Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2023 5 01 /09 /septembre /2023 22:55
Tombola, de Jérémie Gindre

Ce recueil de sept nouvelles porte bien son titre, qui n'est pas celui de l'une d'entre elles. Sept jeunes femmes y participent à un voyage bien préparé (dans un but précis), mais qui se révèle imprévisible, comme une Tombola.

 

Zita est ébéniste et habite Gap1 avec Karim. En ce mois d'avril, elle décide de partir faire une randonnée au départ de Rabou jusqu'au plateau de Bure où depuis la fin des années 1980 un observatoire astronomique est installé.

 

Karim lui reproche souvent de ne pas choisir le bon moment pour faire les choses. Le fait est que la météo n'est pas celle qui était prévue et qu'elle interprète mal le sifflet entendu lors de son ascension solitaire et éprouvante...

 

Willa a la bonne ou mauvaise idée de se lancer sur des traces de ses parents, trouvées sur l'ordinateur maternel: sur une photo, relativement récente, ils posent nus et elle découvre que c'est au cercle de pierres de Castlerigg 2.

 

Sur place, elle rencontre des touristes, une mannequin sud-coréenne qui pose pour une marque de montres, un homme propriétaire d'un lévrier qui n'a pas plus de nom que son maître: le souvenir de ses parents lui échappe...

 

Espe(ranza) est peut-être la seule de la famille à aimer se rendre au chalet. Elle n'est pas venue depuis octobre. En le quittant elle a respecté les instructions dont la liste a été dictée par son père à sa mère. Mais ça n'a servi à rien.

 

Un sapin est tombé sur le chalet. Que peut-elle y faire, au milieu de nulle part, où l'on n'accède qu'à pied? Heureusement, un voisin bienveillant vient à son aide, mais ce n'est pas le seul imprévu naturel auquel elle est confrontée...

 

Anna travaille au Ranch des Rapaces, qui n'est pas un ranch comme les autres puisqu'il s'agit d'un parc animalier, dans le Jura bernois, où faucon pèlerin, buse, chouette lapone, vautour urubus ou grand-duc tiennent la vedette.

 

Après le spectacle de fauconnerie, à la fin de la journée, comme il pleut, plutôt que de partir en scooter pour aller prendre son train, un collègue lui propose de la raccompagner et ils s'arrêtent à la kermesse du village: fatale erreur...

 

Christine, Venise et Joanne sont trois amies parties de Montréal. Leur destination, à vélo, est d'aller voir des baleines, après avoir parcouru de hauts lieux touristiques. Bientôt elles ne sont plus que deux, Christine devant rentrer.

 

Une enfant de celle-ci est malade. Puis c'est au tour de Joanne de connaître des tribulations, qui ne la font pourtant pas renoncer à aller au bout, en dépit de sa mésentente avec Venise qui n'est pas son amie, mais celle de Christine...

 

Une crise a tenu séparés Saskia et son père, Wim, pendant des années. Elle est venue, pour discuter, se réconcilier: Mais par où commencer? Par les reproches ou par les explications? Les excuses d'abord ou les accusations?

 

Saskia ne trouve pas le bon moment. Au contraire les comportements de son père l'indisposent. Il faut qu'un événement inattendu se produise sur un lieu où son père travaille pour que, écoutant son coeur, elle se précipite vers lui...

 

À la bibliothèque, Cherline et Brad sont chargés de composer une présentation dans les vitrines du hall d'accueil, sur le thème, ce mois-ci, des chutes du Niagara, ce qui ne les inspire guère, bien qu'ils y soient allés l'un et l'autre.

 

Brad invite Cherline à voir chez lui le film Niagara 3 (avec Marylin Monroe), qu'elle n'a jamais vu, ce qui la plonge dans ses souvenirs du lieu, avec sa tante et sa cousine venues de Haïti, qu'elle avait bien volontairement occultés... 

 

Jérémie Gindre emmène le lecteur dans des lieux différents, qui ont en commun de le dépayser - faune et flore y jouent un rôle singulier et bien décrit -, et de le faire réfléchir sur les aléas de l'existence, qui n'épargnent personne.

 

Francis Richard

 

Tombola, Jérémie Gindre, 176 pages, Zoé (sortie en Suisse le 31 août 2023)

 

1 - Dans les Hautes-Alpes

2 - Au Royaume-Uni

3 - 1953

 

Livres précédents chez le même éditeur:

 

Pas d'éclairs sans tonnerre (2017)

Trois réputations (2020)

Partager cet article
Repost0
23 août 2023 3 23 /08 /août /2023 20:30
Psychopompe, d'Amélie Nothomb

Psychopompe: Conducteur des âmes des morts. (Larousse)

 

En faisant du grec ancien, la narratrice de ce roman, dont le titre vient de ce substantif, se rend compte qu'elle en est un. Mais avant de s'en apercevoir, elle explique que sa vocation d'écrivain lui vient de son observation des oiseaux.

 

Elle commence d'ailleurs son récit d'alter ego d'Amélie Nothomb (elle a écrit les mêmes livres qu'elle et son père se prénomme Patrick comme le sien) par un conte traditionnel nippon où un oiseau révélait à l'homme sa bassesse.

 

Au cours des pérégrinations de son père diplomate, elle raconte l'attention qu'elle leur porte et, plus particulièrement, à leurs chants et à leurs vols. De cette observation elle conclut très jeune que l'oiseau [est] la clé de [son] existence.

 

Voler la fascine par la patience que cela a supposé, qu'elle explique par le désir: Depuis l'apparition du dinosaure jusqu'à celle du premier dinosaure volant, que l'on appelle archéoptéryx, s'écoulèrent quatre-vingts millions d'années.

 

Très tôt elle lit des livres d'ornithologie qui lui ont été offerts et qui la confortent dans son obsession aviaire. Cette obsession est telle qu'elle cherchera à s'inventer une manière de voler. En attendant, son caractère aura été influencé:

 

La contemplation perpétuelle d'un être furtif m'enseigna l'art d'aimer l'insaisissable.

 

Sa manière de voler, elle va la trouver en devenant psychopompe d'elle-même, un oiseau psychopompe qui aura échappé un jour aux mains de la mer et se sera sorti d'une anorexie voulue pour s'alléger le squelette, comme le dinosaure:

 

Désormais écrire, ce serait voler. Je ne suggère pas que me lire soit un exercice d'altitude, je sais que quand j'atteins mon écriture, je vole.

 

Romancière, elle écrit tous les jours, tenant compte du paysage plus que du but. Écrire est un privilège absolu: il n'y a pas de grâce plus élevée. Ce n'est pas sans danger: L'écriture comporte l'énorme péril de la chute, parce qu'elle est un vol.  

 

Qu'ils soient publiés ou non, ses manuscrits incorporent la mort de plus en plus. Psychopompes, ils escortent sans prétendre abolir le fossé qui sépare un individu d'un autre: L'oiseau est parfait pour ce rôle, présence fraternelle et pudique à la fois.

 

Consciente de leurs imperfections et insatisfaite des résultats obtenus, elle conclut: La grande mission d'un oiseau consiste à approfondir son pouvoir psychopompe. J'en suis encore au stade du bricolage. Je n'ai pas dit mon dernier mot.

 

Francis Richard

 

Psychopompe, Amélie Nothomb, 162 pages, Albin Michel (sortie le 23 août 2023)

 

Livres précédents chez le même éditeur:

 

Le voyage d'hiver (2009)

Une forme de vie (2010)

Tuer le père (2011)

Barbe bleue (2012)

La nostalgie heureuse (2013)

Pétronille (2014)

Le crime du comte Neville (2015)

Riquet à la houppe (2016)

Frappe-toi le coeur (2017)

Les prénoms épicènes (2018)

Soif (2019)

Les aérostats (2020)

Premier sang (2021)

Le livre des soeurs (2022)

Partager cet article
Repost0
21 août 2023 1 21 /08 /août /2023 19:30
Le vieil incendie, d'Elisa Shua Dusapin

Nos derniers échanges remontent à l'an passé pour son déménagement à Périgueux. Jusqu'alors elle avait vécu ici avec mon père, même après sa mort. Je l'ai aidée à distance. Le studio était déjà meublé, elle ne voulait rien emporter de notre maison d'enfance sans mon accord. Maintenant que la vente est signée, Véra comptait sur ma présence pour la vider.

 

Agathe, la narratrice, qui n'aime pas son prénom, et sa soeur Véra ont encore neuf jours, du 6 au 14 novembre, pour vider leur maison d'enfance sise dans un village périgourdin.

 

Agathe, partie à New-York, il y a quinze ans, quand elle en avait quinze, pour y poursuivre ses études de lycéenne, y est restée. Elle a trois ans de plus que sa soeur, aphasique.

 

Véra devait avoir six ans quand elle a perdu l'usage de la parole, à peu près au moment où leur mère les a quittés, elles et leur père, sans qu'il y ait de lien de cause à effet.

 

Agathe parle à Véra. Véra lui répond en pianotant sur le clavier de son téléphone. Aussi les dialogues sont-ils singuliers entre les deux soeurs, en raison du décalage, inévitable.

 

Depuis un remaniement parcellaire, leur maison n'est plus considérée comme la métairie du château voisin, le Pigeon Froid. Elle sera rasée pour faire place à un camping.

 

Le propriétaire du château, Gustave, souhaite en récupérer les pierres pour la réfection de son pigeonnier, qui a subi Le vieil incendie qui donne son titre à ce roman intimiste.

 

Agathe, devenue scénariste, s'isole de temps en temps pour écrire une adaptation de W ou le souvenir d'enfance, de Georges Perec dont le tournage est prévu dans deux ans.

 

Véra, qui s'ennuyait en boutique, se forme en stabilisation florale: elle fait des fleurs qui ne se fanent pas grâce à la chimie... Ce qui poussera Agathe à se renseigner sur le Net...

 

Remuer meubles, livres, vêtements, tous destinés à la décharge, fait remonter chez Agathe des souvenirs: n'avait-elle pas promis un jour à Véra qu'elle serait toujours là pour elle?

 

C'était sans doute aberrant. Le dernier jour Agathe ne sait pas comment dire à Véra combien elle l'aime, voudrait qu'au moins elle ne la déteste pas quand elle devra s'en aller... 

 

Francis Richard

 

Le vieil incendie, Elisa Shua Dusapin, 144 pages, Zoé (sortie le 22 août 2023)

 

Livres précédents:

 

Hiver à Sokcho (2016)

Les billes du Pachinko (2018)

Vladivostok Circus (2020)

Partager cet article
Repost0
8 août 2023 2 08 /08 /août /2023 19:15
Les Vertueux, de Yasmina Khadra

Yacine Chéraga est le narrateur de cette histoire, qui se déroule sur un quart de siècle, de la Première Guerre mondiale à la Seconde, en Algérie puis en France, de nouveau en Algérie.

 

Il est l'aîné d'une fratrie composée de quatre filles et trois garçons. Son père Sellam est manchot, ayant perdu une main dans un duel: pour nourrir sa famille, il s'éclipse et mendie.

 

Un jour d'automne 1914, sa vie bascule. Le caïd Gaïd Brahim le fait chercher. Il lui recommande de remplacer son fils qui n'est guère vaillant pour aller combattre les Boches.

 

Il combattra sous le nom de ce fils, Hamza. Au retour, il sera célébré en héros, sera traité par le caïd comme son propre fils, aura des terres et sa famille sera dans l'aisance:

 

- C'est à toi de décider, mon garçon: la gloire et la fortune ou bien l'errance et la mouise pour les tiens.

 

Yacine n'a pas le choix et se retrouve avec une vingtaine de ses semblables dans un camp à Mostaganem, puis sur un bateau jusqu'à la terre de France, enfin sur le front à Verdun.

 

Il appartient au 2e Régiment de tirailleurs, les Turcos. Ceux qui s'en sortiront, comme lui, indigènes ou français, se souviendront, repartiront en Algérie pour de nouvelles déconfitures:

 

Si nous avons été égaux dans le martyre, l'Histoire ne retiendra que les héros qui l'arrangent.

 

Le lecteur devra retenir les noms et les caractères de ceux qui ont partagé leurs souffrances avec Yacine/Hamza. Car il les retrouvera tout au long de sa quête pour retrouver les siens.

 

Le caïd, en fait, l'a dupé. Personne ne le croira jamais quand il dira avoir été envoyé par lui à la guerre à la place de son fils et, naïf, il ne connaîtra dès lors que des tribulations.

 

Toutefois il faut nuancer le propos, parce qu'il fera de belles rencontres, qui, ajoutées à des retrouvailles avec certains de ses camarades du 2e RT, lui permettront de les surmonter.

 

Certes ceux qu'il rencontrera ne seront pas tous des saints, mais il y aura toujours en eux quelque chose de bon et/ou de sage qui lui permettra de ne pas douter de l'humanité.

 

Il ne croira pas - il revient de l'enfer et ne pense pas qu'il soit possible de connaître pire que ce qu'il a connu au front - la voyante qui, au milieu du récit, lui prédira son destin:

 

Les épreuves qui t'attendent sont injustes, mais tu les surmonteras. Tu souffriras le fer et le feu, tu dormiras sur les orties, tu saigneras dans les larmes et dans la sueur, mais tu connaîtras la paix lorsque tu te réveilleras.

 

Au milieu de tant de noirceurs, il reste fidèle aux principes que lui ont inculqués ses parents. Comme le lui dira une de ces personnes rencontrées, qui l'aidera dans ses recherches:

 

Tu es sincère, entier, pur, et ça, c'est pas prudent. On ne peut pas être trop près du bon Dieu sans se mettre à la merci du diable.

 

Au cours de ce récit plein de violences, où Yacine passe par des hauts et, surtout, beaucoup de bas, les amitiés et, surtout, l'amour de Mariem lui seront d'un grand réconfort:

 

Si je me suis cassé les dents à force de mordre la poussière, j'ai aussi rencontré des gens formidables et connu des instants de grâce qui m'ont, parfois, rendu le sourire. À moi de garder, de mon parcours de naufragé, ce que j'estime être essentiel pour mes vieux jours. En fin de compte tout se paie d'une manière ou d'une autre. L'honnêteté se paie très cher, mais elle finit par payer. Comme la patience, la foi dans ce qui est juste, le sacrifice et le don de soi. Quant aux torts que l'on commet, ils n'échapperont pas au retour de flamme, eux non plus. 

 

Francis Richard

 

Les Vertueux, Yasmina Khadra, 544 pages, Mialet-Barrault

 

Livre précédent chez Mialet-Barrault

 

Pour l'amour d'Elena (2021)

 

Livres précédents chez Julliard:

Khalil (2018)

Dieu n'habite pas La Havane (2017)

La dernière nuit du Raïs (2015)

Les anges meurent de nos blessures (2013)

L'équation africaine (2011)

Partager cet article
Repost0
4 août 2023 5 04 /08 /août /2023 18:50
Il n'y a pas de Ajar, de Delphine Horvilleur

Nous sommes pour toujours les enfants de nos parents. [...] Mais nous sommes aussi, et pour toujours, les enfants des livres que nous avons lus.

 

Delphine Horvilleur naît l'année1Romain Gary commence à signer du nom de l'Autre, Émile Ajar. Ils ont cessé d'écrire l'année 2 où elle apprend à lire et à écrire.

 

Depuis des années, l'auteure lit Gary/Ajar; elle ne cesse d'y chercher une clé d'accès à [sa] vie, un passe-partout qu'un jour, un homme aux multiples identités a déposé.

 

Il n'y a pas de Ajar est Un monologue contre l'identité, où l'héritière de Gary/Ajar, refuse au fond qu'à un homme soit collé, ou qu'il se colle lui-même, une seule étiquette.

 

À l'instar de Gary/Ajar, en conséquence, elle dit notamment dans ce texte qu'il est permis et salutaire de juger un homme pour ce qu'il fait et non pour ce dont il hérite.

 

Ce monologue, résultat d'une véritable filiation littéraire, est tenu par Abraham, le fils caché d'Émile Ajar, qui n'hésite pas à se prévaloir de son certificat d'inexistence:

 

Je suis ce qu'il en reste.

 

Pourquoi ce monologue? Pour sortir de la binarité, un défi insurmontable. Peut-être, pour ce faire, ne faut-il donc pas croire que l'on n'est rien d'autre que ce que l'on est.

 

Le refus de Romain Gary de se laisser définir par une identité ou une seule définition de soi, pour l'auteure, qui est rabbin et connaît bien la Thora, a à voir avec sa judéité

 

En hébreu, Abraham précise d'ailleurs que le verbe être n'existe pas au présent. Il ne peut se conjuguer qu'au passé ou au futur: on peut avoir été ou être en train de devenir:

 

Tu as été et tu deviendras, mais tu es forcément en pleine mutation.

 

Francis Richard

 

1 - 1974

2 - 1980

 

Il n'y a pas de Ajar, Delphine Horvilleur, 96 pages, Grasset

 

Livres précédents:

Vivre avec nos morts (2021)

Réflexions sur la question antisémite (2019)

 

Sur Gary/Ajar:

Album Gary, Maxime Decout, La Pléiade (2019)

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2023 3 19 /07 /juillet /2023 19:45
Louise ou Madame Maigret, de Jacques-André Reymond

N'est-il pas incongru, presque inconvenant dans la société d'aujourd'hui, où se multiplient les voeux et les efforts d'égalité conjugale et de partage des tâches ménagères, de rendre hommage à une femme qui, sans état d'âme, a vécu heureuse dans le monde du patriarcat qui a régi les humains pendant des millénaires?

 

Jules Maigret, le personnage de Georges Simenon, n'aurait pu vivre heureux sans Louise: La vie sans elle n'aurait pas eu de sens. C'est dire l'importance de son rôle, qui justifie qu'elle ne soit pas oubliée. Que l'auteur parle d'elle.

 

2023 est le cent vingtième anniversaire de la naissance de Simenon, né un vendredi 13 (sic), de février 1903. Quel plus bel hommage, avec ce livre, Jacques-André Reymond pouvait-il rendre au créateur de Jules et Louise?

 

Simenon fut l'un des grands romanciers du vingtième siècle. Son oeuvre ne se limite d'ailleurs pas aux Maigret, i.e., regroupés en dix volumes chez Omnibus, tout de même 75 romans et 28 nouvelles publiés entre 1931 et 1972...

 

Jacques-André Reymond connaît bien Jules qui ne serait rien sans Louise, et réciproquement. Ce qui lui permet de mettre en lumière leur belle histoire d'amour sans enfants, qui est sans doute le grand chagrin de leur existence.

 

Dans ce livre, les imprécisions et les incohérences de Simenon, relevées par l'auteur, confirment qu'il attachait peu d'importance à assurer la rigueur de sa saga et que l'univers particulier qu'il avait créé était distinct du monde réel.

 

Comme Reymond est un lecteur attentif des Maigret, il s'inscrit en faux contre la déclaration de Simenon, lors de l'Apostrophes 1 du 27 novembre 1981, selon laquelle Jules aurait probablement trompé Louise mais qu'il n'en parle pas.

 

Il va même jusqu'à dire que les scènes plus ou moins suggestives que décrit Simenon dans certains de ses livres sont destinées, au contraire, à souligner l'abstinence vertueuse de Maigret. En fait Jules aime Louise tout simplement:

 

Au fil des romans, Louise prend de la consistance. À tous points de vue.

 

Louise est la femme de sa vie, une épouse parfaite. Elle tient un ménage impeccable. L'auteur soupçonne qu'en aimant cet homme timide mais vulnérable, elle s'est, peut-être inconsciemment, laissé guider par son instinct maternel...

 

Fort de sa connaissance profonde de la saga, l'auteur peut dire quels sont les amis du couple, qui il fréquente dans la société, comment il se distrait, qu'il se désintéresse des événements de l'époque, qu'il doit être catholique, sans plus.

 

L'auteur dit de Jules que son amour pour Louise est bourru, qu'il lui est fidèle et dévoué, de Louise, un peu maternelle, pas complètement dupe de ses humeurs, qu'elle lui offre un refuge de tranquillité, de normalité et de tendresse.

 

Francis Richard

 

1 - La célèbre émission littéraire de Bernard Pivot sur Antenne 2.

 

Louise ou Madame Maigret, Jacques-André Reymond, 80 pages, Editions de l'Aire

 

PS

J'ai une tendresse particulière, et subjective, pour Simenon, peut-être parce que je suis en train de suivre le même itinéraire existentiel: naissance en Belgique, milieu de vie en France, fin de vie en Suisse, qui plus est à Lausanne...

 

Livre précédent:

 

Souvenirs d'un enfant de Genève (2023)

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2023 2 18 /07 /juillet /2023 18:30
Un enfant sans histoire, de Minh Tran Huy

La vie de Temple sera le support sur lequel je m'appuierai pour évoquer Paul parce que tout en partant du même point que lui, elle a abouti à l'opposé.

 

La dédicace du livre de Minh Tran Huy est mystérieusement libellée ainsi: Pour Paul, qui ne lira pas ce livre.

 

Le livre est tout aussi mystérieusement construit ainsi: les chapitres sont intitulés Temple et Paul, alternativement.

 

Ceux intitulés Temple racontent l'histoire de Temple Grandin, ceux intitulés Paul l'absence d'histoire de son fils:

 

Dramaturgiquement parlant, Paul était dépourvu d'histoire.

 

Temple, tout comme Paul, partent pourtant du même point: ils sont tous deux diagnostiqués TSA, c'est-à-dire atteints de troubles du spectre autistique.

 

La grande différence est que l'une a fabuleusement évolué depuis son diagnostic et que l'autre pas; il est Un enfant sans histoire:

 

Le personnage principal, non seulement fait du surplace, mais ne communique que par images et ne dévoile rien de ce qu'il pense, au point que ses propres parents l'ignorent et se demandent même s'il pense.

 

La méthode pour sortir de leur mutisme est finalement la même, une fois que l'on a compris que l'autisme n'est pas dû  à un traumatisme psychologique.

 

Un autiste l'est non pas parce qu'il ne veut pas parler mais parce qu'il ne peut pas parler. Il faut donc lui enseigner scientifiquement ce que les autres enfants font et apprennent spontanément.

 

La grande leçon du livre est que tous les autistes ne sont pas égaux et que seul un petit nombre finit par apprendre ce qu'apprennent spontanément les enfants qui ne le sont pas, les neurotypiques.

 

L'autre leçon est que, même si la réussite n'est pas au bout du chemin, cet apprentissage vaut la peine d'être tenté, car, sans l'entreprendre, il est impossible d'en connaître l'issue.

 

Enfin, en dépit des difficultés que connaissent les parents avec leur enfant différent des autres, ils ne l'en aiment pas moins quand bien même ils échouent à lui apprendre à parler.

 

Quel que soit son handicap, physique et/ou mental, en conclusion, tout être humain est digne de vivre et d'être aimé. Merci donc à l'auteure de le faire comprendre aux ignorants.

 

Francis Richard

 

Un enfant sans histoire, Minh Tran Huy, 208 pages, Actes Sud

 

Livre précédent:

 

Les inconsolés (2020)

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2023 2 11 /07 /juillet /2023 17:40
Les deux Beune, de Pierre Michon

Je ne crois guère aux beautés qui peu à peu se révèlent, pour peu qu'on les invente; seules m'importent les apparitions. Celle-ci me mit à l'instant d'abominables pensées dans le sang. C'est peu dire que c'était un beau morceau.

 

Pierre est instituteur. En 1961, il a été nommé à Castelnau, un bourg entre Les Martres et Saint-Amand-le-Petit, sur la Grande Beune, en terre périgourdine.

 

L'apparition est celle d'Yvonne qui tient le bureau de tabac et à qui il achète tous les jours un paquet de Marlboro. C'est peu de dire qu'il fantasme sur elle.

 

Le diable se cache dans les détails: les talons hauts, le fard impeccable, un port de reine, les ongles peints, les sequins d'or, et ce qu'il ne voit pas et devine:

 

J'étais joli garçon pourtant, sans doute aimable, et ce qui me poussait au ventre était bien suffisant pour la convaincre - ou l'aurait été plutôt, on l'apprendra, si son coeur, comme on dit n'avait pas été pris.

 

Il a pris pension Chez Hélène. Qui est vieille et massive comme la sibylle de Cumes, et la mère de Jean Le Pêcheur, qui sert chez Jeanjean, Jean Leborgne.

 

Le roman comprend deux parties: La Grande Beune, publiée en 1996, qui laissait le lecteur sur sa faim, et La Petite Beune, qui lui donne une fin, explicite.

 

Car Les deux Beune dévoile ce que sont les deux frères, Jean et Jeanjean, ce qu'ils ont et ce qu'ils n'ont pas, et si le narrateur imaginatif pourra se conforter:

 

Je n'étais pas un chien mais un homme, vir et homo.

 

La caverne toute blanche de Pierre Michon n'est pas apparence trompeuse. Elle est charnelle comme l'est Lascaux ou le mur de Pompeï où se trouve inscrit:

 

Hic fututa sum... 

 

Francis Richard

 

Les deux Beune, Pierre Michon, 160 pages, Verdier

 

Livre précédent:

 

Tablée suivi de Fraternité, L'Herne (2017)

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2023 7 09 /07 /juillet /2023 18:50
Un couple, d'Éliette Abécassis

Mon histoire C'est l'histoire d'un amour Ma complainte C'est la plainte de deux cœurs Un roman comme tant d'autres Qui pourrait être le vôtre

Histoire d'un amour, Dalida, 1958

 

On ira où tu voudras, quand tu voudras
et on s'aimera encore, lorsque l'amour sera mort
toute la vie sera pareille à ce matin
aux couleurs de l'été indien

L'été indien, Joe Dassin, 1975

 

Ces deux extraits de chansons résument très bien Un couple. D'ailleurs Éliette Abécassis mentionne leurs titres en tête de son roman, sans doute parce qu'elles ont trotté dans sa tête tandis qu'elle l'écrivait.

 

Ce roman d'amour entre Alice et Jules a une particularité: il est antichronologique (ou antéchronologique). Autrement dit il commence par la fin, en mai 2022 et se termine par le début, le 8 mai 1955.

 

Aussi n'est-ce pas dans l'épilogue que réside l'intérêt de ce livre, mais dans le chemin qui y ramène, une boucle en quelque sorte. À l'arrivée comme au départ, l'auteure les situe avec les mêmes mots:

 

Ils sont au jardin du Luxembourg: c'est là qu'elle aime venir, toujours au même endroit, à droite quand on fait face au bassin, à côté des rangées de chaises vertes.

 

Leur chemin n'est pas de tout repos. Ils se prennent et se déprennent pendant ces deux tiers de siècles. Tous deux sont infidèles, se disputent mais ils ont des scrupules: ils sont intranquilles tout du long.

 

Tous deux sont de leur époque. Lui se targue d'être de gauche, elle d'être féministe, mais leurs comportements sont tout simplement intemporels même s'ils revêtent les formes et habits d'aujourd'hui.

 

Ils évoluent l'un comme l'autre et, en même temps, ils restent eux-mêmes. Leur amour a été fructueux puisqu'ils ont un fils, Alexandre, et une fille, Émilie. Mais ce ne sont pas leurs enfants qui les soudent. 

 

En dépit de toutes les tribulations qu'ils traversent, auxquelles leurs origines juives, à l'un comme à l'autre, ne sont pas complètement étrangères, leur amour transcende les corps, la vieillesse et le temps.

 

Le déclic de leur amour se trouve dans la lettre que Jules écrit à Alice juste après l'avoir rencontrée. En attendant de la lire à la fin du roman, il suffit au lecteur de savoir ce qu'en dit Alice en août 2018:  

 

C'est une lettre authentique et pourtant incroyable. Sincère, amoureuse et séduisante. Réelle et imaginaire. Visionnaire et folle. Enfin c'est un message auquel il m'était impossible de ne pas succomber.

 

Francis Richard

 

Un couple, Éliette Abécassis, 200 pages, Grasset

 

Livres précédents:

 

Chez Albin Michel:

Et te voici permise à tout homme (2011)

Le palimpseste d'Archimède (2013)

Alyah (2015)

Le maître du Talmud (2018)

L'envie d'y croire (2019)

 

Chez Flammarion:

Philothérapie (2016)

L'ombre du Golem (2017)


Chez Grasset:

Nos rendez-vous (2020)

 

Chez Robert Laffont:

La transmission (2022)

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2023 6 08 /07 /juillet /2023 12:00
Frappes courtes, de Jean-François Berger

Dans ce recueil, Jean-François Berger frappe quinze fois. Ce sont des Frappes courtes et bien ajustées. Elles nourrissent les réflexions du lecteur qui les reçoit comme il peut.

 

À l'instar de l'auteur, ces nouvelles, qui remontent parfois le temps, le font voyager de par le monde, en conservant des attaches en Suisse: Val de Ruz, Genève, Vallée de Joux.

 

Attentisme en France en 1958, évasion en Crète, démarches, jeux et immersion en Inde, farniente en Malaisie, missions à Timor, en Roumanie ou dans les Balkans, le dépaysent.

 

Malmené parfois, pour son bien de lecteur, même s'il n'a pas quitté un jour la Suisse, il est comme Corinne: Dans son for intérieur, plénitude et insécurité cohabitent en alternance.

 

Pestant contre la bureaucratie de son pays et de ses voisins, de plus en plus empêtrés dans la paperasse, il se console en découvrant les tribulations d'un récipiendaire de colis à Delhi.

 

Face à la pauvreté des pays lointains, il se dit que dans nos pays développés, on n'est pas forcément plus heureux. La prière d'Oscar Wilde, frappée au coin du bon sens, le tempère:

 

Mon Dieu, débarrassez-moi de la souffrance physique, je me charge de la souffrance morale!

 

S'il est au soir de sa vie, qu'il a fait partie des puissants, lui est destinée la fable du serveur qui transmet son plateau à son client sidéré par la note qu'il lui présente et qu'il a attendue:

 

Nous autres tenanciers du monde, nous oublions parfois de régler l'addition...

 

Francis Richard

 

Frappes courtes, Jean-François Berger, 136 pages, Éditions de L'Aire

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2023 7 02 /07 /juillet /2023 18:30
Mon ami Pierre, de Jon Ferguson

Pierre et moi avons été voisins pendant quinze ans dans le quartier de Montchoisi à Lausanne.

 

Un jour de 1995 (?) Jon y croise Pierre. Il sait qu'avant de se marier il a été dresseur de chevaux en Angleterre pendant quelques années et que son anglais est excellent.

 

Sorti d'hôpital, Pierre a dû s'arrêter de travailler. Jon lui propose de traduire en français un livre sur Friedrich Nietzsche intitulé Nietzsche au petit déjeuner 1 qu'il vient d'écrire.

 

Pierre a beaucoup de temps libre: sa sclérose en plaques sape son corps de forces et de mouvements, lentement mais sûrement. Sur la même longueur d'onde, il accepte:

 

J'ai écrit le livre pour le plaisir et il l'a traduit pour le plaisir.

 

Les années passent. Ils se perdent de vue. Un jour de 2012, Jon apprend que Pierre a été placé à la Fondation Clémence à Lausanne. Il lui rend visite et pense ne jamais le revoir.

 

Dix ans plus tard, rendant visite à une autre personne qui lui est chère, il s'enquiert de savoir si son ami Pierre est toujours là, on lui dit que oui et il revoit cet iconoclaste discret.

 

À la suite de cette visite, au cours de laquelle il se rend compte que son ami Pierre aurait le droit de se plaindre mais ne le ferait pas s'il le pouvait, Jon décide d'écrire ce livre:

 

Pour que les gens réfléchissent à deux fois avant de râler et de se plaindre et pour les aider à réaliser à quel point ils sont ingrats pour tous les avantages et toutes les opportunités qu'ils ont en ce monde.

 

Pourtant Jon, comme Pierre, son contemporain - ils sont de 1949 -, sait qu'il est impossible de donner un sens au monde, que la vie n'est jamais juste, qu'il aime faire l'amour:

 

Avant que Pierre ne soit vidé de toutes ses forces par la sclérose en plaques, il aimait sentir, toucher et explorer la peau des jolies femmes, ou des femmes qu'il aimait, ou des femmes qui l'aimaient...

 

Qui peut savoir ce qui est le mieux pour les autres? Même si Pierre ne le lui a jamais dit expressément, Jon pense qu'il serait d'accord pour dire que l'existence n'a pas de but:

 

Les "buts" humains sont généralement fonction de la culture dans laquelle on est immergé.

 

Cela ne veut pas dire que l'un et l'autre n'aient pas d'objectif dans la vie. Si cet objectif existentiel n'avait pas été le même, Mon ami Pierre n'aurait certainement pas vu le jour:

 

Aimer autant que possible et faire l'amour aux femmes que nous aimions. 

 

Dans ce livre, Jon Ferguson pose davantage de questions qu'il n'apporte de réponses. Ce sage se demande si son ami Pierre Bourquin n'est pas plus heureux que lui finalement:

 

Qui est vraiment "heureux"? Qui est triste et insatisfait? Qui a une vie agréable? Et qui est jamais en mesure de juger la vie d'un autre?

 

Francis Richard

 

1 - Publié à L'Âge d'Homme en 1996.

 

PS

Une partie des droits seront versés à la lutte contre la sclérose en plaques.

 

Mon ami Pierre, Jon Ferguson, 96 pages, Favre

 

Livres précédents chez Olivier Morratel Éditeur:

La dépression de Foster (2013)

La Bête (2015)

Les joyaux de Farley (2016)

 

Livre précédent chez Dashbook:

"2020" Réflexions (2021) (traduit de l'américain par Valérie Debieux)

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2023 6 01 /07 /juillet /2023 19:30
Pas perdus, d'Éric Rochat

La Suisse a un Parlement de milice. En tout cas, en théorie, tous les élus sous la Coupole exercent une autre activité professionnelle. Blick.ch du 4 mars 2023

 

Ce n'était pas une théorie dans le cas d'Éric Rochat, qui était médecin généraliste de 1977 à 2015, à Saint-Légier. Parallèlement il a été élu au Grand Conseil vaudois de 1990 à 1995, puis au Conseil des États de 1995 à 1999.

 

Comme le dit dans sa préface l'ancien président de la Confédération Suisse, Hans-Rudolf Merz, ce livre est un collier de perles composé d'anecdotes, d'événements et de personnages si vivants qu'éclaire un langage souple, une forme de tapisserie au petit point. Comme le précise l'auteur dans son prologue, ce livre n'est pas un livre sur la politique vaudoise ou suisse.

 

Il rappelle que, depuis plus de cinquante ans, femmes et hommes, quelles que soient leurs formations ou leur fortune, peuvent accéder [en Suisse] aux postes politiques les plus élevés. L'article du Blick.ch cité plus haut fait le tour de leurs revenus et défraiements qui leur permettent cette accession.

 

Le véritable objet de ce livre est contenu dans son sous-titre: Il y a une vie après l'élection ! L'auteur veut simplement relater ce que devient la vie des politiques une fois qu'ils sont élus, indépendamment des causes défendues et de l'énergie investie. Les vies privée et professionnelle ne sont pas encore trop perturbées quand l'engagement est municipal ou cantonal. Il n'en va pas de même quand il est fédéral...

 

Tout engagement, même lorsqu'il y a des compensations pécuniaires, ce qui n'est pas toujours le cas, demande souplesse, adaptation, éclectisme, disponibilité, des qualités qui ne sont pas innées mais qui s'apprennent pas à pas.

 

Même s'il a accepté, fin 1989, de figurer sur la liste libérale de [son] arrondissement pour l'élection au Grand Conseil vaudois, il prend le risque d'être élu et il l'est à sa stupéfaction. C'est le premier imprévu, qui sera suivi d'autres, comme, par exemple de s'entretenir dix minutes à Berne, en 1998, avec la princesse Anne, fille de la reine d'Angleterre, qui ne connaît âme qui vive, lors des festivités du cent cinquantième anniversaire de la Constitution fédérale...

 

Autre exemple, ironique: Fichu soldat, puisqu'il a été soldat complémentaire - donc dispensé d'instruction militaire - le premier jour de la session de décembre 1995 du Conseil des États, peu après sa prestation de serment, il est désigné vice-président de la SiK (Sicherheitspolitische Kommission), autrefois dite Commission militaire... 

 

Au cours du livre, il livre quelques-unes de ses réflexions personnelles d'ordre général, par exemple:

- sur l'histoire: Elle n'est pas un monument intangible. Ancienne ou contemporaine, elle est périodiquement relue avec les yeux d'aujourd'hui et les mêmes documents fondateurs prennent des significations différentes.

- sur la loi: La Constitution définit les principes fondamentaux, la loi précise les lignes essentielles et c'est le règlement qui s'occupe des détails. Compte tenu des dérives réglementaires et de la jurisprudence prolixe des tribunaux des différents niveaux, le pouvoir réel du politique élu sur la gestion concrète du pays paraît alors bien mince.

 

Hans-Rudolf Merz parlait dans sa préface de forme de tapisserie au petit point à propos de ce livre. Comme en écho, il se termine par l'acceptation par l'auteur, après ses quatre années passées au Conseil des États à Berne, de porter sur les fonts baptismaux et de présider une fondation destinée à gérer, promouvoir et étudier les tapisseries anciennes et contemporaines du canton de Vaud1...

 

Francis Richard

 

1 - Il s'agit de la Fondation Toms Pauli

 

Pas perdus, Éric Rochat, 152 pages, Éditions de l'Aire

Partager cet article
Repost0
29 juin 2023 4 29 /06 /juin /2023 18:35
Cruel, de Nicolas Verdan

Cruel est le mot-clé, et le titre, du roman noir de Nicolas Verdan. Les deux premiers chapitres, qui se passent en 1990, le troisième, en 1997, doivent être lus comme des signes avant-coureurs et explicatifs de ce petit mot.

 

Dans le premier et le deuxième chapitre, il est question d'un enfant qui a été kidnappé et à qui l'un de ses ravisseurs, Paul, pour le faire taire, lui dit que sa maman l'a abandonné et lui  donne le conseil d'ami: tu peux l'oublier.

 

Dans le troisième, le dialogue est plus énigmatique, mais là encore il s'agit d'une personne à qui l'on dit que sa maman a fait quelque chose d'inacceptable pour elle et qui ne lui aurait pas été dit si elle ne l'avait pas demandé.

 

Les faits relatés ces années-là préfigurent les événements qui se déroulent, de nos jours, du mercredi 14 novembre au jeudi 29 novembre. Une petite recherche dans le calendrier indique que nos jours se situeraient en 2018... 

 

Le 14, un détenu sort de la prison de Bochuz; une vieille dame, Gisèle Armand, est tuée à Gollion; Stefan, fils de Vesna Meyer, la directrice de l'Hôpital Vaud-Valais, est enlevé pendant sa leçon d'équitation avec une activiste.

 

Vesna Meyer est candidate des Verts Libéraux au Conseil fédéral. Sa pire ennemie, cheffe de l'UDC Suisse, Regula Wyss, est, ce qu'elle ignore, la maîtresse de Patrick, son mari, qui est entrepreneur dans les énergies vertes.

 

Yên Pham, qui travaille à Helvetic News, a obtenu un entretien avec Vesna Meyer. Elle veut la confondre pour sa gestion calamiteuse de l'hôpital intercantonal quand, appelée sur son portable, celle-ci abrège et s'en va.

 

Le même jour l'inspecteur Flynn Gardiol est pris d'un fou rire inexplicable sur la scène du crime perpétré contre Gisèle Armand... Il n'y a pourtant pas de quoi rire. L'explication de son comportement ne vient que plus tard.

 

Un enlèvement, un meurtre, c'est un bon début pour un polar au décor familier, et bien décrit, celui du canton de Vaud. On apprend alors qu'un troisième meurtre est commis à Aigle, qu'un autre les a tous précédés à Genève.

 

Il y a un lien entre les trois meurtres: c'est le même mode opératoire, et il est particulièrement cruel pour les victimes. Reste à savoir qui et pourquoi. Le pourquoi est connu en premier et le terme cruel y prend tout son sens:

 

Cette cruauté dont il a subi l'outrage, il l'incarne désormais. L'avoir vécue ne fait pas forcément de vous un être cruel. En revanche, le fait qu'on vous la dénie vous transforme en son messager.

 

Une fois connu qui a subi l'outrage, reste à l'identifier. C'est la loi du genre, il faut attendre la fin pour le savoir. Quant à l'épilogue il se rapproche d'aujourd'hui dans le temps, car il se situe le 7 décembre de l'année suivante...   

 

Francis Richard

 

Cruel, Nicolas Verdan, 456 pages, BSN Press - OKAMA

 

Livre précédent chez Bernard Campiche Éditeur:

Le mur grec  2015)

 

Livre précédent chez BSN Press:

La coach (2018)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens