Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mars 2021 4 18 /03 /mars /2021 20:00
Longues nuits et petits jours, d'Anne-Frédérique Rochat

- Après les épreuves que tu as traversées, ça te fera le plus grand bien de te ressourcer.

 

Edwige a accepté l'offre de sa collègue Anne. Elle a décidé de prendre des vacances dans son adorable chalet, tandis que celle-ci part pour les États-Unis pendant six semaines.

 

Edwige a rompu avec Andri et a perdu sa mère six mois auparavant. Elle a effectivement besoin de se ressourcer. Que peut-elle espérer de mieux pour ce faire que la solitude?

 

Or Edwige a la désagréable surprise de constater qu'elle n'est pas seule dans l'adorable chalet. Un inconnu qui répond au prénom improbable de Célien s'y est installé avant elle.

 

Anne aurait pu la prévenir. Lui cacher qu'elle devrait cohabiter avec Célien, le masculin de Céline, cela ne se fait pas. Par moments elle doute cependant de l'existence de celui-ci.

 

Pourtant elle ne rêve pas. Il existe. Ou alors il faut croire que ses nuits sont plus longues que ses jours et qu'elle hallucine. Ce serait la seule explication à toute cette dinguerie.

 

Ce qui semble le confirmer, c'est que sa mère lui semble être là, à plusieurs reprises, avant de s'évaporer. Ne sont-ce pas simplement souvenirs d'enfance qui remontent à la surface?

 

Anne est injoignable par téléphone. Elle ne peut donc lui faire part de ce qui lui arrive et reprendre pied. D'autres êtres vivants la hantent: un lapin blanc, un gros bonhomme.

 

Peut-être la solution à tout ce mélange de fantasmes et de réalités, devenu son quotidien, se trouve-t-elle dans la réponse à la question existentielle qu'elle se pose indéfiniment:

 

Manger ou être mangé.

 

Francis Richard

 

Longues nuits et petits jours, Anne-Frédérique Rochat, 190 pages, Slatkine

 

Livres précédents aux Éditions Luce Wilquin:

Accident de personne (2012)

Le sous-bois (2013)

A l'abri des regards (2014)

Le chant du canari (2015)

L'autre Edgar (2016)

La ferme vue de nuit (2017)

Miradie (2018)

Partager cet article
Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 22:40
Le retour de Phidias, de Julien Burgonde

Vous me demanderez de reconstituer son génome, puis de cultiver des cellules souches que nous aurons recréées. Ensuite, mettant en oeuvre les moyens que nous avons développés mais suspendus pour cause d'interdits éthiques planétaires, je devrai organiser la gestation de ce foetus venu de la nuit des temps jusqu'à sa naissance. Mais là ne s'achèvera pas ma mission: vous m'ordonnerez de déclencher le vieillissement accéléré de ce nouveau-né et de le stopper à sa maturité. Et pour finir, de vous le livrer afin qu'il accomplisse vos desseins...

 

L'Angleterre et la Grèce sont en pourparlers. Au début du XIXe siècle, lord Elgin a sauvé de l'abandon et de la destruction des sculptures en marbre du Parthénon. Le British Muséum les lui avaient acquises en bonne et due forme quelques années après.

 

Trois siècles plus tard, le document original du firman délivré à lord Elgin est retrouvé. Contrairement à la traduction anglaise il ne l'autorise pas à dégager et à emporter des pierres du Parthénon en ruine, mais à les manipuler pour en faire relevés et dessins.

 

C'est à ce moment-là que la tombe du grand sculpteur du Parthénon, Phidias, est retrouvée fortuitement à Olympie par le directeur des recherches archéologiques du lieu. Cette information change les données pour le conseil d'administration du British Muséum.

 

Le roi George VII autorise le directeur du MI6 à organiser le rapt des restes de Phidias afin de le faire revivre. Le Prix Nobel de médecine, Sir Bruce Modersohn, a déjà réussi à recréer un organisme vivant en reconstituant le génome complet d'un animal disparu.

 

Il s'agit d'obtenir que Phidias ressuscité sculpte des oeuvres antiques dans leur fraîcheur originelle. Encore faut-il que, si Le retour de Phidias se passe bien biologiquement, il recouvre sa mémoire antique et qu'il redevienne un des plus grands génies de l'humanité.

 

Cette prouesse médicale, humaine et artistique permettrait d'avoir un avantage incontestable dans les négociations de l'Angleterre avec la Grèce. Toutes les parties prenantes à l'opération s'engagent à la garder secrète jusqu'au moment qui sera jugé opportun.

 

Le projet est donc mis à exécution. Mais les choses ne se déroulent pas tout à fait comme prévu. Les commanditaires, qu'il soient scientifiques ou politiques, ont effet omis un élément décisif dans sa mise en oeuvre: il ne s'agit pas d'un objet mais d'un être humain.

 

Un être humain n'est pas malléable à volonté. Il est en grande partie imprévisible. Certes c'est un être doué de raison, mais il peut éprouver des sentiments. À supposer que sa mémoire antique soit conservée, au cours de sa renaissance il peut en acquérir une autre.

 

Présenté par Julien Burgonde comme un manuscrit anonyme rédigé en anglais et traduit en français, cette tragédie romanesque en huit actes est le récit d'une expérience génétique, un thriller, un roman d'amour, un rappel d'histoire de l'art et de la mythologie grecque.

 

Bien que ce pavé soit impressionnant par son poids et son épaisseur, il ne doit pas rebuter le lecteur parce qu'il est passionnant, instructif et qu'il pose des questions existentielles. Comment ne pas penser, par exemple, à ce que disait Rabelais dans son Pantagruel:

 

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme

 

Francis Richard

 

Le retour de Phidias, Julien Burgonde, 738 pages, Plaisir de Lire

Partager cet article
Repost0
11 mars 2021 4 11 /03 /mars /2021 20:30
Ring, de Florian Eglin

- Ton coeur n'y est pas. Si le coeur n'y est pas, entrer dans le ring, c'est risquer sa vie. Des fois, savoir sortir du ring, c'est aussi une force.

À ces mots Noah recula.

- Sortir du ring? Pour faire quoi? Pour aller où?

- Pour aller là où est ton coeur.

 

Noah Agobian, 23 ans, est d'origine arménienne. Il pratique le Muay Thaï au Massar Gym, aux Acacias, à Genève. Il s'y rend quatre fois par semaine. Il y retrouve Lashana Samembe, 22 ans, d'origine rwandaise, dont il est amoureux.

 

Noah est le futur homme politique. Katia, femme du banquier Louis de Constant, l'a pris sous son aile. Il va figurer sur la liste de la Droite (le plus grand parti de Genève qu'elle préside) aux prochaines élections au Grand Conseil.

 

Lushana est la future star des rings. Elle a déjà remporté huit combats amateurs sur des KO très nets. Mais, ce qu'elle veut, estimant qu'à son âge, elle a perdu du temps, c'est de passer pro et combattre dans quelques mois à Zurich.

 

Lashana a une piètre opinion des politiques, qui ne s'est pas améliorée avec leur gestion de la pandémie de HAZ. C'est pourquoi elle ne voit pas d'un bon oeil que Noah veuille entrer en politique, même si c'est le voeu de sa mère, Mané.

 

Noah et Lashana sont dissemblables physiquement: Noah plus grand, Loshana plus musclée. Lui, peau mate, yeux noirs, cheveux noirs. Elle, peau noire, yeux verts, coupe afro. Mais ils sont tous deux doués d'une semblable prestance.

 

Ce qui les rassemble, c'est le sentiment qu'ils éprouvent l'un pour l'autre, mais c'est aussi d'être descendants tous deux de survivants d'un génocide, celui des Arméniens en 1915 par les Ottomans et celui des Tutsis en 1994 par les Hutus.

 

Ce qui les divise, c'est la gestion de la crise due au HAZ. Noah ne serait pas hostile à des mesures plus fermes, alors qu'elle voit dans les mesures déjà prises des mesures liberticides auxquelles il faudrait s'habituer, ce qu'elle ne veut pas...

 

Il est de plus grands enjeux que le HAZ et un secret de famille s'y trouve mêlé. Quand tous deux en prennent conscience, ils savent que c'est le moment, dont parlait le champion Saenchai, de sortir du ring pour aller là où est leur coeur. 

 

Francis Richard

 

Ring, Florian Eglin, 108 pages, BSN Press (sortie le 11 mars 2021)

 

Livres précédents:

 

A La Baconnière :

Cette malédiction qui ne tombe finalement pas si mal (2013)

Une résistance à toute épreuve... Faut-il s'en réjouir pour autant ? (2014)

Holocauste (2015)

Il prononcera ton nom (2019)

Représailles (2020)

 

A La Grande Ourse :

Ciao connard (2016)

 

Chez BSN Press :

En pleine lumière (2019)

Partager cet article
Repost0
9 mars 2021 2 09 /03 /mars /2021 17:45
Backstage, de Pascal Parrone

Le Venoge Festival, autrefois nommé Rock'n'Air, avait lieu chaque été à la fin du mois d'août dans la commune de Penthalaz. On disait de lui qu'il était le plus petit des grands festivals ou le plus grand des petits festivals.

 

Sur la scène de ce plus grand festival de la région lausannoise, commence la résistible ascension du groupe Blackout le 24 août 2018, où il a remplacé au pied levé un groupe qui a eu un accident et n'a pu être présent ce soir-là.

 

Blackout s'en sort plus que bien. Le public est conquis et enthousiaste. L'avenir appartient donc au quatuor, composé de Leila à la batterie, de Nils à la basse, d'Éric à l'une des deux guitares et d'Alex, le chanteur, à l'autre guitare:

 

Sa voix était rocailleuse, puissante, claire et juste à la fois. Une voix dans la plus pure tradition rock, un vrai don de la nature.

 

Le groupe ne serait rien sans son manager, Léo, qui a un large carnet d'adresses et qui lui est tout dévoué, bénévolement (il a fait un héritage qui l'a mis à l'abri de tout besoin), et sans  Freddy, le technicien et homme à tout faire.

 

Pour fêter ce succès, les quatre du groupe se rendent au No Name à Lausanne. Ce n'est pas une bonne idée, parce que, sous l'emprise de la coke et de l'alcool, Alex agresse dans les toilettes une des deux fans qui les ont rejoints.

 

La jeune femme ne porte pas plainte mais c'est une première alerte. Bis repetita, le 26 juillet 2019, après leur succès sur la scène des Arches du Paléo de Nyon, les Blackout se retrouvent avec deux groupies au No Name...

 

Au mois d'octobre 2019, cinq personnes reçoivent une lettre envoyée par un cabinet d'avocats de Zurich. Dans cette lettre personnalisée, chacun est informé qu'il hérite d'une somme non précisée de la part d'un riche inconnu.

 

Pour le partage, les cinq légataires doivent se présenter avec leurs lettres le mardi 10 décembre 2019 à 18 heures précises au lieu-dit du Chalet Clin-d'oeil, route des Pautex, situé sur la commune de Blonay (voir plan annexé).

 

Ces réceptions sont intercalées dans le récit et sont destinées à susciter l'intérêt du lecteur qui se demande de quoi il retourne. Il n'est pas plus avancé quand il découvre que deux membres de l'équipe du Blackout y figurent...

 

Le lecteur n'apprend que peu à peu ce qui lie les cinq lors de la réunion. Il ne sera pas au bout de ses peines, parce que l'auteur lui réserve une dernière surprise à la fin du récit, qui, s'il a été attentif, ne le surprendra qu'en partie...

 

Francis Richard

 

Backstage, Pascal Parrone, 328 pages, Slatkine

Partager cet article
Repost0
7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 18:45
Danse entre ciel et terre, de Fanny Wang

La fureur du ciel s'est déchaînée et un tsunami géant a dévasté les côtes...

 

Soo est un bébé qui, quand il reprend connaissance, ne reconnaît plus rien, absolument plus rien de ce qui a fait son univers familier. Soo n'apprendra que plus tard qu'elle a été adoptée par une famille habitant aux antipodes de Samartha.

 

Deux billes bleues et un visage allongé ont remplacé les billes noires et le visage rond et lisse de sa maman: ce matin-là, ce ne sont pas des odeurs de riz et d'algues qui picotent les narines de Soo, mais un fumet de chocolat et de pain frais.

 

À Taramaque, Soo grandit en finesse et en vigueur. Elle avait une grande soeur, Mae, elle a un grand frère Jules, qui s'occupe d'elle tandis que papa, Stéphane, astrophysicien, enseigne à Bayo et que maman, Giuliana, a sa petite entreprise.

 

Le lagon deTaramaque a une anse dessinant un poisson yin. Un jour où elle s'y rend, assise au pied d'un saule, Soo, par l'imagination, s'élève au ciel d'où elle voit la mer émeraude, là où elle est née, dessiner un poisson yang: elle est ici et là-bas...

 

Le saule du lagon est son ami. C'est qui lui parle de la chamane... et c'est à celle-ci, Bikhoue, qu'elle s'adresse après avoir été blessée par un requin, qui lui a enlevé en passant une partie du sein gauche, ce qu'elle ne révèle à personne d'autre.

 

À treize ans, non sans difficultés, Soo obtient de ses parents qu'elle abandonne la danse classique qu'elle vient d'étudier pendant cinq ans pour apprendre à mi-temps la danse contemporaine et à mi-temps comment guérir par les plantes.

 

À l'Institut où elle apprend la danse, lors des conversations, les rares mots qui sortent de sa bouche la font paraître mal dans sa peau. Mais dès qu'elle laisse la parole à son corps, elle semble planer dans un langage extraterrestre qui éblouit.

 

Cinq ans plus tard, elle quitte ses parents et le temple où Bikhoue prodigue ses soins. Elle a été admise à la Compagnie Bashkine à Lanosse. Mais, juste avant, elle fait une rencontre au lagon qui change sa vie et lui fait découvrir la passion.

 

Le saule lui chuchote ce qu'est la passion: Cela commence par une onde de choc, qui va tantôt te transporter aux nues, tantôt t'entraîner dans les abysses. Il va te falloir apprendre à louvoyer entre les rapides et les cascades de ses humeurs.

 

Après avoir goûté à l'hydromel de la passion, elle n'en oubliera jamais la saveur addictive. Mais cela ne l'empêchera pas de trouver sa voie et de garder en tête ce que lui a dit la chamane: notre finalité à tous est de retourner à l'Océan originel...

 

Francis Richard

 

Danse entre ciel et terre, Fanny Wang, 320 pages, Les Éditions Romann

Partager cet article
Repost0
28 février 2021 7 28 /02 /février /2021 18:00
Zone de contrôle, d'Hélène Dormond

Vous êtes quelqu'un d'organisé et de méthodique, vous préférez travailler seule en assumant la responsabilité entière de vos tâches, vous estimez l'autorité et appréciez les règles claires.

 

Tel est le portrait de Marianne Huguenin, quadragénaire, veuve de Jean depuis cinq ans, mère de Laetitia, une jeune femme épanouie, bientôt étudiante, et de Daryl, un ado volontiers impertinent.

 

Marianne a été obligée de changer de profession. Elle était fleuriste, mais elle avait une allergie cutanée à une large variété de plantes. Son profil correspondait parfaitement à un emploi dans la sécurité.

 

C'est ainsi qu'après neuf semaines de formation, elle est devenue auxiliaire de police de la ville de Lausanne, autrement dit elle colle des billets roses sur les pare-brise des automobilistes contrevenants.

 

Au moment du décès de Jean, un malheur n'arrive jamais seul, sa mère, Lydia, a quitté son père, Charles-Armand, pour Félix. Aussi, femme de devoir, s'est-elle occupée de son paternel, tout juste retraité.

 

Or, Charles-Armand, elle ne l'a jamais appelé Papa, est plutôt du genre tyrannique et à cheval sur les principes. Elle a donc de qui tenir. C'est pourquoi elle est fâchée avec sa mère qui ne le supportait plus.

 

Marianne a une soeur aînée, Béatrice, qui était la bonne élève, et une soeur cadette, Fred, qui ne l'était pas. Aucune des deux n'a voulu s'occuper de leur père: Fred est restée en bons termes avec leur mère.

 

Dans sa vie professionnelle, deux éléments vont heurter Marianne: une chanson d'amour coquine pour l'ancien commissaire qu'elle découvre dans les vestiaires et le vol du porte-monnaie de la cheffe.

 

Dans sa vie personnelle, elle réalise que les apparences peuvent être trompeuses et qu'elle-même met peut-être la barre trop haute en recherchant toujours la perfection et en passant ainsi à côté de la vie.

 

Le livre commence par le proverbe: À quelque chose, malheur est bon, et se termine de même. Dans l'intervalle, la vie, qui n'est pas rectiligne, aura appris à Marianne à être moins parfaite et plus vivante.

 

Francis Richard

 

Zone de contrôle, Hélène Dormond, 252 pages, Plaisir de Lire (sortie le 1er mars 2021)

 

Livres précédents:

 

Liberté conditionnelle, Plaisir de Lire (2016)

L'envol du bourdon, Hélice Hélas (2017)

L'air de rien, Plaisir de Lire (2018)

Partager cet article
Repost0
15 février 2021 1 15 /02 /février /2021 21:25
L'arabesque - Du patinage artistique à la médecine, de Yoonmi Lehmann

Une fois par mois nous relisions mon texte et, pleins d'émotion, nous replongions dans nos souvenirs en évoquant les bons et les mauvais moments.

 

Yoonmi Lehmann commence à tenir son journal fin juin 2015. Elle n'a que treize ans. Mais, avec ses parents, elle s'expatrie en Finlande, à Lappeenranta, en Carélie du Sud.

 

Elle tient ce journal pour ne pas oublier son français. Elle s'expatrie afin de pouvoir concilier activités sportive et scolaire au meilleur niveau, ce qui n'a pas été possible en Suisse...

 

À treize ans elle a déjà derrière elle une longue pratique du patinage artistique puisqu'elle a fait ses premiers pas sur la glace, avec de vrais patins, à deux ans et un mois, à Séoul.

 

Son père est genevois, sa mère coréenne par son papa et vaudoise par sa maman. Un de ses grands-pères vit à Séoul et une de ses grands-mères sur l'île de Guam dans le Pacifique.

 

Pendant les quelque cinq ans où elle écrit, elle est amené à voyager à travers le monde à la fois pour ses études et pour représenter la Suisse lors d'entraînements ou épreuves.

 

Son parcours d'études est en zigzag comme elle dit:

 

Montessori à 3 ans, École française de Valmont à Lausanne, école de Lens en Valais, cycle d'orientation à Crans-Montana, collège à Lappeenranta en Finlande, puis préparation américaine à l'uni.

 

Elle a beaucoup voyagé au cours de sa jeune existence:

 

De Reykjavik à Séoul, de Rovaniemi à Guam, du Colorado au Maroc ou en Tunisie, de Moscou au Caire, de Pinzolo à Erzurum etc.

 

Quant à la liste des centres de glace qu'elle connaît bien pour y avoir patiné, elle est littéralement impressionnante, que ce soit en Suisse ou hors de Suisse et son récit en atteste:

 

J'ai donc passé un temps fou dans les avions, les trains, les voitures, les bus, les cafétérias, les rinks et les vestiaires.

 

Elle s'intéresse à l'histoire, à la géographie de tous ces lieux, et à leur étymologie: ainsi Canada vient de aca nada: là-bas il n'y a plus rien, et Chicago de che cago: quelle m...

 

Sans surprise, être athlète de haut niveau nécessite d'avoir un mental, de gérer son stress. C'est, entre autres, ce qui la décide à s'orienter vers des études de psychiatrie. 

 

Pendant ces années, elle est entourée de ses parents qui acquièrent une sacrée expérience sur le patinage après l'avoir suivie sur toutes les patinoires pendant dix ans...

 

Jalonné de hauts et de bas, son parcours d'athlète se termine par une dernière épreuve qui met fin à sa carrière. Elle est en effet confrontée à sa meilleure ennemie: l'anorexie.

 

Elle n'a pas vingt ans, mais elle a beaucoup appris et notamment que la vie est faite d'une suite de combats et qu'il faut s'y préparer, comme à toutes épreuves, sportives ou pas. 

 

Francis Richard

 

PS

 

Yoonmi Lehmann a un site où l'internaute peut découvrir, entre autres, son prodigieux palmarès qui honore la Suisse.

 

L'arabesque - Du patinage artistique à la médecine, Yoonmi Lehmann, 296 pages, Slatkine

Partager cet article
Repost0
10 février 2021 3 10 /02 /février /2021 19:30
Seule la lune me comprend, de Pauline Seigneur

Mes grand-mères habitaient à la belle saison "La Cassagne", une grande maison à deux étages, flanquée d'une tourelle décrépie. À l'arrière: la ferme du domaine et une petite maison délabrée, repaire des chauves-souris.

 

Ce mas languedocien se trouve en Uzège. Les grand-mères de la narratrice, née un 14 juillet pendant la guerre, s'appellent l'une Berta, l'autre Irène. Chaque été, ses parents la leur confient.

 

Berta occupe le premier étage, Irène le second. Elles ne se voient qu'au café. La narratrice se plaît dans cette demeure, au contraire de son neveu Thomas, qui interroge sa tante sur Clémence.

 

Clémence est une lointaine cousine que Berta et Irène reçoivent avec bienveillance. Clémence est belle, mais elle est déficiente mentalement, d'où sa réserve à l'égard de ses admirateurs.

 

Louis a le coup de foudre pour Clémence, mais ne peut l'aimer qu'en secret. Alors il abandonne une voie toute tracée en économie et en architecture pour s'adonner à l'étude de la botanique.

 

L'énigmatique Clémence se rendait seule à la maison des chauves-souris pour une raison inconnue, en ressortait le visage caché sous son éternelle écharpe de tulle et se précipitait vers la maison.

 

La narratrice a des sentiments confus pour elle, qu'elle regarde un jour dormir sans être sûre qu'elle dorme, ce qui ne laisse pas de la troubler quand le lendemain, complice, elle lui sourit...

 

Quoi qu'il en soit son soupirant, Louis, en quelque sorte dépité qu'elle lui soit inaccessible, prend des risques pour trouver des spécimens rares si bien qu'un jour il finit en chaise roulante...

 

La narratrice n'aime pas trop s'appesantir sur Clémence, mais, heureusement, Thomas se moque au fond de ces vieilles histoires. Poète à la mèche rebelle, il s'essaie à la poésie et la partage avec elle:

 

Ma prose, seule la lune me comprend et prend ma solitude,

Où j'y investis tout mon temps.

 

Francis Richard

 

Seule la lune me comprend, Pauline Seigneur, 64 pages, Éditions de l'Aire

Partager cet article
Repost0
9 février 2021 2 09 /02 /février /2021 19:50
Marta et Arthur, de Katja Schönherr

Elle sort un sac plastique plié de la poche de son manteau. Puis elle s'accroupit et commence à le remplir de sable.

 

Marta s'est rendue sur la plage à l'endroit précis où il s'est passé jadis quelque chose de décisif. Elle a rempli deux sacs de sable et est allée à l'appartement où Arthur et elle ont emménagé peu avant la naissance de Michael.

 

Arrivée chez eux, non sans mal et non sans avoir épandu le contenu de l'un des deux sacs - elle l'a ramassé avec une pelle et un seau -, elle fait une pause pour prendre son petit déjeuner après avoir jeté un coup d'oeil à Arthur.

 

Arthur est mort dans la nuit, mais Marta craint qu'il ne se réveille. Hier c'était le 28 février, c'est-à-dire son anniversaire - elle a cinquante-neuf ans -, si l'on peut dire puisqu'elle est née un 29 février. Arthur avait seize de plus.

 

Marta et Arthur est le récit de leur folle vie de couple et de cette journée macabre qui en est le point final. Le point initial, c'est quand Arthur, trentenaire, futur prof, s'est assis en classe à côté de l'élève Marta, dix-sept ans.

 

Ce qui a frappé Marta, comme un flash, ce sont ses yeux bleus comme des bonbons au menthol. Maintenant qu'il est mort, elle ne parvient pas à les lui fermer et met un torchon sur son visage pour ne plus subir son regard.

 

Leur relation a commencé dans une cabine de la plage où elle a rempli ses deux sacs de sable, sable qu'Arthur déteste; elle s'est d'ailleurs concrétisée dans la même cabine le jour où Marta est devenue adulte, à dix-huit ans:

 

Finalement, ça fait moins de sable que Marta n'espérait. Trop peu. Beaucoup trop peu. Insatisfaite, elle regarde la fine couche qui recouvre la peau d'Arthur. Son but était de l'ensevelir, pas de le saupoudrer d'un peu de sable.

 

Après que sa mère l'a chassée de son appartement, Marta s'est installée chez Arthur, qui l'a accueillie sans hésitation. Mais il veut qu'elle ait un chez elle. Or elle ne veut pas vivre ailleurs que chez lui et c'est là que ça se gâte...

 

En effet, pour rester avec lui, elle lui fait du chantage, puis, plus tard, sans lui en parler, elle arrête de prendre la pilule et tombe enceinte. Pour Arthur, les choses sont claires: cet enfant qu'elle a voulu n'est pas son problème.

 

Le couple ne s'est pourtant pas défait, même si les liens fous entre Marta et Arthur se sont relâchés. Quant à leur rejeton, il est devenu comme son père, à bien des égards, et, pour son salut mental, a fui sa mère et sa dinguerie:

 

Tu sais quoi, maman? Ce n'est pas parce que tu n'as pas de vie que tu dois voler la mienne.

 

Francis Richard

 

Marta et Arthur, Katja Schönherr, 256 pages, Zoé (traduit de l'allemand par Barbara Fontaine)

Partager cet article
Repost0
7 février 2021 7 07 /02 /février /2021 18:45
L'émouvante et singulière histoire du dernier des lecteurs, de Daniel Fohr

Je ne suis pas le plus brave, ni le plus intelligent, ni le plus quoi que ce soit, je suis simplement le dernier, comme il y a eu un dernier Mohican, un dernier ours blanc. Ce n'est pas une qualité. Je n'ai fait aucun effort pour acquérir ce statut. Je suis le dernier des lecteurs.

 

Depuis des années déjà la tendance était là. Plus personne ne lisait plus, enfin, les hommes surtout ne lisaient plus. Ils laissaient volontiers cette activité futile aux femmes, si bien que la fin du lectorat masculin était prévue par les modèles pour la fin du XXIe siècle...

 

Les hommes ne s'intéressaient plus qu'au numérique et qu'à l'argent qu'il pouvait leur rapporter. Ils savaient que le pouvoir était dans l'analyse moléculaire, l'imagerie médicale, les modifications de l'ADN, le cryptage, la maîtrise de l'espace et des communications.

 

Comme la plupart des prévisions, celle de la fin du lectorat masculin s'est avérée fausse. En effet elle se produisit alors que la moitié du XXIe siècle n'était pas encore atteinte. Comme aurait dit Victor Hugo, s'il ne restait qu'un dernier lecteur, ce serait donc le narrateur.

 

L'histoire de ce dernier des lecteurs est émouvante parce qu'il est bien sûr la risée de ses semblables et qu'il doit se cacher pour lire, et elle est singulière parce que rien ne le prédisposait à être le dernier de son espèce: il n'était ni un lecteur boulimique, ni un érudit.

 

Il est devenu objet de curiosité. Il connaît même un moment de célébrité: d'aucuns veulent l'instrumentaliser contre le pouvoir grandissant des femmes, d'autres, des femmes justement, sont enclines à se confier à lui puisqu'il partage avec elles ce truc de bonnes femmes:

 

La littérature est un jardin secret qui demande à être partagé.

 

Quoi qu'il en soit, il a très bien compris comment se comporter en société:

Avec les hommes je parle de sport, de téléphonie mobile, de faits divers étonnants, de films ou de séries, et des femmes.

Avec les femmes, je parle de tout, parce que les livres parlent de tout.

 

Comment transmettre son goût de la lecture aux hommes et éviter que les femmes ne se mettent à leur instar à s'en désintéresser? Que faire pour que ce ne soit pas la fin d'un monde, d'une civilisation? Il n'est pas du genre à se résigner et fait plusieurs tentatives...

 

Au moment où l'hubris sanitaire en Occident prive les hommes et les femmes d'un libre accès à la lecture parce qu'elle ne serait pas essentielle, ce livre montre, souvent avec humour, à quel point elle est irremplaçable et que l'humanité ne doit pas en être amputée. 

 

Francis Richard

 

L'émouvante et singulière histoire du dernier des lecteurs, Daniel Fohr, 160 pages, Slatkine & Cie

 

Livre précédent:

 

Retour à Buenos Aires (2018)

Partager cet article
Repost0
6 février 2021 6 06 /02 /février /2021 22:30
Berthe Ruffieux, de Philippe Erard

Il m'a violée. Et il m'abuse depuis ma petite enfance, toutes les semaines, deux à trois fois par semaine. Chaque fois pire. Jusqu'à ce que...

 

Jusqu'à ce que Berthe Ruffieux tombe enceinte. À seize ans. Le géniteur sera un secret de famille, bien gardé par elle (on ne dira rien), pour ne pas être frappée d'opprobre, ce qui ne l'empêchera pas de l'être, parce que Berthe a tout fait jusque-là pour être considérée comme une coureuse.

 

Son violeur est en effet son oncle Ernest Money, époux d'Albertine, la soeur de son père, Samuel Ruffieux. L'enfant, née des suites de ce crime répété impunément, sera Louisette, que Berthe abandonnera à sa famille, parce qu'elle représente une plaie vivante de ce qu'elle a enduré.

 

Comment se remet-on de telles flétrissures? On ne s'en remet pas. D'autant moins que le criminel, démasqué lors d'une réunion de famille, honteux, se pend, et que, à Hermanens, ce petit village du canton de Fribourg, les langues de vipères se déchaînent alors et en font une victime...

 

Grâce à sa cousine Marceline, fille d'Ernest, Berthe quitte la ferme familiale, trouve un emploi et un logement en ville de Lausanne. Pour oublier le passé et pour se donner la chance d'une vie nouvelle, elle ment à tout le monde sur sa vie antérieure, comme si cela pouvait suffire à l'effacer.

 

Philippe Erard raconte sa longue vie solitaire, car il ne sera jamais possible pour Berthe d'avoir une quelconque relation avec un homme. La seule compensation qu'elle ait, peu instruite, mais courageuse, est sa réussite professionnelle, sans que, restée paysanne, elle soit dépensière.

 

Mais on n'échappe pas à ses blessures. Son passé, douloureux, finit par la rattraper sans qu'elle le fuie vraiment. L'auteur communique au lecteur l'émotion qu'il ressent en racontant la vraie fin de cette histoire inventée... pour combler les lacunes des années d'enfance et de jeunesse.

 

Francis Richard

 

Berthe Ruffieux, Philippe Erard, 220 pages, Éditions de l'Aire

 

Livres précédents:

 

La dernière carte de Marcel Fischer (2019)

Les trois fous et la fin du monde (2020)

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 22:30
Gloria Vynil, de Rose-Marie Pagnard

L'amnésie, même lorsqu'elle concerne un temps très court et qu'elle pourrait tenir comme un peu de gelée trouble dans la main, l'amnésie vous angoisse, n'importe où, n'importe quand.

 

Gloria Vynil ne se souvient pas de ce qui s'est passé quand elle avait six ans, il y a maintenant vingt ans de cela. Son père lui a raconté une histoire pour expliquer ce qui lui est arrivé à cette époque-là à la ferme familiale: il aurait sauté de la cabine du tracteur au foutu caractère et cet idiot lui serait passé sur le corps.

 

Gloria a cinq frères, ou plutôt avait. Car son frère aîné Till a disparu. Nul ne sait s'il est véritablement mort noyé, tandis qu'il était cuisinier sur un yacht. Auguste, dans un studio situé à la ferme, écrit des romans. Brunot, dyslexique, travaille à la BNF à Paris. Rouque est le seul à être resté pour s'occuper de la ferme.

 

Depuis l'accident, Gloria vit chez sa tante Ghenya, la soeur de sa mère (morte deux ans après l'accident). La famille lui cache qu'elle est peut-être à l'origine du drame qui a vu son père perdre un bras et la moitié du visage. Ce n'est pas le tracteur mais les chiens de la ferme qui l'ont mutilé: leur cage s'est ouverte...

 

Gloria est photographe et vidéaste. Son studio est chez sa tante, mais elle a une chambre au Kunstlabor. Au moment où commence l'histoire, elle la quitte pourtant parce qu'elle a un travail en vue. En effet elle veut empêcher par son art que ne tombe dans l'oubli le Museum d'histoire naturelle, qui est voué à la démolition.

 

Gloria a en tête un conte de son invention qu'elle garde pour elle: Il y a d'abord un très grand mur de roses éclatantes. Au milieu de ce mur une petite porte fermée par trois cheveux d'or conduit à un autre monde... C'est ce monde idéal qu'elle désire et cela la prédispose à faire en sorte qu'un jour il devienne réel.

 

Gloria n'est pas seule à vouloir que le Museum ne disparaisse pas des mémoires. Arthur Ambühl-Sittenoffen, par la peinture (aidé par son factotum, Rafi, le concierge du Museum), le professeur Dreymal, par la taxidermie, essayent de préserver autant qu'ils le peuvent les joyaux de ce patrimoine en péril.

 

Quand deux êtres regardent dans la même direction, ce qui est le cas de Gloria et d'Arthur, il n'est pas impossible qu'en dépit des tribulations, ils finissent par s'aimer vraiment. Alors, si cela advient, Gloria pourra se dire qu'elle aura franchi le mur de roses et sera parvenue dans ce monde idéal où tout [...] vit par couple.

 

Francis Richard

 

Gloria Vynil, Rose-Marie Pagnard, 208 pages, Zoé (sortie le 4 février 2021)

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2021 7 31 /01 /janvier /2021 20:30
Le Stradivarius de Goebbels, de Yoann Iacono

Le soir [du 22 février 1943], à Berlin, le ministre de l'Éducation du Peuple et de la Propagande du Reich Joseph Goebbels offre un violon Stradivarius à Nejiko Suwa, jeune virtuose japonaise.

 

Le narrateur, Félix Sitterlin, n'est que trompettiste de jazz et pourtant, bien que le langage des mots ne lui soit pas familier, il se décide à raconter l'histoire vraie de cette musicienne après avoir reçu d'elle en 2002 un colis contenant ses carnets.

 

Si la plus célèbre violoniste japonaise le lui a adressé, c'est parce qu'elle a eu l'occasion de le rencontrer et de le repousser à plusieurs reprises au cours de sa vie d'artiste et que ce cadeau que lui a donné le dignitaire nazi s'est révélé empoisonné.

 

Quand elle le reçoit, elle ignore qui en était le propriétaire. Par la suite, elle apprendra de la bouche du narrateur qu'il a en fait été volé par une de ses connaissances, Herbert Gerigk, à un jeune juif, Lazare Braun, qui est mort assassiné par les nazis.

 

Yoann Iacono, qui s'est beaucoup documenté sur cette histoire, a choisi la forme du roman pour la raconter, parce que, à l'instar de Mark Twain, il sait que la fiction se doit d'être plus crédible que la réalité et que c'est ainsi qu'elle peut la dépasser.

 

Nejiko Suwa  n'arrivera jamais à complètement apprivoiser le Stradivarius de Goebbels, car cet objet inanimé a bien une âme et, même, une mémoire. Ce qui ne l'empêchera pas de tenir beaucoup à lui, tout en essayant de ne jamais culpabiliser.

 

Comme le dit Albert Camus, dans La Chute, cité en épigraphe du livre: N'attendez pas le jugement dernier. Il a lieu tous les jours. Heureusement qu'elle seule et le narrateur, connaissent l'origine du Stradivarius, qui n'en est peut-être pas un...

 

Dans ce roman, elle se fait surtout connaître par des concerts en Europe, pendant la guerre et après, ainsi qu'au Japon et aux États-Unis, ce qui la fait côtoyer des grands de ce monde, à qui elle tente de faire admettre de ne pas politiser la musique.

 

Le narrateur s'intéresse essentiellement à sa carrière entre 1943 et 1951, période après laquelle elle s'enferme dans un long silence. Quant à sa vie personnelle, il n'évoque que les instants de bonheur qu'elle connaît, avant un heureux rebond.

 

Quand le narrateur ne sait pas, il reconnaît volontiers qu'il invente, si bien que dans la fiction il y a encore une part de fiction, mais, comme dit précédemment, cela n'enlève rien à la crédibilité du récit, au contraire: il l'est même davantage.

 

Francis Richard

 

Le Stradivarius de Goebbels, Yoann Iacono, 272 pages, Slatkine & Cie

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Francis Richard
  • : Ce blog se veut catholique, national et libéral. Catholique, il ne s'attaque pas aux autres religions, mais défend la mienne. National, il défend les singularités bienfaisantes de mon pays d'origine, la France, et celles de mon pays d'adoption, la Suisse, et celles des autres pays. Libéral, il souligne qu'il n'est pas possible d'être un homme (ou une femme) digne de ce nom en dehors de l'exercice de libertés.
  • Contact

Profil

  • Francis Richard
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.
  • De formation scientifique (EPFL), économique et financière (Paris IX Dauphine), j'ai travaillé dans l'industrie, le conseil aux entreprises et les ressources humaines, et m'intéresse aux arts et lettres.

Références

Recherche

Pages

Liens