léna Furlan, la narratrice décrit tout le périple qu'elle accomplit pour rentrer chez elle. Le temps s'écoule, comme la pluie. Le lecteur se demande de quel choix il s'agit. Il ne l'apprend qu'au moment de la chute, alors que le compte à rebours est sur le point d'être terminé, et qu'en fait elle n'a plus le choix...

 

Dans Racines de Victor Comte, une jeune femme s'approche d'un homme dans un bar et lui dit: Tu n'es pas venu. Elle est venue exprès de Suisse pour le voir. Évidemment, elle avait le choix. Elle n'aurait pu ne pas venir. Mais elle veut comprendre pourquoi elle a été éloignée de lui et des siens. En Suisse se trouvent peut-être tous ses liens, mais elle n'y a aucune racine...

 

Dans Saint-Kilda de Marie Favre, les uns après les autres les habitants quittent l'îlot écossais où peu à peu ne restent plus que des enfants et des vieillards. Le choix est de partir ou non sur le dernier vaisseau aux couleurs de l'Union Jack. Quel est le bon choix? Il faut bien de toute façon que la narratrice en fasse un, sans savoir si c'est le bon, ou pas...

 

Dans Vivre ou mourir de Bénédicte Mary Sahli, le narrateur a vingt ans. Il n'a pas le choix. Après l'attentat contre l'archiduc François-Ferdinand, le 28 juin 1914, la guerre, qu'il ne connaît pas, commence, et il est mobilisé. Pendant la bataille, cependant, il fait un choix, celui de vivre. Mais il ne sait pas si ce n'est pas finalement celui de mourir...

 

Un monde en briques d'Augustin Lathion est un récit qui apparaît surréaliste au lecteur tant qu'il n'a pas compris la pleine signification du titre. Car l'un des personnages, par ses choix successifs, a entraîné une escalade d'événements plus invraisemblables les uns que les autres: le battement d'ailes d'un papillon a vaincu toute passion...

 

Dans Un choix inattendu de Kevin Despond, des gens ternes et insignifiants vivotent dans un coin perdu des Montagnes Rocheuses. Au-dessus, sur la hauteur, vit un avocat de renom, un avocat de Denver, dans un lodge. Jusque-là, il ne leur avait pas prêté attention, mais une rencontre avec l'une d'entre eux et une information lui font faire un choix... inattendu de sa part.

 

Un choix, choisir? est écrit par le plus jeune des talents retenus, Théodore Montavont. Il raconte, en prêtant sa plume à plusieurs voix, comment un garçon prénommé Labib choisit de quitter la Syrie en guerre, de prendre le bateau pour l'Europe en versant au passeur la moitié de la fortune qu'il possédait avec sa mère, et qu'elle lui a donnée, pour aboutir dans un centre d'hébergement...

 

Les thèmes traités dans ces textes montrent les préoccupations de ces nouvelles générations (qui leur ont été soufflées quelque peu par les précédentes). La façon de les traiter diffère d'un texte à l'autre, mais elle révèle une maturité dans l'expression. Les termes employés sont révélateurs de l'époque, mais pas seulement, ce qui veut dire qu'il y a aussi transmission.

 

Francis Richard

 

Le choix, Recueil de nouvelles de jeunes talents, 126 pages, Slatkine

Partager cet article
Repost0
26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 22:55
Le Pantin Assassiné, de Michel Cretton

Sommes-nous tous des pantins suspendus aux fils de notre destin? Il revoit le cadavre gisant dans cet appartement.

Un pantin assassiné.

Un pantin dont les fils ont été coupés. A-t-il rejoint le néant, résultat d'une vie, comme il l'a toujours cru, ne présentant que le sens que l'on veut bien lui donner?

 

Le pantin assassiné est un astrologue, Jean-Baptiste Moren. Son cadavre a été trouvé par une amie qui avait rendez-vous avec lui à 17 heures, Sybille de Preux. C'est elle qui a appelé la police. L'inspecteur Roman Reinhart et sa coéquipière Natacha Krieg sont chargés de l'enquête. Très vite, il s'avère que la victime ne s'est pas donné la mort, mais qu'elle lui a été donnée, dixit la légiste.

 

L'assassinat a eu lieu le dimanche 9.11.2014 au domicile de Moren, 7 rue de l'Église, à Sion, à 14 heures 30. Il a reçu un coup au crâne, à l'endroit le plus sensible de la tête. Les enquêteurs ne savent pas que celui-ci tient un journal intime, dans un carnet Moleskine noir... Il l'a prénommé Vladimir imaginant qu'il est russe et non pas anglais, comme l'origine du mot l'indique.

 

Chaque fois qu'il écrit dans ce journal, Jean-Baptiste s'adresse à lui comme à un confident, et, comme il s'agit d'un intime, il le fait en commençant chaque passage par un affectueux Cher Vlad. Le lecteur est dans la confidence de ce journal, dont des extraits terminent la plupart des chapitres, ce qui ne veut pas dire qu'il comprenne toujours le jargon de Moren qui se veut surtout thérapeute.

 

Dans ce journal, il est question d'astrologie, mais aussi d'écrits gnostiques, intelligibles par les seuls initiés. Sybille, bien que travaillant dans le service social, s'y connaît justement en ésotérisme. Pour en démontrer à l'inspecteur Reinhart le caractère scientifique, elle lui fait une démonstration de géomancie qui lui prédit une  imbrication néfaste de sa vie personnelle dans sa vie professionnelle.

 

Les enquêteurs s'intéressent en effet d'abord à Sybille, mais aussi à son mari Kevin repéré à proximité du lieu du crime. Par ailleurs, une connaissance du pantin, Tino, connu, pour ses embrouilles, a pris le café avec lui à l'heure du dîner1 le même jour. Enfin, selon des témoignages de voisins, une jeune femme, peut-être chinoise, a été vue s'en allant de chez lui en tout début d'après-midi. 

 

Les seuls éléments concrets sont un post-it portant le nom de Solumane et un bouton de soutane, qui pourrait appartenir à un prêtre aperçu alors qu'il partait en scooter. Comme l'histoire se passe en Valais, une des pistes pourrait donc être la Fraternité, où les membres portent encore cet habit ecclésiastique. Mais le procureur qui dirige l'enquête s'oppose à ce que cette piste soit suivie...

 

L'intérêt du roman de Michel Cretton se trouve bien sûr dans l'intrigue policière, mais aussi dans les différents débats sur la conception de la vie, sur les thèses mondialistes et altermondialistes, sur ce qui oppose, ou pas, sciences et croyances. Ce n'est pas pour rien qu'il lui a donné le sous-titre de polar ésotérique. Mais, ce qui est remarquable, ce sont les dialogues et comportements.

 

En effet l'auteur rend très bien rendre compte de la personnalité de chacun de ses personnages aussi bien par leurs éléments de langage que par les attitudes qu'ils adoptent en situation. La légiste s'exprime et réagit ainsi différemment que l'inspecteur, l'ébéniste qu'il rencontre, sa coéquipière ou l'évêque à la tête de la Fraternité. Ce faisant il les donne vraiment à voir au lecteur: c'est appréciable.

 

Aussi le lecteur ne doit-il pas se laisser rebuter par les dimensions de l'ouvrage, qui est de poids, dans plusieurs acceptions du terme, un vrai pavé. S'il s'intéresse à la dialectique, il sera servi. Il sera reconnaissant à l'auteur de le laisser libre d'arbitrer entre les différentes visions de ses protagonistes et de lui donner en maintes occasions matière à réflexion, sans lui imposer de prêt-à-penser.  

 

Francis Richard

 

1 - Repas de midi.

 

Le Pantin Assassiné, Michel Cretton, 592 pages, Station Five Avenue

Partager cet article
Repost0
23 avril 2021 5 23 /04 /avril /2021 22:55
Jours à Leontica, de Fabio Andina

Fin novembre, à Leontica, le jour décline peu après cinq heures, et en un clin d'oeil il fait nuit.

 

Le narrateur raconte dans ce livre quelques Jours à Leontica, le village tessinois de son enfance, qu'il a passés en compagnie du Felice, un homme de nonante ans, qui ne les porte pas et qui, en tout cas, donne le change à ceux qui le côtoient.

 

Le narrateur peut en témoigner. Un jour de fin novembre, étant chômeur et disponible, il lui a demandé s'il pourrait le suivre dans ses journées, histoire de vivre un peu comme lui, et il avait accepté. Il ne se doutait pas à quoi cela l'engageait.

 

Le suivre a d'abord signifié de se lever tôt, avant cinq heures et demie et le chant du coq; ensuite d'aller avec lui par monts et par vaux, à pied - il est très alerte - ou en voiture; enfin d'adopter sa manière de vivre très personnelle et très nature.

 

Les premiers jours, le Felice marche pieds nus. Il faut qu'il neige et fasse très froid pour qu'il mette des chaussures. Quand ils se déplacent en voiture, c'est le Felice qui conduit sa Suzuki, qui ne démarre que si elle est en pente ou poussée.

 

Une des particularités du Felice est de se rendre tous les jours en altitude, avant l'aube, pour se baigner dans l'eau glacée d'une gouille1 de quatre mètres de diamètre, nu comme un ver, le narrateur se faisant un devoir de faire de même...

 

Le Felice est le personnage principal de ce roman écrit par Fabio Andina, mais il n'est pas le seul personnage, loin de là. Car le narrateur décrit le microcosme qu'est le Val Blenio, où tous les habitants se connaissent et apprécient le Felice.

 

La modernité ne fait qu'effleurer ce monde qui vit à un autre rythme que dans les villes et où les solidarités naturelles ont toujours cours, ce qui n'empêche pas quelques différends ou moqueries entre habitants, mais sans conséquences.

 

Dans la vie tranquille et intemporelle du Felice, les gens se demandent pourquoi, dans la baïta2 familiale, il fait installer un deuxième lit à l'étage. Ce n'est qu'à la fin que ce petit mystère est éclairci, ainsi que deux autres qui lui sont liés...  

 

Francis Richard

 

1- Une flaque, une mare.

2- Petit chalet d'alpage.

 

Jours à Leontica, Fabio Andina, 256 pages, Zoé (traduit de l'italien par Anita Rochedy)

Partager cet article
Repost0
19 avril 2021 1 19 /04 /avril /2021 22:55
Les enfants sont rois, de Delphine de Vigan

Mélanie était une femme de son temps. C'était aussi simple que cela. Pour exister, il fallait cumuler les vues, les likes et les stories.

 

Mélanie Claux, à dix-sept ans, suivait avec ses parents l'émission de téléréalité, Loft Story. Comme eux, elle s'était réjouie de la victoire de Loana, remportée en 2001 lors de la première saison.

 

Neuf ans plus tard, elle aurait aimé connaître à son tour son quart d'heure de célébrité. Elle avait donc tenté sa chance dans une autre émission de téléréalité, mais avait piteusement échoué.

 

Qu'à cela ne tienne, elle devait tenir sa revanche quelques années plus tard en créant une chaîne sur YouTube, Happy Récré, où Les enfants sont rois, bientôt suivie par des millions d'abonnés.

 

Ces enfants-rois sont les siens. À l'instar de chaînes américaines analogues, elle se croit une bonne mère en les filmant à plusieurs moments de la journée pour les rendre célèbres et heureux:

 

Les week-ends et les vacances scolaires permettaient d'honorer les invitations dans les hôtels, les fast-foods et les parcs d'attraction. Autant de moments qui feraient l'objet de nouvelles vidéos. Il fallait distribuer de l'amour à ceux qui les regardaient.

 

Parallèlement elle poste des stories sur Instagram où elle sonde les fans pour qu'ils disent ce que ses enfants, Kimmy et Sammy, doivent acheter quand ils se trouvent dans tel ou tel magasin.

 

Tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes quand, de retour d'un centre commercial, Kimmy, six ans, disparaît lors d'une partie de cache-cache impromptue avec des voisins.

 

Clara Roussel, petite femme dont émane de l'autorité, est la procédurière de l'enquête. Son rôle est de faire que le récit judiciaire tienne debout [...]. Qu'il soit lisible, compréhensible. Irréprochable.

 

Pendant huit jours, l'enquête piétine, mais révèle l'univers impitoyable de ces chaînes familiales, où la vie n'est plus privée mais exposée aux yeux de tous, ce qui, cependant, peut rapporter gros:

 

Partager était un investissement. Partager les secrets, les marques, les anecdotes, telle était la recette du succès. Depuis que Mélanie s'était lancée sur les réseaux, les compteurs n'avaient jamais cessé de grimper.

 

Être beaucoup filmé fait peut-être de ces enfants gâtés des rois, mais ça leur fait également perdre pied avec la vraie vie, ce qui ne peut être sans conséquences quand ils deviennent adultes.

 

C'est ce que raconte Delphine de Vigan: dix ans après la pandémie de Covid, il n'y a pas eu de monde d'après; il est resté le même, en pire, puisque, entre autres, les gens y sont davantage tracés et notés.

 

Si Clara fait partie des récalcitrants, Mélanie s'en accommode, tandis que ses deux enfants ne sont peut-être pas aussi heureux d'avoir été célèbres, s'étant réparti les rôles de la rebelle et du docile...

 

Francis Richard

 

Les enfants sont rois, Delphine de Vigan, 352 pages, Gallimard

 

Livres précédents:

Rien ne s'oppose à la nuit (2011)

Les loyautés (2018)

Les gratitudes (2019)

Partager cet article
Repost0
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 22:55
Les printemps sauvages, de Douna Loup

Tu m'entends, ne laisse plus jamais personne décider pour toi ou te faire croire que tu n'as pas le choix... Même ceux qui semblent t'aimer en disant cela, fuis!

 

Voilà ce que disait sa mère à la narratrice. La même l'a entraînée à quitter la maison et son froid et tout ce passé. Et elles sont parties toutes deux pour revenir ensemble à leur commencement sauvage.

 

La narratrice ne demandait pas mieux que d'aller avec elle jusqu'au bout du pays et peut-être même plus loin encore. Ce ne serait pas sans but depuis qu'elle avait appris qu'elle avait un frère caché.

 

Ce frère, de trois ans plus âgé, son père, Gil, qu'elle n'avait pas vraiment connu, l'avait emmené avec lui quand elle n'avait qu'un an. Et sa mère ne savait pas ce que les deux étaient devenus depuis.

 

Pendant quatre ans elles ont marché par champs et bois, ne faisant halte que pour travailler, afin de vivre et apprendre ce qui pourrait leur servir un jour, repartant chaque fois plus riches que devant.

 

La narratrice raconte cette quête de quatre ans, après lesquels elle et sa mère se séparent pour vivre chacune de son côté, s'appliquant le précepte libérateur de décider de leur vie par elles-mêmes:

 

[Cette quête] nous a rendu libres, un peu rudes, elle nous a engagées dans le monde. Notre fuite nous a résolues à être nous-mêmes.

 

Au bout de trois mois, la mère laisse sa fille dans une île où celle-ci ne reste qu'un an, mais où elle connaît l'amour, un amour singulier, comme elle, avec un être androgyne, inclusif par nature.

 

Les tâches qu'elle accomplit ici ou là l'instruisent, certaines personnes qu'elle rencontre partagent sa quête. Aussi la ville n'est-elle qu'une étape avant de répondre avec elles à l'appel de la forêt.

 

Là serait incarnée cette envie de vivre sans s'approprier, sans dominer ni circonscrire: Soyons pleins d'affection délibérée pour nos semblables et incluons dans nos semblables tout ce qui est vivant.

 

N'est-ce pas mieux de fuir seule sur les sentes sauvages du monde, là où elle n'a ni sexe ni nom, mais pour seule certitude d'exister et de confluer comme toutes les espèces animales, végétales, minérales?

 

Francis Richard

 

Les printemps sauvages, Douna Loup, 160 pages, Zoé (sortie le 8 avril 2021)

 

Livre précédent chez Zoé:

 

Déployer (2019)

 

Livres précédents au Mercure de France:

 

L'embrasure (2010)

Les lignes de ta paume (2012)

L'oragé (2015)

Partager cet article
Repost0
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 22:55
Serge, de Yasmina Reza

Serge est l'aîné des trois enfants Popper. D'un premier mariage avec Carole il a eu une fille, Joséphine. Sa dernière compagne, Valentina, a un fils Marzio. Elle l'a viré de chez elle parce qu'il la trompait avec une agente immobilière.

 

Le narrateur et frère de Serge, c'est Jean. Il n'a pas eu d'enfant. Mais son ex, Marion, en a un, Luc. Il ne garde un lien avec elle que pour ne pas le perdre lui, car depuis quelques semaines elle est amoureuse d'un autre homme. Tant mieux...

 

Anne, c'est-à-dire Nana, leur soeur, au grand dam de leur père, Edgar, s'est mariée avec Ramos Ochoa, un Ibère venu d'on ne sait quelle bourgade de Cantabrie, dont elle a eu deux enfants, Victor, qui étudie la cuisine, et Margot.

 

Les trois enfants et petits-enfants, avec trois autres personnes, se retrouvent au funérarium du Père-Lachaise pour l'incinération voulue par elle, de leur mère et grand-mère, Marta Popper, idée dingue que ne comprend pas Joséphine.

 

En effet Marta était juive, comme sa belle-famille Popper: L'idée d'être cramée avec ce que sa famille a vécu, c'est dingue, dit Joséphine, qui, à ce moment-là, annonce à la famille réunie qu'elle a décidé cette année d'aller à Auschwitz.

 

Joséphine veut que son père, Serge, l'accompagne: Nana l'approuve et tient à se joindre. Serge panique à l'idée de se retrouver avec elles deux. Donc Jean y va aussi. Ils partent à quatre pour Auschwitz, qui se dit Oswiecim en polonais.

 

Le récit de ce pèlerinage où les parents hongrois de Marta sont morts parce que juifs occupe une grande place dans le roman. À Auschwitz, il y a foule, ce que ne supporte pas Serge, qui s'applique à ne pas être au rythme des autres.

 

Serge n'est pas heureux d'être là. Cette équipée n'était pas nécessaire. Il finit par se fâcher avec Nana si bien que, dès leur retour, ils prennent la décision commune et non concertée de ne plus jamais se revoir. Jean, médiateur, n'y peut rien.  

 

Pourtant, alors que dans leur jeunesse, Serge était le meneur imposant que suivait Jean, maintenant, devant son affaiblissement physique et moral, complice indéfectible, il se sent investi du devoir de le protéger, a fortiori contre lui-même.

 

Nana s'est trouvé une vocation dans le caritatif et ne peut rester indifférente à l'état dans lequel se trouve Serge. Ne regrette-t-elle pas de s'être fâchée avec lui? Au-delà des différends, le trio d'antan ne peut-il donc pas se reconstituer?

 

Francis Richard

 

Serge, Yasmina Reza, 240 pages, Flammarion

 

Livres précédents chez le même éditeur:

 

Heureux les heureux (2013)

Babylone (2016)

Partager cet article
Repost0
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 22:30
Rio Wangki, de Danielle Coquoz

Rio Wangki est le nom indigène du fleuve frontière entre le Nicaragua et le Honduras, appelé officiellement Rio Coco.

 

Dans ce lieu du bout du monde, jusqu'en 1981, vivaient les Miskitos, amérindiens décimés au XVIe siècle par les Espagnols. Au XVIIe siècle, pour se défendre contre eux, ils avaient fait alliance avec la Couronne d'Angleterre.

 

Après l'accession au pouvoir en 1979 des Sandinistes au Nicaragua, qui marque le début de la guerre civile avec les Contras, les Miskitos, soupçonnés de complicité avec ces derniers, sont donc chassés en 1981 du Rio Wangki.

 

Une partie trouve refuge au Honduras, au camp de Mocoron, une autre est regroupée dans des camps à Tasba Pri, au Nicaragua. Ces gens du fleuve sont ainsi éloignés de ce qu'il faut bien appeler, paradoxalement, leurs terres.

 

Au début du printemps 1986, Danielle Coquoz est envoyée par le CICR avec pour but de réinstaller les Indiens miskitos sur le Rio Wangki non sans avoir obtenu au préalable toutes les autorisations officielles des belligérants.

 

Il ne reste plus rien au bord du fleuve des villages, des cultures, des élevages. La jungle a tout reconquis. Reconstruire ne peut cependant se faire que dans un climat de confiance que seul le CICR est à même de leur garantir.

 

Les conditions dans lesquelles opèrent ces deux femmes, surnommées par les Miskitos, las dos locas de la Cruz Roja, les deux dingues de la Croix Rouge, mettent à rude épreuve celles-ci, parfois au bord du découragement.

 

Danielle et Andrée doivent dormir en tous lieux: sous la tente, dans des habitations sans commodités ou à la belle étoile sur un bateau. À de rares exceptions, elles ne se nourrissent que de la sempiternelle assiette de gallo pinto1

 

Danielle s'occupe d'organiser les approvisionnements et les distributions de denrées, matériaux et outils en dressant des listes de bénéficiaires, tandis qu'Andrée prodigue les premiers soins qui incluront deux accouchements...

 

Le Rio Wangki est toutefois le véritable personnage de cette aventure inénarrable. Il est omniprésent avec ses crues, sa navigabilité variable (alors qu'il est indispensable pour les transports depuis la côte), les pluies torrentielles.

 

Dans cette zone de guerre, les deux femmes doivent garder leur calme quand elles ont affaire à des hommes en armes qui surgissent inopinément. De même Danielle doit-elle faire preuve d'autorité avec son équipe masculine.

 

Jusqu'à la Noël 1986, la cheffe de ce bureau du CICR, raconte avec beaucoup d'humour comment elle a accompli cette mission impossible avec l'infirmière Andrée Juvet dans ce lieu inhospitalier où toute une faune pullule:

 

En sus des rats, notre maison abritait les pires araignées du monde, énormes, noires et velues, qui s'exhibaient contre la paroi d'une chambre comme si l'attraction terrestre n'existait pas. Pour moi, c'était à chaque fois une giclée d'adrénaline, une terreur. Si vous voulez me faire avouer que Jack l'Éventreur c'est moi, posez une mygale à cinquante centimètres de ma figure.

 

Francis Richard

 

1 - Riz et haricots rouges.

 

Rio Wangki, Danielle Coquoz, 236 pages, Plaisir de Lire

Partager cet article
Repost0
26 mars 2021 5 26 /03 /mars /2021 23:45
Agent secret, de Philippe Sollers

Des personnages heureux ont intérêt à ne pas se faire remarquer. Un agent secret, s'il bouge trop, se fait remarquer. Ça réclame un système particulier qui consiste à savoir, quand il le faut, avoir des identités différentes, par sécurité. Mais attention, ne vous méprenez pas: seulement et seulement si on est un agent secret pour son propre compte.

 

Philippe Sollers est un tel Agent secret:

 

- Il ne dit pas tout, il n'écrit pas tout: il trouve que la discrétion est quelque chose de délicieux, opposée à ce qui a envahi l'espace humain.

 

- Il a deux noms: celui de l'état civil, Philippe Joyaux, et celui de l'écrivain, Philippe Sollers.

 

- Il n'est pas au service d'un État, d'un pays, d'une communauté.

 

- Il ne défend aucune valeur d'ensemble.

 

- Il persiste dans ce qu'il considère comme une illumination qui a eu lieu très tôt et qui toujours montre la voie à suivre.

 

Dans cet autoportrait, il lève, avec retenue, un coin du voile sur ces rencontres de singularités féminines: Eugenia San Miguel, Dominique Rolin et Julia Kristeva:

 

La singularité, selon la définition du dictionnaire, c'est un point dans l'espace-temps où la courbure de l'espace-temps devient infinie.

 

Il est fils d'un entrepreneur qui dirigeait avec son frère une fabrique de tôlerie et de galvanisation des métaux, laquelle n'a pas résisté à l'avènement du plastique.

 

Il n'était pas au service de la Chine de Mao, même quand il s'y est intéressé, alors que personne ne lui en parlait. Il ne regrette rien cependant, il ne se livre à aucune autocritique.

 

Quand il dit ne défendre aucune valeur d'ensemble, c'est que pour lui la vérité est paradoxale et contradictoire et qu'il est lui-même plein de contradictions.

 

Le 28 novembre 1943, il a sept ans, l'âge de raison, et il comprend que le nouveau [n'est] pas différent de ce qui [est] là d'habitude. C'est l'illumination de la raison.

 

Ses autres moments d'illumination ont été ses rencontres de singularités masculines: notamment Francis Ponge, Georges Bataille ou Roland Barthes.

 

Mais, surtout, ses autres moments d'illumination ont été sa lecture intensive de Shakespeare, Rimbaud, Hegel, Hölderlin, Nietzsche, Baudelaire, Dante, La Fontaine...

 

Pour sa tombe future, dans le cimetière d'Ars-en-Ré (pour savoir être mort, il faut avoir la révélation illuministe que la mort n'est rien), il a fait sculpter une croix et une rose et cette phrase de Hegel:

 

La rose de la Raison dans la Croix du Présent.

 

Francis Richard

 

Agent secret, Philippe Sollers, 200 pages, Mercure de France

 

Livres précédents de Philippe Sollers chez Gallimard:

Trésor d'amour (2011)

L'éclaircie (2012)

Médium (2014)

L'école du mystère (2015)

Mouvement (2016)

Beauté (2017)

Centre (2018)

Le Nouveau (2019)

 

Livre précédent de Philippe Sollers chez Grasset, avec Franck Nouchi:

Contre-attaque (2016)

 

Livre précédent de Philippe Sollers, chez Bayard, avec Josyane Savigneau:

Une conversation infinie  (2019)

Partager cet article
Repost0
21 mars 2021 7 21 /03 /mars /2021 23:50
L'heure des naufrages, de Pier Paolo Corciulo

ELLE, c'est la femme de ma vie. C'était. L'imparfait du verbe "être" me contraint à accumuler les relations sans lendemain, histoire de me distancer de mon bel amour chaviré.

 

Leonardo Vespucci, 42 ans, a sans doute eu la trouille d'être heureux avec ELLE. Il l'a laissée partir de peur sans doute de mener avec ELLE une vie de routine, sans brillance.

 

Les quelques contacts qu'il ait encore avec ELLE se font à distance, sur un réseau social ou par SMS. Mais, quand ce n'est pas l'un qui bloque ou interrompt l'échange, c'est l'autre.

 

Depuis la rupture, comme son célèbre homonyme du XVe siècle, il navigue, non pas d'un continent l'autre, mais d'une femme l'autre, ne retenant finalement aucune d'entre elles.

 

Bossant dans les RH, il recherche avant tout le facteur humain (et les profils qui l'intriguent): En tout cas j'essaie car je suis un homme de peu de ressources tout compte fait.

 

Quand il ne se livre pas au sexe ou à ses dépendances, bières ou vodkas, il écrit. Plutôt que l'histoire, c'est le style qui lui importe, comme Philippe Djian, à qui il donne raison.

 

Sinon, en tant qu'écrivain, dont un premier roman est paru, ses influences viennent d'auteurs américains, tels que Steinbeck, Carver, Kerouac, Hemingway, Fante, Bukowsky...

 

Après la tempête qu'a déclenchée sa rupture avec ELLE, c'est l'amitié qui le maintient à flot à L'heure des naufrages. Car il peut compter sur David, Gégé, Laurent ou Gabri.

 

Tout a une fin: celle d'un ami (un frère), celle de son amour pour ELLE, celle du vagabondage sexuel etc. Ne reste plus à cet être abîmé que de s'assembler à qui lui ressemble...

 

Francis Richard

 

L'heure des naufrages, Pier Paolo Corciulo, 188 pages, Les Éditions Romann

Partager cet article
Repost0
18 mars 2021 4 18 /03 /mars /2021 20:00
Longues nuits et petits jours, d'Anne-Frédérique Rochat

- Après les épreuves que tu as traversées, ça te fera le plus grand bien de te ressourcer.

 

Edwige a accepté l'offre de sa collègue Anne. Elle a décidé de prendre des vacances dans son adorable chalet, tandis que celle-ci part pour les États-Unis pendant six semaines.

 

Edwige a rompu avec Andri et a perdu sa mère six mois auparavant. Elle a effectivement besoin de se ressourcer. Que peut-elle espérer de mieux pour ce faire que la solitude?

 

Or Edwige a la désagréable surprise de constater qu'elle n'est pas seule dans l'adorable chalet. Un inconnu qui répond au prénom improbable de Célien s'y est installé avant elle.

 

Anne aurait pu la prévenir. Lui cacher qu'elle devrait cohabiter avec Célien, le masculin de Céline, cela ne se fait pas. Par moments elle doute cependant de l'existence de celui-ci.

 

Pourtant elle ne rêve pas. Il existe. Ou alors il faut croire que ses nuits sont plus longues que ses jours et qu'elle hallucine. Ce serait la seule explication à toute cette dinguerie.

 

Ce qui semble le confirmer, c'est que sa mère lui semble être là, à plusieurs reprises, avant de s'évaporer. Ne sont-ce pas simplement souvenirs d'enfance qui remontent à la surface?

 

Anne est injoignable par téléphone. Elle ne peut donc lui faire part de ce qui lui arrive et reprendre pied. D'autres êtres vivants la hantent: un lapin blanc, un gros bonhomme.

 

Peut-être la solution à tout ce mélange de fantasmes et de réalités, devenu son quotidien, se trouve-t-elle dans la réponse à la question existentielle qu'elle se pose indéfiniment:

 

Manger ou être mangé.

 

Francis Richard

 

Longues nuits et petits jours, Anne-Frédérique Rochat, 190 pages, Slatkine

 

Livres précédents aux Éditions Luce Wilquin:

Accident de personne (2012)

Le sous-bois (2013)

A l'abri des regards (2014)

Le chant du canari (2015)

L'autre Edgar (2016)

La ferme vue de nuit (2017)

Miradie (2018)

Partager cet article
Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 22:40
Le retour de Phidias, de Julien Burgonde

Vous me demanderez de reconstituer son génome, puis de cultiver des cellules souches que nous aurons recréées. Ensuite, mettant en oeuvre les moyens que nous avons développés mais suspendus pour cause d'interdits éthiques planétaires, je devrai organiser la gestation de ce foetus venu de la nuit des temps jusqu'à sa naissance. Mais là ne s'achèvera pas ma mission: vous m'ordonnerez de déclencher le vieillissement accéléré de ce nouveau-né et de le stopper à sa maturité. Et pour finir, de vous le livrer afin qu'il accomplisse vos desseins...

 

L'Angleterre et la Grèce sont en pourparlers. Au début du XIXe siècle, lord Elgin a sauvé de l'abandon et de la destruction des sculptures en marbre du Parthénon. Le British Muséum les lui avaient acquises en bonne et due forme quelques années après.

 

Trois siècles plus tard, le document original du firman délivré à lord Elgin est retrouvé. Contrairement à la traduction anglaise il ne l'autorise pas à dégager et à emporter des pierres du Parthénon en ruine, mais à les manipuler pour en faire relevés et dessins.

 

C'est à ce moment-là que la tombe du grand sculpteur du Parthénon, Phidias, est retrouvée fortuitement à Olympie par le directeur des recherches archéologiques du lieu. Cette information change les données pour le conseil d'administration du British Muséum.

 

Le roi George VII autorise le directeur du MI6 à organiser le rapt des restes de Phidias afin de le faire revivre. Le Prix Nobel de médecine, Sir Bruce Modersohn, a déjà réussi à recréer un organisme vivant en reconstituant le génome complet d'un animal disparu.

 

Il s'agit d'obtenir que Phidias ressuscité sculpte des oeuvres antiques dans leur fraîcheur originelle. Encore faut-il que, si Le retour de Phidias se passe bien biologiquement, il recouvre sa mémoire antique et qu'il redevienne un des plus grands génies de l'humanité.

 

Cette prouesse médicale, humaine et artistique permettrait d'avoir un avantage incontestable dans les négociations de l'Angleterre avec la Grèce. Toutes les parties prenantes à l'opération s'engagent à la garder secrète jusqu'au moment qui sera jugé opportun.

 

Le projet est donc mis à exécution. Mais les choses ne se déroulent pas tout à fait comme prévu. Les commanditaires, qu'il soient scientifiques ou politiques, ont effet omis un élément décisif dans sa mise en oeuvre: il ne s'agit pas d'un objet mais d'un être humain.

 

Un être humain n'est pas malléable à volonté. Il est en grande partie imprévisible. Certes c'est un être doué de raison, mais il peut éprouver des sentiments. À supposer que sa mémoire antique soit conservée, au cours de sa renaissance il peut en acquérir une autre.

 

Présenté par Julien Burgonde comme un manuscrit anonyme rédigé en anglais et traduit en français, cette tragédie romanesque en huit actes est le récit d'une expérience génétique, un thriller, un roman d'amour, un rappel d'histoire de l'art et de la mythologie grecque.

 

Bien que ce pavé soit impressionnant par son poids et son épaisseur, il ne doit pas rebuter le lecteur parce qu'il est passionnant, instructif et qu'il pose des questions existentielles. Comment ne pas penser, par exemple, à ce que disait Rabelais dans son Pantagruel:

 

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme

 

Francis Richard

 

Le retour de Phidias, Julien Burgonde, 738 pages, Plaisir de Lire

Partager cet article
Repost0
11 mars 2021 4 11 /03 /mars /2021 20:30
Ring, de Florian Eglin

- Ton coeur n'y est pas. Si le coeur n'y est pas, entrer dans le ring, c'est risquer sa vie. Des fois, savoir sortir du ring, c'est aussi une force.

À ces mots Noah recula.

- Sortir du ring? Pour faire quoi? Pour aller où?

- Pour aller là où est ton coeur.

 

Noah Agobian, 23 ans, est d'origine arménienne. Il pratique le Muay Thaï au Massar Gym, aux Acacias, à Genève. Il s'y rend quatre fois par semaine. Il y retrouve Lashana Samembe, 22 ans, d'origine rwandaise, dont il est amoureux.

 

Noah est le futur homme politique. Katia, femme du banquier Louis de Constant, l'a pris sous son aile. Il va figurer sur la liste de la Droite (le plus grand parti de Genève qu'elle préside) aux prochaines élections au Grand Conseil.

 

Lushana est la future star des rings. Elle a déjà remporté huit combats amateurs sur des KO très nets. Mais, ce qu'elle veut, estimant qu'à son âge, elle a perdu du temps, c'est de passer pro et combattre dans quelques mois à Zurich.

 

Lashana a une piètre opinion des politiques, qui ne s'est pas améliorée avec leur gestion de la pandémie de HAZ. C'est pourquoi elle ne voit pas d'un bon oeil que Noah veuille entrer en politique, même si c'est le voeu de sa mère, Mané.

 

Noah et Lashana sont dissemblables physiquement: Noah plus grand, Loshana plus musclée. Lui, peau mate, yeux noirs, cheveux noirs. Elle, peau noire, yeux verts, coupe afro. Mais ils sont tous deux doués d'une semblable prestance.

 

Ce qui les rassemble, c'est le sentiment qu'ils éprouvent l'un pour l'autre, mais c'est aussi d'être descendants tous deux de survivants d'un génocide, celui des Arméniens en 1915 par les Ottomans et celui des Tutsis en 1994 par les Hutus.

 

Ce qui les divise, c'est la gestion de la crise due au HAZ. Noah ne serait pas hostile à des mesures plus fermes, alors qu'elle voit dans les mesures déjà prises des mesures liberticides auxquelles il faudrait s'habituer, ce qu'elle ne veut pas...

 

Il est de plus grands enjeux que le HAZ et un secret de famille s'y trouve mêlé. Quand tous deux en prennent conscience, ils savent que c'est le moment, dont parlait le champion Saenchai, de sortir du ring pour aller là où est leur coeur. 

 

Francis Richard

 

Ring, Florian Eglin, 108 pages, BSN Press (sortie le 11 mars 2021)

 

Livres précédents:

 

A La Baconnière :

Cette malédiction qui ne tombe finalement pas si mal (2013)

Une résistance à toute épreuve... Faut-il s'en réjouir pour autant ? (2014)

Holocauste (2015)

Il prononcera ton nom (2019)

Représailles (2020)

 

A La Grande Ourse :

Ciao connard (2016)

 

Chez BSN Press :

En pleine lumière (2019)

Partager cet article
Repost0
9 mars 2021 2 09 /03 /mars /2021 17:45
Backstage, de Pascal Parrone

Le Venoge Festival, autrefois nommé Rock'n'Air, avait lieu chaque été à la fin du mois d'août dans la commune de Penthalaz. On disait de lui qu'il était le plus petit des grands festivals ou le plus grand des petits festivals.

 

Sur la scène de ce plus grand festival de la région lausannoise, commence la résistible ascension du groupe Blackout le 24 août 2018, où il a remplacé au pied levé un groupe qui a eu un accident et n'a pu être présent ce soir-là.

 

Blackout s'en sort plus que bien. Le public est conquis et enthousiaste. L'avenir appartient donc au quatuor, composé de Leila à la batterie, de Nils à la basse, d'Éric à l'une des deux guitares et d'Alex, le chanteur, à l'autre guitare:

 

Sa voix était rocailleuse, puissante, claire et juste à la fois. Une voix dans la plus pure tradition rock, un vrai don de la nature.

 

Le groupe ne serait rien sans son manager, Léo, qui a un large carnet d'adresses et qui lui est tout dévoué, bénévolement (il a fait un héritage qui l'a mis à l'abri de tout besoin), et sans  Freddy, le technicien et homme à tout faire.

 

Pour fêter ce succès, les quatre du groupe se rendent au No Name à Lausanne. Ce n'est pas une bonne idée, parce que, sous l'emprise de la coke et de l'alcool, Alex agresse dans les toilettes une des deux fans qui les ont rejoints.

 

La jeune femme ne porte pas plainte mais c'est une première alerte. Bis repetita, le 26 juillet 2019, après leur succès sur la scène des Arches du Paléo de Nyon, les Blackout se retrouvent avec deux groupies au No Name...

 

Au mois d'octobre 2019, cinq personnes reçoivent une lettre envoyée par un cabinet d'avocats de Zurich. Dans cette lettre personnalisée, chacun est informé qu'il hérite d'une somme non précisée de la part d'un riche inconnu.

 

Pour le partage, les cinq légataires doivent se présenter avec leurs lettres le mardi 10 décembre 2019 à 18 heures précises au lieu-dit du Chalet Clin-d'oeil, route des Pautex, situé sur la commune de Blonay (voir plan annexé).

 

Ces réceptions sont intercalées dans le récit et sont destinées à susciter l'intérêt du lecteur qui se demande de quoi il retourne. Il n'est pas plus avancé quand il découvre que deux membres de l'équipe du Blackout y figurent...

 

Le lecteur n'apprend que peu à peu ce qui lie les cinq lors de la réunion. Il ne sera pas au bout de ses peines, parce que l'auteur lui réserve une dernière surprise à la fin du récit, qui, s'il a été attentif, ne le surprendra qu'en partie...

 

Francis Richard

 

Backstage, Pascal Parrone, 328 pages, Slatkine

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens